> Tech > Les risques du Cloud Computing

Les risques du Cloud Computing

Tech - Par David-Julien Rahmil - Publié le 24 juin 2010
email

Vous l’avez bien compris, le Cloud Computing est devenu une offre essentielle. Pour le Gartner Group, son impact est aussi important que la naissance du commerce électronique.
Ce tournant décisif profite de la crise économique en promettant aux entreprises une réduction de coûts, une prise en charge de son infrastructure informatique (hardware plus logiciel) contre un prix fixe, forcément moins cher. Si le système n’en est pas à ses débuts, les risques liés au Cloud Computing sont encore méconnus du grand public. Voici donc un petit tour d’horizon pour être sûr de faire le bon choix.

Les risques du Cloud Computing

Avant de se lancer, un petit rappel du principe de Cloud Computing n’est pas de trop. Il s’agit d’un traitement informatique à distance, qui ne se fait ni sur son poste de travail ni sur un serveur interne à l’entreprise.


Crédit photo : iTPro.fr / DJR

D’après Tim O’Reilly – auteur et éditeur d’ouvrages sur l’informatique et « papa » de l’expression « Web 2.0 » – le Cloud Computing peut se diviser en trois niveau : le hardware-as-a-service, qui consiste à fournir à un client du stockage de données et de la capacité serveur, le Software-as-a-Service, qui sont des applications disponibles sur Internet et enfin le Platform-as-a-service que l’on peut définir comme une fusion des deux premiers niveaux, à savoir la fourniture d’une puissance informatique et de diverses applications permettant aux entreprisex de créer une structure informatique personnalisée.

Autre petit rappel, Microsoft préfère le terme Software + Service quand il évoque le SaaS.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Surveillance du SI : Cas client du CROUS Paris

Surveillance du SI : Cas client du CROUS Paris

Avec une vision complète des ressources réseau, le logiciel phare de Progress, WhatsUp Gold, permet au CROUS Paris d’optimiser ses ressources humaines, dans la mesure où le temps normalement alloué à la surveillance réseau est désormais consacré à d’autres projets.

Tech - Par David-Julien Rahmil - Publié le 24 juin 2010