> Tech > Quelques questions au Dr Jim Gray

Quelques questions au Dr Jim Gray

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Le lauréat 1998 du prix Nobel des NTI (Turing Price) et responsable du groupe de recherche sur l’évolutivité à Microsoft, explique en quoi les architectures de services Web sont l’avenir de l’informatique distribuée.

SQL Server Mag : Selon vous les architectures
de Grid Computing sont surtout
réservées aux communautés
scientifiques devant gérer de grands
volumes de données et effectuer des
opérations importantes de calcul. Le
Grid peut-il se justifier dans d’autres
cas de figures?

Jim Gray : Il existe en fait plusieurs aspects
du Grid Computing que pour ma part,
je définis comme une informatique distribuée
à  l’échelle du Web. Cette définition
concerne le Grid mais aussi l’externalisation
de l’informatique, l’informatique à  la
demande version IBM, et les architectures
orientées services Web développées entre
autre par Microsoft, BEA, IBM, Sun, Oracle.
Ces architectures traitent par ailleurs les
aspects sécuritaires et de nommage
comme aucune autre. Dans le domaine
scientifique, il existe néanmoins des
exemples intéressants de Grid Computing
à  l’image de SkyQuery (http://SkyQuery.
net), une gigantesque banque de données
spatiales créée par des physiciens de
l’université Johns Hopkins et reposant sur
les plates-formes .NET et SQL Server. Cette
application issue du projet américain
GriPhyN (Réseau Grid pour la Physique) fait
partie des exemples les plus parlants du
Grid Computing, dans le sens où elle est
opérationnelle et utilisée chaque jour par
des scientifiques. Mais le Grid concerne
bien d’autres organisations. En fait, le vrai
défi est aujourd’hui de savoir comment les
entreprises peuvent publier et partager
leurs informations. La solution la plus adéquate
à  mes yeux demeure l’architecture
orientée services Web. C’est en tous cas, la
direction que nous suivons avec des collègues
astronomes, via la construction
d’un « télescope mondial » qui intègrera
des masses de données spatiales.

Donc le Grid Computing ne concerne
pas nécessairement les opérations de
calcul ?
Jim Gray :
Clairement non. Je pense que
les opérations de visualisation d’analyses
de données et de datamining sont des défis
bien plus importants à  relever.

On a l’impression que Microsoft s’investit
beaucoup sur les architectures
SOA mais communique moins que ne
le font Oracle et HP sur le Grid.
Pourquoi ?
Jim Gray :
Les services Web et architectures
orientées services permettent de
créer beaucoup plus facilement des entreprises
virtuelles et d’autoriser le partage
de données et de services. Bien plus que
ne le permet l’outsourcing, ces architectures
permettent de vrais échanges intra et
inter groupes. C’est une tendance que
Microsoft suit en tant que leader avec ses
investissements dans les Web services
.NET, BizTalk et SQL Server.

Mais alors, SQL Server 2005 est-il
« prêt » pour le Grid ?
Jim Gray :
SQL Server 2005 est un serveur
Web offrant du WSDL et des services
SOAP. Il intègre un gestionnaire de file d’attente
complet (Service broker) qui permet
de créer facilement des services connectés
Internet. Grâce à  ses outils de programmation
avancés et sa structure.NET, SQL
Server 2005 est par ailleurs de loin la
plate-forme la plus adaptée à  la création
d’architectures orientées services. Certains
penseront qu’il est normal de prêcher
pour sa paroisse, il n’empêche que cet avis
repose sur une observation objective de la
manière dont la communauté scientifique
américaine d’astronomie a crée des
services Web en s’appuyant sur les outils
disponibles sur le marché. Résultat : Les
scientifiques utilisant les plates-formes
.NET et SQL travaillent très vite tandis que
ceux qui ont opté pour d’autres architectures
sont toujours à  la traîne.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide Azure Virtual Desktop

Guide Azure Virtual Desktop

Comment optimiser les coûts, gagner en agilité, en sécurité et en conformité avec Azure Virtual Desktop ? Découvrez, dans ce Guide Infographique, les bénéfices clés pour les utilisateurs et les avantages de la mise en œuvre pour les équipes IT.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010