> Tech > Référentiels : la course au jackpot

Référentiels : la course au jackpot

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Les " référentiels " (ou gisements de données) d'entreprise ont toujours été un produit difficile à  vendre. A leur niveau le plus élémentaire, ce sont des applications de bases de données contenant des métadonnées, c'est à  dire des données sur les données. Dans le contexte des référentiels, le terme métadonnées désigne des informations sur les actifs informatiques d'une organisation, depuis les définitions de composants et les programmes COBOL jusqu'aux informations sur les data warehouses et les datamarts on-line de l'entreprise. Les référentiels contiennent aussi généralement des informations sur les schémas de base de données, les règles de gestion et les conventions de codage et de noms de l'entreprise.
Il s'agit, en somme, d'une liste de ressources exhaustive, à  indexage croisé, un catalogue géant des ressources d'une organisation. Tel est l'objectif du référentiel d'entreprise, il ne faut donc pas s'étonner si on les appelle parfois dictionnaires ou encyclopédies de données.
Si cette description vous paraît trop abstraite, vous pouvez comparer le Registre à  un référentiel de tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur un système Windows.Vous êtes séduit par l'idée d'avoir un référentiel, mais, prudent, vous pensez qu'il est probablement pénible à  installer et à  maintenir ? Vous n'avez pas tort. Et nous revoici à  la case départ : les référentiels sont depuis toujours un produit difficile à  vendre. Toutefois ils font malgré tout un come-back et le moment est donc venu d'examiner ce qu'ils peuvent vous offrir.

Le marché actuel des référentiels est restreint et guère dynamique

Les référentiels ne sont pas une nouveauté. On peut les rapprocher des outils
CASE, surtout les grandioses upper CASE, qui étaient des projets pour le
développement d’entreprise. Souvent basés sur mainframes, ils s’adressaient à 
tous les stades du développement, de la modélisation et l’architecture de l’entreprise
à  la génération et à  la maintenance du code.
Les outils dits lower CASE, au contraire, portaient plus étroitement sur
l’analyse des besoins, la conception de programmes et la génération de code.On
peut citer à  titre d’exemple d’outil upper CASE utilisant des référentiels le
produit IEF (Information Engineering Facility) de Texas Instruments (TI), ultérieurement
rebaptisé Composer by IEF et que Sterling Software a racheté en 1997 et rebaptisé
COOL:Gen.
On peut également citer deux autres exemples de produits upper CASE utilisant
des référentiels : ADW (Application Development Workbench) de KnowledgeWare (également
acquis par Sterling Software) et COHESION de Digital Equipment.
Certains éditeurs d’outils ont conçu des référentiels pour stocker des informations
se rapportant à  un aspect particulier du processus de développement logiciel.
Ceux-ci peuvent contenir du code source, l’historique des versions, les règles
de gestion et des informations sur la gestion des projets.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Le Guide d’Orchestration du Parcours client

Le Guide d’Orchestration du Parcours client

Au-delà de la clarification des nouveaux concepts de gestion du parcours client, ce guide vous permettra de définir, créer et mettre œuvre une orchestration complète articulée autour des trois volets essentiels au succès de l’expérience client et de l’entreprise.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010