> Tech > ONET fiabilise son ERP en client-serveur

ONET fiabilise son ERP en client-serveur

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Souhaitant mettre fin à  plusieurs années d'une architecture informatique vieillissante, centralisée sur mainframe, le groupe ONET a opté pour l'implémentation d'un ERP en environnement client-serveur. Exit les applications comptables « maisons » ne passant pas l'an 2000. La rénovation du système d'information de l'entreprise passe par la mise en place du progiciel de gestion intégré People Soft sur Windows NT. Une alternative qui impose cependant à  la direction des systèmes d'informations, de trouver une solution de sauvegarde de donnée adaptée à  ces nouveaux environnements informatiques.C'est à  la fin de l'année 1998, que l'entreprise de nettoyage industriel ONET, décide de mener une stratégie de downsizing, et de migrer son informatique centralisée basée sur mainframe DOS-VSE, vers une architecture ouverte client-serveur. En parallèle, elle fait le choix du progiciel intégré People Soft en environnement Windows NT, pour assurer la rénovation d'un système comptable qui ne passait pas l'an 2000, « Nous avons choisi d'intégrer toute notre comptabilité générale, client et fournisseur via l'installation des modules GL, AP et AR de People Soft » témoigne Christian Lacambre, directeur des systèmes d'information du groupe ONET. Les autres applications « maisons » ont également subit des évolutions pour s'adapter à  la nouvelle architecture informatique. L'application de comptabilité analytique a été portée sur Adabase avec l'aide de Software AG, et celle de rapprochement bancaire a été remplacée par le progiciel Concept. « Nos applications comptables tournant sur mainframe ne passaient pas l'an 2000, et nous ne savions pas, s'il était possible d'implémenter notre ERP à  l'échéance prévue. » Deux options se présentent alors : soit initier un plan de migration an 2000 des applicatifs mainframe, soit tout miser sur la mise en oeuvre de l'ERP. « Notre projet de migration An 2000 s'est rapidement avéré trop lourd à  supporter en terme de délais de mises en oeuvre et de coûts, puisqu'il représentait un investissement d'environ 3 Millions de francs. Nous avons donc opté pour la solution la moins risquée, de mise en place de People Soft. La SSII Cap Gemini est alors chargée d'accompagner l'entreprise dans la mise en oeuvre de son ERP. Un projet qui aura nécessité un investissement de 4000 jours/hommes, et impliqué en interne, une démarche importante de conduite de changement. Nos 70 comptables étaient habitués à  travailler avec un système franco-français maison en architecture centralisée. Il leur fallait à  la fois se familiariser avec l'univers micro et à  un nouveau système comptable d'origine anglo-saxon » précise Christian Lacambre.

ONET fiabilise son ERP en client-serveur

Le démarrage de l’ERP se fait en novembre 1999 sous SQL Server 6.5. Une base de données qui ne paraît pas alors suffisamment dimensionnée pour supporter le nouveau système comptable du groupe. « Le choix de l’architecture SQL Server/NT tient principalement à  des raisons de coûts de licences et d’administration de systèmes. Pour pallier son problème de SGBD, et gagner en performance, le groupe ONET décide alors de se rabattre sur l’acquisition d’un serveur NT plus puissant (6 processeurs en ligne) et de migrer sa base sous SQL Server 7.0. A la mise en oeuvre de cet ERP, vient se greffer une autre problématique : trouver une solution de sauvegarde de données adaptée. « Nous recherchions une solution de sauvegarde qui nous apporte la même fiabilité et la même souplesse que la robotique Mémorex que nous avions sur mainframe » explique Guy Guerrin, responsable de l’exploitation informatique du siège. Après rédaction d’un cahier des charge, le groupe ONET se met donc en quête d’un intégrateur capable de lui apporter une réponse technologique dimensionnée à  ses besoins de sauvegardes. Sur les trois sociétés consultées lors l’appel d’offres, seules 2AI et Scasicomp restent en short List. « Leurs propositions technologiques se valaient, mais c’est véritablement l’approche métier de Scasicomp qui a fait la différence. Ce qui nous a séduit, chez cet intégrateur, c’est sa réelle capacité d’écoute de nos besoins pour nous conseiller la solution de robotique la plus adaptée à  nos contraintes de sauvegardes. » souligne Christian Lacambre. Le groupe a par ailleurs souhaité renouveler sa confiance, envers un prestataire avec lequel elle avait déjà  travaillé auparavant et qui lui avait apporté entière satisfaction en terme de service et de réactivité.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Avec le recours généralisé au télétravail, les entreprises ont ouvert davantage leur SI. En dépit des précautions prises, elles ont mécaniquement élargi leur surface d’exposition aux risques. Découvrez 5 axes à ne pas négliger dans ce Top 5 Sécurité du Télétravail.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010