> Tech > Partitionnement logique de l’iSeries dans l’OS/400 V5R2

Partitionnement logique de l’iSeries dans l’OS/400 V5R2

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Herman Amit Dave - Mis en ligne le 17/03/2004

Exécuter de multiples charges de travail indépendantes, chacune avec ses propres processeurs, mémoires et disques, dans un même iSeries

Au fur et à  mesure que les serveurs de classe d'entreprise sont plus performants, il devient plus impératif de diviser cette performance pour exécuter de multiples charges de travail de façon indépendante...C'est pourquoi le partitionnement logique (LPAR, logical partitioning) s'est rapidement imposé comme une excellente solution pour favoriser la consolidation des serveurs et permettre aux utilisateurs iSeries d'utiliser leur serveur de manière optimale. Les partitions logiques fragmentent un serveur en plusieurs serveurs virtuels indépendants, chacun équipé de son propre matériel, système d'exploitation et environnement applicatif.
Depuis l'introduction de LPAR sur les serveurs AS/400, en 1998, plus de 48 % des clients i840 et i890 ont tiré parti de cette technologie. Depuis l'OS/400 V5R1, l'utilisation de LPAR a augmenté sur les serveurs i820 et i270, y compris les modèles monoprocesseurs. Et les utilisateurs iSeries utilisent LPAR avec beaucoup d'imagination. J'examine ici quelques-unes des utilisations les plus courantes de LPAR.

Partitionnement logique de l’iSeries dans l’OS/400 V5R2

LPAR permet aux utilisateurs d’iSeries d’exécuter de multiples charges de
travail indépendantes, chacune avec
ses propres processeurs, mémoire et
disques, dans un même serveur
iSeries. L’OS/400 V5R1 était déjà  une
release marquante pour LPAR sur
iSeries, avec l’introduction du mouvement
dynamique des processeurs et
d’autres ressources d’I/O, plus la possibilité
de créer des partitions avec
des unités de traitement virtuelles dérivées
d’un seul processeur physique.
Appelée pool de processeurs partagés,
cette innovation permet aux utilisateurs
iSeries de partage un processeur
avec jusqu’à  10 partitions, et un
maximum de quatre partitions OS/400
par processeur. Et les partitions Linux
requièrent un minuscule 0,01 d’un
processeur pendant la création.
Une fois que les partitions sont à 
même d’utiliser un pool de processeurs
partagés, on peut déplacer les
unités de traitement virtuelles – un
maigre 0,01 dans un processeur –
entre les partitions. De plus, les utilisateurs
iSeries équipés d’un modèle
monoprocesseur (comme un i820)
peuvent créer des partitions multiples
pour assumer des charges de production
ou de test supplémentaires. Ce
concept de pools de processeurs partagés
n’existe que sur les serveurs
iSeries (pas sur les AS/400). Par conséquent,
les utilisateurs d’AS/400 auront
toujours besoin d’un processeur minimum
par partition logique.
Pendant les pics de charge dans
une partition de production, on peut
déplacer des processeurs, totalement
ou partiellement, d’une partition à 
une autre en utilisant les simples outils
qu’offrent les interfaces graphiques
d’iSeries Navigator. On peut
aussi programmer les mouvements de
ressources à  certaines heures, pour
gérer des charges de travail critiques
comme les tâches de fin de période
(jour, semaine ou mois).
Un administrateur système, par
exemple, peut programmer le déplacement
des ressources de traitement
et de mémoire chaque vendredi soir,
de la partition de test à  la production,
suivi d’une autre entrée programmée
pour restituer la ressource de la partition
de test le lundi matin, au terme
du traitement de fin de semaine.
Dans le même esprit, on peut déplacer
les ressources bande entre les
partitions pour maximiser le parallélisme
de sauvegarde sur bande et réduire
sensiblement les opérations de
sauvegarde globales.
Le support de LPAR est intégré aux
options CUoD (Capacity Upgrade on
Demand). CUoD donne aux utilisateurs
iSeries la possibilité de disposer d’une puissance de traitement supplémentaire
dès qu’ils en ont besoin
face à  une demande inatttendue. Il
leur procure aussi plus de granularité
pour augmenter par étapes successives
leur puissance de traitement
CPU.
Le mouvement dynamique des
unités de traitement virtuelles a été
introduit dans les partitions OS/400
avec la V5R1, puis étendu aux partitions
Linux avec la V5R2. En plus de
ces ressources, les utilisateurs iSeries
peuvent valider Virtual OptiConnect,
valider Virtual Ethernet LAN, ou changer
la possession du bus, sans être
obligés de redémarrer les partitions
OS/400 concernées.

Téléchargez gratuitement cette ressource

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

Découvrez SMART DSI, la nouvelle revue du Décideur IT en version numérique. Analyses et dossiers experts pour les acteurs de la transformation numérique de l'entreprise, Gagnez en compétences et expertise IT Professionnelle avec le contenu éditorial premium de SMART DSI.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010