> Tech > Mieux qu’un double boot

Mieux qu’un double boot

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par John D. Ruley
Au moment de la rédaction de cet article, le sujet a considérablement évolué. A l'origine j'avais prévu une mise à  jour du mode de fonctionnement du double boot avec Windows Millennium Edition (Windows Me). Dans un précédent article (" Le blues du double boot " de juin 2000), j'avais parlé du double boot Windows 2000 Professional et Windows 98 et, à  mon sens, une mise à  jour du sujet pour Windows Me, le code de base de la dernière version de Windows 9x, s'imposait. La raison qui justifie le maintien d'un environnement de double boot est simple. Certains logiciels (notamment de nombreux jeux) tournent sous Windows 9x mais pas sous Windows 2000. De plus Windows 9x supporte davantage de périphériques que Windows 2000. Ces types de matériels et de logiciels hérités n'ont pas l'air d'être en voie de disparition et j'ai donc décidé de configurer mon système pour qu'il s'initialise soit sous Windows 2000 Pro, soit en Windows 98. Or je viens de découvrir une alternative qui marche mieux qu'un double boot : le logiciel VMware 2.0 qui permet d'exécuter Windows 2000 Pro simultanément à  un autre OS. Comparée à  un système utilisant VMware, ma précédente méthode de double boot ressemble à  une relique datant de l'Age de Pierre. VMware supporte Windows 2000, Windows NT 4.0, Windows 9x, Windows 3.1, DOS, FreeBSD et plusieurs versions de Linux, mais pas Windows Me. J'ai donc désinstallé Windows Me et je suis revenu à  Windows 98 pour pouvoir utiliser VMware.
Pour de meilleures performances, VMware requiert un minimum de 96 Mo de RAM, un processeur à  266 MHz et suffisamment d'espace-disque pour les systèmes d'exploitation hôte (dans ce cas, Windows 2000) et invité (dans ce cas, Windows 98). Mon système actuel n'a qu'un processeur à  200 MHz - VMware parvient à  tourner, mais sans aucune chance de remporter un oscar en matière de performances. Avant d'exécuter VMware, le constructeur recommande de désactiver l'exécution automatique du CD, qui risque de provoquer des interactions inattendues lors du lancement d'une machine virtuelle (d'où le VM). Si un double boot est déjà  activé, il faut, avant d'installer VMware, choisir entre la création d'une machine virtuelle autour d'un OS existant ou une installation propre sur un disque virtuel créé par VMware. C'est cette option que je suggère.

Mieux qu’un double boot

L’installation de VMware pour un disque virtuel est très facile : il suffit d’indiquer
sur quelle partition le disque doit être créé et quelle taille lui donner. Windows
2000 considère cet espace comme un fichier, alors que la machine virtuelle le
considère comme un disque complet. Dans cet espace, peut être effectuée une installation
propre de l’OS invité. Il n’existe aucun conflit entre les systèmes d’exploitation
hôte et invité pour le contrôle de la partition virtuelle et il n’est pas nécessaire
de créer plusieurs profils matériels Windows 98. Mais il faut mettre de côté suffisamment
d’espace disque virtuel (environ 500 Mo) pour une installation complète de Windows
98.

Un CD-ROM prêt à  l’emploi de Vmware permet d’installer un système d’exploitation
invité. Il suffit d’exécuter un fichier Zip à  extraction automatique à  partir
du CD-ROM, puis de double-cliquer sur le fichier .vmx dans le répertoire qui s’affiche.
J’ai utilisé cette méthode pour installer TurboLinux Workstation 6.0, qui occupe
plus de 500 Mo d’espace-disque.

Comparée à  un système utilisant VMware, ma précédente méthode de double
boot ressemble à  une relique datant de l’Age de Pierre
VMware : la partie difficile de l’installation

Pour exécuter en toute sécurité une machine virtuelle utilisant la structure de
partition brute de Windows 2000, il faut démonter la partition sur laquelle s’exécutera
le système d’exploitation invité. Sur mon système, où Windows 98 s’exécute sur
l’unité D (la partition 1 de ma seconde unité IDE), j’ai exécuté les outils d’administration
de Windows Pro à  partir du Panneau de configuration, Gestion de l’ordinateur,
puis j’ai ouvert le dossier Stockage et sélectionné Gestion de disque. J’ai cliqué
à  l’aide du bouton droit de la souris sur la partition D, sélectionné Changer
la lettre et le chemin de l’unité dans le menu contextuel qui s’affiche et j’ai
cliqué sur Supprimer. Cette action supprime l’unité D du système de fichiers de
Windows 2000 Pro au démarrage suivant, mais sans affecter réellement la partition
; VMware peut alors s’exécuter, et Windows 98 peut démarrer, à  partir de la partition
D.

J’ai eu du mal à  faire fonctionner cette procédure compliquée. Si VMware doit
tourner sous un OS à  double boot existant, lisez la note de référence technique
 » Configuring Dual/Multiboot Systems to Run with VMware  » dans la documentation
VMware. N’ayant pas lu la note avant de démarrer l’installation, j’ai rencontré
plusieurs problèmes : j’ai dû, notamment, exécuter l’outil Inbox Repair Tool (c’est-à -dire
scanpst.exe) pour récupérer les messages électroniques dans mon fichier outlook.pst
de 160 Mo, qui contient toute ma correspondance professionnelle. Dans un système
Windows 2000 Pro, l’Inbox Repair Tool se trouve dans C:\program files\common files\system\mapi\1033\nt.

L’utilisation d’une partition brute existante (dans ce cas l’unité D) complique
aussi l’installation du driver vidéo Windows 98 spécial fourni par VMware pour
améliorer les performances du système dans une machine virtuelle. Pour pouvoir
utiliser Windows 98 tout seul dans un double-boot conventionnel (ce qui peut s’avérer
nécessaire), il faut créer un nouveau profil matériel pour la machine virtuelle
et installer le nouveau driver vidéo uniquement dans ce profil. Une note technique
de la documentation de VMware décrit cette procédure.

Téléchargez cette ressource

Guide de cybersécurité en milieu sensible

Guide de cybersécurité en milieu sensible

Sur fond de vulnérabilités en tout genre, les établissements hospitaliers, pharmacies, laboratoires et autres structures de soin font face à des vagues incessantes de cyberattaques. L’objectif de ce livre blanc est de permettre aux responsables informatiques ainsi qu’à l’écosystème des sous-traitants et prestataires du secteur médical de se plonger dans un état de l’art de la cybersécurité des établissements de santé. Et de faire face à la menace.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010