> Tech > Recherche : IBM France rassemble ses troupes

Recherche : IBM France rassemble ses troupes

Tech - Par Guillaume Rameaux - Publié le 26 septembre 2011
email

Les équipes de recherche IBM France se rassemblent au sein d’une même entité baptisée « France Lab ».

Le but est de pousser les développements matériels et logiciels français sur la scène internationale tout en faisant le lien avec les secteurs privé et public.

« La recherche IBM s’internationalise, s’exporte, et nos ingénieurs français ne sont pas toujours bien représentés dans la communauté IBM », regrette Alain Bénichou, Président d’IBM France. La filiale hexagonale de Big Blue constitue pourtant le 3ème plus important laboratoire en dehors des Etats-Unis indique le dirigeant.

700 experts techniques vont donc constituer ce nouveau « France Lab » censée faire rayonner la recherche IBM France dans le monde entier. Frédéric Allard, Directeur du Centre de Compétences IBM de La Gaude, a été nommé à la tête de ce concentré de matière grise. Ce dernier fait partie du cercle fermé des Distinguished Engineers. Ces professionnels certifiés sont au nombre de 600 dans le monde dont 14 en France. « Cette équipe fait partie d’une équipe mondiale », précise toutefois Beth Smith, responsable de l’offre WebSphere, qui prône la collaboration entre l’ensemble des équipes IBM. 3 000 personnes, réparties entre 9 centres de recherche dans le monde, s’activent actuellement pour mettre au point les futures innovations technologiques. « France Lab devra faire en sorte que les compétences françaises puissent être développées dans cet écosystème international », confirme Frédéric Allard.

Plaidoyer en faveur du crédit d’impôt recherche

Alain Bénichou souhaite également renforcer la coopération avec la communauté académique française en participant au financement de certains projets et thèses universitaires. Le n°1 d’IBM en France souligne à ce titre l’importance du dispositif crédit d’impôt recherche (CIR) qui met la France « dans une situation extrêmement favorable par rapport à d’autres pays ». IBM investit chaque année 6 % de son chiffre d’affaires en recherche et développement, soit 6 milliards de dollars. En France, le CIR donne réduction d’impôts et subventions aux entreprises qui investissent dans la recherche. « On ne finance pas un projet sur trois mois ou un an, mais sur cinq ans. Le système de crédit d’impôt recherche doit être pérenniser », poursuit-il.

À titre d’exemple, IBM mène le consortium Rider composé d’industriels et de chercheur (EDF, GDF-Suez COFELY, universités de Montpellier 2 et Perpignan,…). L’objectif est de développer un système d’information permettant d’optimiser, à l’aide de multiples appareils de mesure, l’efficacité énergétique d’un groupe de bâtiments, voire à terme, d’un quartier entier.

Plus d’informations : IBM

Téléchargez gratuitement cette ressource

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

Actualités, Chroniques et Dossiers exclusifs pour les Décideurs et Professionnels IT. Vos ressources essentiels pour comprendre les enjeux, évaluer les perspectives et conduire la transformation numérique de l'entreprise. Découvrez en exclusivité une édition complète de la nouvelle revue SMART DSI.

Tech - Par Guillaume Rameaux - Publié le 26 septembre 2011