> Tech > Mettre Git au service du mainframe, un processus simple ?

Mettre Git au service du mainframe, un processus simple ?

Tech - Par Sabine Terrey - Publié le 22 avril 2024
email

Il n’y a pas si longtemps, personne n’aurait imaginé associer les termes « mainframe » et « Git ». La popularité de ce logiciel de gestion de versions ne doit rien au hasard, puisqu’il permet aux professionnels travaillant sur des projets de développement distribué d’utiliser des branches de fonctionnalités et d’effectuer des demandes d’extraction en pouvant compter sur le soutien d’une communauté de qualité. John McKenny, Senior Vice President et General Manager, Intelligent Z Optimization and Transformation (IZOT) chez BMC Software livre son point de vue.

Mettre Git au service du mainframe, un processus simple ?

De telles capacités sont indispensables à un workflow agile, c’est-à-dire un environnement où les développeurs apportent de plus petites modifications à un rythme plus fréquent. Ces modifications peuvent ainsi être acheminées plus rapidement dans le pipeline de déploiement, ce qui évite les lenteurs résultant de systèmes avec contrôle de version centralisé.

De plus, les nombreuses fonctionnalités de collaboration de Git permettent de réviser les modifications apportées par plusieurs personnes et de les fusionner dans un code source unique. Si l’on ajoute à cela l’arrivée de nouveaux développeurs qui maîtrisent déjà cet outil, Git s’impose comme une solution de choix pour la gestion du code source.

Le succès de Git

L’utilisation de technologies distinctes sur différentes plateformes n’est pas toujours évidente, mais il existe des moyens de se simplifier la tâche. Le succès de Git dans le développement distribué peut être reproduit sur le mainframe, pour peu qu’on le planifie correctement. L’utilisation de cet outil en tant que gestionnaire de code source pour les mainframes permet en effet d’établir un espace de travail partagé et de décloisonner les workflows, avec l’avantage supplémentaire de centraliser l’ensemble des ressources.

Lors de la planification de l’adoption de Git, il est important de rappeler qu’il s’agit uniquement d’un gestionnaire de code source qui ne gère pas les processus de construction et de déploiement. C’est ainsi le gestionnaire de mainframe existant qui s’en charge. Il peut donc être plus intéressant d’intégrer Git avec ce gestionnaire pour de telles tâches, plutôt que d’opter pour un remplacement.

En ce qui concerne les builds de développements, par exemple, ce qui peut s’apparenter à une simple compilation peut s’avérer plus complexe. Cette opération nécessite en effet de pouvoir accéder aux bons copybooks et à des programmes associés spécifiques. Il est également nécessaire de tenir compte de l’impact des modifications sur ces programmes associés et disposer d’un moyen d’assurer un déploiement en production dans de bonnes conditions, en coordination avec les applications distribuées associées.

John McKenny, Senior Vice President et General Manager, Intelligent Z Optimization and Transformation (IZOT) – BMC Software

Différentes stratégies

Pour utiliser Git sur le mainframe, il convient de mettre en place différentes stratégies afin d’en tirer les avantages.

  • Des choix justifiés

Une partie de la planification à prévoir pour Git consiste à justifier ses choix. Il est essentiel d’expliquer l’intérêt et les avantages d’un tel outil pour les équipes. Aussi, connaître les limites permettra aux développeurs de prendre une décision en connaissance de cause.

  • Une transition en douceur

Il ne faut pas de précipitation : les équipes doivent être libres de passer à Git quand elles s’estiment prêtes à le faire, ou encore de ne pas l’adopter du tout. Il peut en effet exister une certaine réticence si toutes les applications doivent être transférées en même temps, ce qui peut perturber les projets en cours. Une approche graduelle où les applications sont transférées vers Git à la discrétion des équipes concernées est essentielle.

  • Des builds automatisées

Il est nécessaire de disposer d’une méthode automatisée pour mettre en place les associations nécessaires à la compilation, en veillant à ce que tous les paramètres et impacts de la compilation puissent être exploités. Chaque build doit aussi s’intégrer à la stratégie de déploiement.

  • Des configurations de déploiement gérées

Éviter les perturbations en s’assurant que ces déploiements mainframe sont configurés et compatibles avec Digital.ai, CloudBees Flow et HCL Launch.

  • L’utilisation des outils associés

L’une des raisons de passer à Git en tant que gestionnaire de code source est de tirer parti de l’écosystème de solutions associées, comme les outils de révision de code avancés qui permettent aux développeurs de créer des pipelines pour automatiser leurs tâches.

Ainsi, il est important de garder des portes ouvertes dans les plans pour le futur. Passer à Git peut représenter un vrai défi, mais cela en vaut la peine, à condition de planifier correctement cette transition. En restant à la pointe des dernières innovations, les dirigeants s’assurent que leurs développeurs disposent de ce dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin. L’organisation pourra donc avancer dans ses projets en toute confiance.

Téléchargez cette ressource

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

Découvrez SMART DSI, la nouvelle revue du Décideur IT en version numérique. Analyses et dossiers experts pour les acteurs de la transformation numérique de l'entreprise, Gagnez en compétences et expertise IT Professionnelle avec le contenu éditorial premium de SMART DSI.

Tech - Par Sabine Terrey - Publié le 22 avril 2024

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT