> Tech > Quelle est la réalité des services web ?

Quelle est la réalité des services web ?

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Sean Chandler - Mis en ligne le 10/11/2004 - Publié en Février 2004

Evaluer le vrai potentiel derrière les apparences

A en croire le matraquage qui inonde l'industrie IT, chaque homme, femme et enfant de la planète pratique le développement de services Web. A tel point qu'une grande chaîne de télévision élabore un reality show inspiré des services Web.Sous le nom éventuel de « Survivor : Web Services », cette série dresse deux équipes de programmeurs l'une contre l'autre dans une série de jeux de coding complexes, sur une île déserte.

Bon, d'accord, il n'y a peut-être pas de spectacle télévisé, mais il est certain qu'on fait beaucoup de tapage sur le sujet des services Web. Mais qui peut-on croire ? A un bout du spectre, les professionnels IT voient les services Web comme une percée technologique qui transformera la manière dont les applications seront développées et déployées à  l'avenir. A l'autre bout du spectre, d'autres professionnels IT voient les services Web simplement comme un prétendue panacée logicielle qui n'a aucune chance d'influencer notablement le monde applicatif.
En définitive, le seul moyen objectif d'évaluer l'impact potentiel des services Web est de découvrir qui est actuellement en train de développer, de déployer ou de prévoir des services Web dans l'industrie IT. A cet effet, la firme Gartner (http://www.gartner.com) a mené deux enquêtes en février 2003 pour mesurer l'attrait des services Web aujourd'hui et à  l'avenir.
La première enquête a visé 50 entreprises d'Amérique du Nord dont le chiffre d'affaires annuel dépassait 500 millions de dollars. Pour les besoins de cet article, appelons cela « l'Enquête 50 ». Bien que le groupe interviewé ait été relativement petit, la taille des entreprises ciblées donne une bonne idée de ce que les grands comptes pensent des services Web.
La seconde enquête a touché plus de 100 entreprises d'Amérique du Nord ayant plus de 1 000 employés et qui envisagent de déployer les services Web dans les 12 à  24 prochains mois. Appelons cela, « l'Enquête 100 ». A l'évidence, le groupe interrogé n'est pas vraiment neutre et penche plutôt vers le déploiement des services Web. L'enquête n'en a pas moins dégagé quelques enseignements utiles.
On notera que les deux études se situent en Amérique du Nord. Or, différents pays ont différents degrés d'intérêt et différents rythmes de déploiement des services Web. Par conséquent, soyez prudent avant d'extrapoler les résultats de l'enquête.

La première difficulté dans une enquête sur les projets de services
Web est que diverses personnes ont différentes interprétations.
Pour certains, par exemple, les services Web sont
simplement la validation XML de toute application. A leurs
yeux, il suffit de glisser quelques imports et exports XML devant
un programme RPG iSeries existant, et voilà  des services
Web.
La définition commune des services Web dans l’industrie
– et celle que nous adoptons ici – est la suivante : pour qu’une
application mérite le titre de composant de services Web, elle
doit utiliser une ou plusieurs des technologies suivantes :
SOAP (Simple Object Access Protocol), WSDL (Web Services
Description Language) et UDDI (Universal Description,
Discovery, and Integration). Dans tous ces standards, l’utilisation
de XML est implicite.
Cette notion « XML = services Web » apparaît clairement
dans les deux enquêtes de Gartner. Dans l’Enquête 50, 86 %
des interviewés indiquent que XML est utilisé dans leurs projets
de services Web, mais 31 % seulement indiquent l’utilisation
de SOAP, 14 % celle de UDDI, quant à  WSDL on les
compte sur les doigts des deux mains.
Dans l’Enquête 100 (qui, on l’a vu, se concentre sur des
entreprises revendiquant des projets de services Web actifs),
les résultats sont similaires. Ici, 75 % des interviewés indiquent
l’utilisation de XML, mais 31 % seulement indiquent
celle de SOAP. Dans cette enquête aussi, WSDL et UDDI ont
un score inférieur à  SOAP.
Moralité : l’industrie a tellement mis l’accent sur XML
comme colonne vertébrale des services Web, que cela a définitivement
brouillé leur définition dans l’esprit de nombreux
spécialistes des technologies de l’information. Les organisations
IT peuvent se croire entièrement engagées dans des
projets de services Web alors qu’elles ne le sont pas vraiment.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010