> Tech > La machine de l’extrême

La machine de l’extrême

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Abandonnant sa ritournelle e-business le temps des dernières annonces, IBM a qualifié les nouvelles machines AS/400, qui verront le jour en août, de "machines de l'extrême" Une fois n'est pas coutume : IBM nous a surpris en devançant ses annonces AS/400 de plusieurs mois. Initialement prévues pour juillet, elles ont en fait eu lieu le 22 mai. Baptisées "AS/400e for extreme business", elles ont, en dehors de leur date inhabituelle, revêtu une forme tout ce qu'il y a de plus classique pour des annonces AS/400. En d'autres termes, il reste sept mois sur l'année 2000, au cours desquels il n'y a officiellement aucune annonce de prévu…. que nous réservent ces sept mois ? Voyez l'encadré "AS/6000 ?" à  ce sujet. Tous les éléments matériels et logiciels constitutifs de l'annonce du 22 mai seront disponibles en août 2000 (pas de date précise connue au moment où nous mettions sous presse, mais ce pourrait être en début de mois), ce qui constitue aussi une première : en effet, IBM nous avait habitués à  ce que le contenu de ses annonces soit disponible immédiatement ou très peu de temps après, et en aucun cas trois mois plus tard.

Extremecast live
Comme cela est désormais devenu traditionnel, les nouveautés ont été annoncées le 22 mai dernier à  10h00, heure de New York, soit 16h00 à  Montceaux-les-Mines, à  partir de Somers (NY) au cours d'un "Webcast" baptisé "extremecast live". Les invités présents sur le net ce jour là  étaient :
Tom Jarosh, General Manager, AS/400 & Mid-Market Servers, qui a présenté l'annonce
Drew Flaada, Director of AS/400 Product Management, qui est intervenu par la suite
Frank Soltis, qu'on ne présente plus…

Pat Mitchell, Vice President of Marketing, AS/400, John Reed, AS/400 Product Development Manager, et Ian Jarman, AS/400 Product Marketing Manager, ont ensuite assuré la séance de questions/réponses.


Avec de telles performances, l'AS/400e surclasse désormais les mainframes les plus puissants

La machine de l’extrême

Côté matériel, la grande nouveauté de cette annonce est la nouvelle gamme d’AS/400e
8xx (qui va se décliner en 820, 830 et 840), qui concrétise la première refonte
complète du matériel depuis deux ans. 23 nouveaux serveurs se déclinant en cinq
lignes de produits voient ainsi le jour. Si les deux modèles du bas de gamme 820
(le 820 peut accueillir de 1 à  4 processeurs) restent pourvus des processeurs
Pulsar qui équipaient jusqu’ici la série 7xx, le haut de gamme 820 ainsi que les
deux autres références bénéficient des nouveaux processeurs I-Star.
L’AS/400e devient ainsi la première machine serveur à  bénéficier de la technologie
SOI (Silicon-On-Insulator : silicium sur isolant ), avec des connexions à  base
de cuivre (en remplacement de l’aluminium utilisé jusqu’ici). En combinant la
technologie SOI à  l’utilisation du cuivre, on augmente de 20 à  30% les performances
obtenues avec du cuivre seul. Le haut de gamme du modèle 840 est 3,6 fois plus
puissant que son homologue de la série 7xx, le 740, et peut compter jusqu’à  24
processeurs.
Grâce à  cette double montée en puissance qu’enregistre la gamme, tant en puissance
intrinsèque de chacun des processeurs (I-Star vs Pulsar) qu’en nombre de processeurs
installables en SMP (jusqu’à  24 désormais), les rapports de puissance avec la
gamme précédente sont colossaux, et vont de 1 à  330 (et 16500 CPW).
La capacité maximale du 840 à  24 voies est de 96 Go de mémoire pour 18,9 To de
disque, et ses processeurs développent ensemble 24.500 MHz. En TPC-C, le 840 est
capable de traiter 165.000 transactions par minutes; avec de telles performances,
l’AS/400e surclasse désormais les mainframes les plus puissants.

Particularité intéressante de cette annonce, rompant avec la tradition : IBM va
continuer à  commercialiser la gamme 7xx, apparue il y a un an, avec la V4R4, en
même temps que la gamme 8xx, ceci pour faciliter les possibilités d’évolution
à  ses clients, qui pourront soit choisir d’aller soit dans la gamme 7xx, soit
passer en 8xx.

Dans le bas de gamme, les modèles 150 et 170 que vous avez connus sont remplacés
par deux nouvelles machines : le 250 et le 270, dont le rapport prix/performances
a, aux dires de Tom Jarosh, General Manager, AS/400 & Mid-Market Servers, encore
été amélioré, pour mieux s’adapter au marché des TPE (Très Petites Entreprises).
Le modèle 150, apparu fin 1996 n’avait jamais connu d’évolution depuis. Le nouveau
270, animé par un Pulsar au cuivre, pour répondre aux demandes de serveurs Web
capables d’entrer en concurrence avec des serveurs Windows NT ou Sun Solaris est
destiné au marché e-business. Le 250 reste quant à  lui construit sur un châssis
de 170, et équipé d’un unique processeur Northstar.

Cette annonce matérielle a également porté sur huit modèles dédiés, avec tout
d’abord six serveurs dédiés à  Domino (DSD : Dedicated Server for Domino). Ceux-ci
se s’appuient désormais sur deux types de matériels optimisés pour des charges
de travail Domino : le 270 et le 820. Trois DSD seront des 270, les trois autres
des 820. Le DSD a bien entendu au passage été « dopé », et peut comporter jusqu’à 
16 Go de mémoire (4 fois plus que précédemment), jusqu’à  4 To de disque (20 fois
plus qu’avant), des performances triplées, jusqu’à  14.840 utilisateurs de messagerie
simples, et 9.890 utilisateurs de messagerie et d’agenda.
Les machines annoncées ici ne permettent pas d’utiliser la V4.x de Domino. la
seule alternative, pour les utilisateurs de ces versions, consiste donc à  rester
avec les machines antérieures ou à  passer en R5.
D’un point de vue utilisateur, cette annonce est très intéressante car les nouveaux
DSD représentent une avancée significative en termes de performances des applications
Domino, ce qui est une demande qu’avaient formulé nombre d’entre eux. Mais il
y a aussi un côté moins positif : IBM ne propose pas en effet de chemin de migration
pour passer d’un DSD modèle 170 existant vers les nouveaux matériels, et la seule
possibilité restante consiste à  acheter un nouveau serveur.

Les deux autres serveurs AS/400e dédiés s’appellent SB2 et SB3, et sont respectivement
des modèles 830 et 840 à  la base, optimisés pour y installer un ERP.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Avec le recours généralisé au télétravail, les entreprises ont ouvert davantage leur SI. En dépit des précautions prises, elles ont mécaniquement élargi leur surface d’exposition aux risques. Découvrez 5 axes à ne pas négliger dans ce Top 5 Sécurité du Télétravail.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010