> Tech > Introduction à  la mise en oeuvre de DRDA

Introduction à  la mise en oeuvre de DRDA

Tech - Par Steven Ritland - Publié le 24 juin 2010
email

Il y a une décennie, IBM a présenté DRDA (Distributed Relational Database Architecture) comme moyen d’accès à des données relationnelles entre des systèmes multiples.En octobre 1998, la propriété de DRDA est passée d’IBM à l’Open Group (http://www.opengroup.org), un consortium basé au Royaume-Uni d’éditeurs de logiciels. On peut donc désormais considérer cette architecture comme le standard pour les bases de données distribuées.

DRDA stipule un ensemble de
formats et de protocoles pour:

• établir des connexions d’une application
vers un ou plusieurs SGBDR

• échanger des données entre eux

• gérer les transactions en garantissant
l’intégrité et la cohérence

DRDA est important parce qu’il
donne aux développeurs davantage de
moyens pour concevoir des applications
dans lesquelles des données sont
distribuées sur de multiples systèmes
ou quand une application recouvre
plusieurs systèmes. C’est particulièrement
vrai quand les systèmes sont hétérogènes
parce que tous les membres
de la famille DB2 supportent DRDA et
le support Application Requester
(client) est disponible également dans
d’autres produits, comme Open
Gateway d’Oracle. Une bonne connaissance
de DRDA permet également aux
utilisateurs de mieux appréhender,
traiter et analyser les problèmes avec
des applications qui sont fondées sur
DRDA ou sur DDM (Distributed Data
Management), comme DB2 DataJoiner
et DB2 Relational Connect d’IBM.

Téléchargez cette ressource

XDR : 4 bénéfices opérationnels

XDR : 4 bénéfices opérationnels

Avec une solution complète et intégrée, le XDR garantit aux entreprises de toutes tailles une réponse aux menaces les plus sophistiquées en améliorant leur efficacité opérationnelle. Découvrez dans ce nouveau livre blanc Stormshield, pourquoi l’eXtended Detection & Response - XDR - sera le nouveau paradigme de la cybersécurité.

Tech - Par Steven Ritland - Publié le 24 juin 2010