> Tech > Gestion des performances dans Windows

Gestion des performances dans Windows

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Darren Mar-Elia - Mis en ligne le 15/01/2004

Maîtrisez les anciens et nouveaux outils de supervision des performances

En matière de gestion des performances dans un environnement Windows, la première chose qui vient à  l'esprit pourrait bien être l'outil Performance Monitor...En matière de gestion des performances dans un environnement Windows, la première chose qui vient à  l'esprit pourrait bien être l'outil Performance Monitor. Il a été le principal outil d'information sur les performances depuis les premiers jours de Windows NT. Vous pourriez aussi choisir Task Manager ou WMI (Windows Management Instrumentation) qui exposent les données de Performance Monitor, et offrent un modèle permettant d'exposer d'autres types d'informations de gestion concernant les performances. Je donne ici quelques conseils sur la manière d'utiliser au mieux certains amis, anciens mais actualisés - comme Performance Monitor et WMI - et je mets en lumière quelques nouveaux outils Windows XP et explique comment les utiliser.

Gestion des performances dans Windows

Pour de nombreux administrateurs,
la gestion des performances dans Windows
consiste à  utiliser Performance
Monitor et à  surveiller l’utilisation de
la CPU, le temps d’occupation des
disques, ou la mémoire disponible sur
les serveurs. C’est souvent un problème
de performance qui conduit à 
utiliser Performance Monitor : peutêtre
que le serveur répond lentement
ou que les utilisateurs ne peuvent pas
y accéder. Cette approche, que j’appelle
« jouer aux pompiers », n’est pas
idéale. En effet, pour être efficace, il
faut suivre la performance de vos serveurs
avant de constater une dérive.
Une approche proactive de la gestion
des performances permet de déterminer
une situation type. A partir de là , on peut déterminer quand les choses
ne se passent pas bien et pour quelles
raisons. Ces mêmes données de performances
proactives permettent de
planifier les besoins de capacité futurs.
Ainsi, si vous savez que votre serveur
Web Microsoft IIS tourne à  60 % d’utilisation
de la CPU avec 200 visiteurs simultanés
sur votre site, vous pouvez
estimer quand le serveur atteindra sa
limite et combien d’utilisateurs vous
pourrez satisfaire à  ce moment-là .
D’après le rythme de croissance du
site, vous pouvez aussi déterminer
quand il faudra acheter du nouveau
matériel.
Les performances d’un système
dépendent de multiples facteurs : utilisation
de la CPU, longueur de la file
d’attente de la CPU (c’est-à -dire, combien
de tâches attendent avant que la
CPU ne les prenne en compte), temps
d’occupation des disques (c’est-à -dire,
combien de temps d’un lecteur de
disque est consacré à  satisfaire des requêtes),
longueur de la file d’attente
disque (c’est-à -dire, combien de requêtes
attendent que le disque les
serve), mémoire physique disponible
et utilisation de l’interface réseau. Le
tableau 1 indique les compteurs de
Performance Monitor les plus importants
dans chacun de ces domaines.
Malheureusement, peu de compteurs
ont une limite magique, un clignotant
au-delà  duquel on doit s’inquiéter. Les
pressions sur la mémoire qui se traduisent
par une faible valeur Available
Bytes peuvent résulter d’une application
mal écrite qui gaspille de la mémoire
ou d’un système sous-équipé
pour sa mission. Il faut surveiller continuellement
les mesures les plus importantes
pour déterminer la situation
type pour la charge de travail présente.
Vous devez être capable de détecter
facilement des variations et de
remédier rapidement aux problèmes
de performances. Vous devez aussi
surveiller les tendances au fur et à  mesure
que les charges de travail du serveur
évoluent. Ainsi, si vous ajoutez de nouveaux utilisateurs à  un serveur
Web chaque semaine, vous constaterez
probablement des augmentations
dans les compteurs pendant les
périodes de forte utilisation. L’engorgement
de la capacité système
commence souvent dans un secteur
(la mémoire, par exemple) et se répercute
en cascade aux autres domaines,
comme la capacité de CPU et d’I/O.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Que vous souhaitiez développer ou renforcer votre approche du Cloud hybride, évaluer les meilleures options ou encore enrichir votre processus de prise de décision, découvrez dans ce Guide, 4 stratégies de Cloud hybride alignées avec vos objectifs business & technologiques.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010