> Tech > ILM met les données à  leur place

ILM met les données à  leur place

Tech - Par Elliot King - Publié le 24 juin 2010
email

Le centre informatique du Wake Forest University Baptist Medical Center n’est pas très différent de ceux d’autres grandes institutions. Il héberge un assortiment de mainframes et de serveurs qui offrent des services tels que le courrier électronique et la gestion des dossiers des patients, aux utilisateurs des différents secteurs. En 2000, le centre médical – dirigé par Bob Massengill, responsable des services techniques – a mis en place un réseau de type SAN (storage area network) pour stocker les données générées par le centre. Le passage au SAN a eu des conséquences spectaculaires.Lors de sa première mise en oeuvre, le SAN contenait « 2 téra-octets de stockage », déclare Massengill. « Un an plus tard, on en était à 18 téra-octets. Et aujourd’hui, nous sommes entre 60 et 70 téra-octets ». Cette explosion du volume de données dans le SAN a conduit Massengill à explorer un nouveau mode de gestion du stockage du centre médical : la gestion du cycle de vie de l’information (ILM, Information Lifecycle Management). Selon Massengill « ILM a les bonnes données, dans le bon format, sur la bonne plate-forme de stockage, au moment opportun. »

A l’heure qu’il est, ILM tient la vedette en matière de stockage. Né il y a environ 2 ans, ILM ne concerne pas un produit, une catégorie de produits, ou une famille de produits disparates. Son ambition est plus vaste : gérer le stockage de manière plus efficace et plus économique par une stratégie permettant à une entreprise d’aligner son infrastructure de stockage sur ses objectifs de gestion. Dans une proposition adressée à la SNIA (Storage Networking Industry Association), le SNIA Data Management Forum a défini ILM comme « un nouvel ensemble de pratiques de gestion visant à aligner la valeur commerciale de l’information sur l’infrastructure la plus appropriée et la plus rentable. »

La philosophie principale d’ILM est la suivante : la valeur que des éléments spécifiques d’information ont pour une organisation change au fil du temps. Au fur et à mesure que croissent le coût et la complexité de l’infrastructure IT en général et de l’infrastructure de stockage en particulier, il convient de stocker les informations de moindre valeur sur des unités de stockage moins onéreuses.

A vrai dire, cette notion n’est pas nouvelle. C’est une discipline d’entreprise mature dont les responsables savent de longue date que la valeur des enregistrements est liée au temps. Il y a aussi une certaine similitude entre ILM et le concept de gestion hiérarchisée du stockage (HSM, hierarchical storage management). Toutefois, HSM se concentre principalement sur les stratégies de migration des données. Si une donnée n’est pas utilisée pendant un certain laps de temps, elle glisse automatiquement d’une plate-forme de stockage sur une autre. « HSM ne tient pas compte de la valeur » déclare James Lee, vice-président product management chez Princeton Softech, un fournisseur de solutions d’archivage de base de données. « Il tient compte du moment où l’accès a lieu ».

ILM s’intéresse aux données et à leurs mouvements, avec plus d’acuité. A beaucoup d’égards, il représente le mariage des pratiques de gestion des enregistrements avec le concept central de HSM et il résout le problème du stockage de données coûteux et inefficace ». Pour Todd Rief, directeur senior de la stratégie produit chez StorageTek, « 90 % des données de la planète qui encombrent les centres informatiques sont de l’information répliquée dont plus de 80 % ne fait plus jamais l’objet d’aucun accès. Pourtant beaucoup de ces données sont stockées inefficacement sur le support le plus coûteux pendant une longue période ».

Le problème de la gestion de grandes masses de données se pose surtout dans les grandes entreprises. Pourtant ILM concerne aussi les PME. En fait, les organisations de toutes tailles peuvent bénéficier de son principe qui consiste, rappelons-le, à classifier et à stocker les données d’après leur valeur commerciale.

Téléchargez gratuitement cette ressource

5 Axes de Modernisation des Postes Clients

5 Axes de Modernisation des Postes Clients

Pour aider les entreprises à allier les restrictions liées à la crise et la nécessaire modernisation de leurs outils pour gagner en réactivité, souplesse et sécurité, DIB-France lance une nouvelle offre « Cloud-In-One » combinant simplement IaaS et DaaS dans le Cloud, de façon augmentée.

Tech - Par Elliot King - Publié le 24 juin 2010