> Tech > Pourquoi superviser son infrastructure AD avec MOM

Pourquoi superviser son infrastructure AD avec MOM

Tech - Par Benoît Bascompte - Publié le 24 juin 2010
email

Depuis environ un an, un petit nouveau est apparu dans le monde de la supervision : Microsoft Operations Manager. Petit nouveau certes, mais il est important de noter que ce produit n’est pas tout jeune et est déjà mature. En effet, il en est en fait, à sa version N°4. C’est un produit qui a été racheté par Microsoft à NetIQ. Le service pack1 du produit sort en janvier 2003.Ce produit est destiné à être une référence dans le monde de la supervision des infrastructures Microsoft et commence déjà réellement à s’implanter dans les entreprises soucieuses du bon fonctionnement de leurs infrastructures Windows.

Avant de décrire pourquoi MOM est le produit idéal pour surveiller l’AD, il est important de rappeler pourquoi il est nécessaire de superviser une infrastructure Active Directory.

Pourquoi superviser son infrastructure AD avec MOM

• Il est préférable d’être proactif plutôt
que réactif.

• Cela permet à  l’équipe informatique
de percevoir des problèmes avant
qu’ils ne deviennent critiques.

• Des problèmes au niveau de l’Active
Directory sont souvent la cause de
mécontentement d’utilisateurs.

  – Echec à  l’authentification, ralentissements
des connexions, problèmes
avec les mots de passe…

  – Difficultés pour utiliser la messagerie
Exchange 2000

  – Difficultés pour accéder aux ressources

  – Problèmes liés aux stratégies de
groupes

• De plus en plus d’applications dépendent
de l’Active Directory.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Services Cloud Managés

Guide de Services Cloud Managés

Accélérer votre transformation digitale, protéger et sécuriser vos environnements Cloud avec les offres de support, d'accompagnement et de services managés. Découvrez le TOP 3 des Services Managés pour accompagner la transformation de vos environnements Cloud, gagner en agilité et en sécurité dans un monde d'incertitudes.

Tech - Par Benoît Bascompte - Publié le 24 juin 2010