> Tech > Utilisation de tableaux noirs avec des programmes trigger

Utilisation de tableaux noirs avec des programmes trigger

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Quand l'information envoyée avec un buffer de trigger ne suffit pas, les programmes de service de type "tableaux noirs" peuvent relayer des données supplémentaires entre applications et programmes triggers Avant les panneaux de messages et la diffusion de courriers électroniques, on utilisait des tableaux noirs pour afficher les informations importantes sur les lieux publics. Aujourd'hui encore, les professeurs utilisent des tableaux noirs face à  leurs élèves, et comment, sans eux, les bistrots annonceraient-ils leur plat du jour ? Vous ne savez peut-être pas que ces applications et les programmes triggers qu'elles invoquent peuvent aussi recourir à  une technique que je baptise tableau noir pour échanger des informations.

Si vous n'avez besoin (outre les informations contenues dans le buffer de trigger) que du nom du programme applicatif ayant déclenché le trigger, un tableau noir est peut-être superflu. Il existe un moyen plus simple d'obtenir le nom de l'application : envoyer un message fictif du trigger à  l'application, puis extraire le message. Pour plus d'informations à  ce sujet, lisez “ Offrez la présentation du numéro à  vos programmes ”, NEWSMAGAZINE, avril 1999. En revanche, s'il vous faut relayer des informations supplémentaires entre une application et son trigger, un tableau noir est peut être parfaitement indiqué.

Utilisation de tableaux noirs avec des programmes trigger

Commençons par un examen rapide des triggers AS/400. Un trigger (ou déclencheur)
est un programme écrit par vous, pour être invoqué (ou “ déclenché ” automatiquement
par DB2/400 quand une action — insertion, mise à  jour ou suppression d’un enregistrement
— intervient dans la base de données. Avec la commande AddPFTrg (Add Physical
File Trigger), on définit l’invocation d’un trigger en combinant librement les
six situations : avant une insertion, avant une mise à  jour, avant une suppression,
après une insertion, après une mise à  jour et après une suppression.

DB2/400 transmet deux paramètres au programme trigger : le buffer de trigger et
sa longueur. Le buffer de trigger contient beaucoup d’informations utiles, dont
le nom et la bibliothèque du fichier, la situation (parmi les six indiquées ci-dessus)
ayant causé le déclenchement du trigger, l’information de contrôle d’activation,
et les images des anciens et nouveaux enregistrements. Mais parfois, cela ne suffit
pas, car on souhaite communiquer davantage d’informations que le buffer de trigger
ne le permet entre une application et un trigger. Voyons un exemple de ce type
de situation. (Pour plus d’informations sur les programmes trigger, voir notre
« Bibliographie ».)

Téléchargez gratuitement cette ressource

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

Téléchargez cette étude Forrester et découvrez comment booster la collaboration tout en dégageant un excellent R.O.I grâce au système de vidéoconférence HP Elite Slice G2 avec Microsoft Teams !

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010