> Tech > Utilitaire ligne de commande de Windows Server 2003

Utilitaire ligne de commande de Windows Server 2003

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

par Sean Deuby - Mis en ligne le 31/03/2004

De nouveaux utilitaires facilitent le scripting

Les OS Windows de Microsoft doivent beaucoup de leur succès initial à  leur GUI, qui s'éloignait radicalement des OS orientés texte de l'époque...Je me souviens encore du sentiment que j'ai éprouvé face à  l'interface Windows 3.0 après des années d'utilisation de systèmes à  écran passif 24 x 80. Toutefois, comme l'OS a mûri, Microsoft a pris conscience qu'un utilitaire ligne de commande est supérieur à  son homologue graphique dans de nombreux cas. Le domaine le plus évident est bien sûr l'automatisation. On peut utiliser un petit nombre d'utilitaires ligne de commande et un fichier batch pour créer une tâche planifiée qu'il est pratiquement impossible de créer au moyen d'un snap-in Microsoft Management Console (MMC). Un riche ensemble de ressources de scripting, y compris des langages comme VBScript et des interfaces comme ADSI (Active Directory Service Interfaces) et WMI (Windows Management Instrumentation), sont à  la disposition de l'administrateur.
Malheureusement, l'administrateur moyen n'a généralement pas le temps d'apprendre suffisamment ces outils pour construire des utilitaires productifs. Il faut aux administrateurs des utilitaires puissants, prêts à  l'emploi, qu'ils peuvent injecter dans un fichier batch et, le plus souvent, il les leur faut sur le champ. Comme les administrateurs doivent pouvoir utiliser les programmes rapidement, la documentation doit être de bonne qualité. Une syntaxe homogène dans tous les utilitaires et des messages d'erreur informatifs, tous deux cruellement absents par le passé, sont nécessaires pour que les administrateurs apprennent les utilitaires rapidement.
Microsoft a mis au point Command Line Management, un bureau de programme distinct dans le projet de développement Windows Server 2003, pour répondre aux besoins de ces administrateurs. Survolons neuf utilitaires ligne de commande significatifs pour Windows 2003 que l'équipe du programme Command Line Management a créé ou amélioré à  partir des outils existants.

Utilitaire ligne de commande de Windows Server 2003

L’un des objectifs du programme
Command Line Management est d’offrir
aux administrateurs des utilitaires
ligne de commande pour leurs principales
tâches de management. Non seulement
ces utilitaires sont suffisamment
souples et puissants pour que
n’importe quel administrateur puisse
écrire des scripts en un clin d’oeil, mais
ils améliorent aussi es outils précédents
à  bien des égards :

  • Les utilitaires ont une syntaxe standard
    pour raccourcir le temps d’apprentissage
    des administrateurs

  • Vous pouvez appliquer les utilitaires
    à  distance à  un serveur, pour ne pas
    être obligé de vous connecter directement
    à  la console.

  • Les utilitaires acceptent des références
    secondaires, donc ils fonctionnent
    facilement dans un environnement
    sécurisé dans lequel vous
    n’êtes pas généralement connecté
    en tant que compte privilégié.

  • Les utilitaires sont décrits dans le système
    d’aide de Windows 2003 (rechercher
    command line reference)
    et dans un kit de ressources Windows
    2003 à  venir. Si vous voulez étudier
    l’information d’aide de ces utilitaires,
    vous pouvez copier \%windir
    %\help\ntcmds.chm sur votre
    système local et l’y ouvrir.

Comme je l’ai dit, tous les utilitaires
ne sont pas nouveaux. Beaucoup
d’entre eux, comme Shutdown, proviennent
du kit des ressources ou de
Windows 2003 Support Tools et
sont maintenant plus robustes et
standardisés.
Pour utiliser efficacement beaucoup
de ces outils, vous devez vous familiariser
avec la convention DN (distinguished
name) de description des
objets AD (Active Directory). Le DN
d’un objet AD décrit l’objet et son emplacement
dans la hiérarchie AD. Un
domaine est préfacé avec DC= (domain
component) ; une OU (organizational
unit), avec OU= ; et d’autres objets,
avec CN= (common name). Vous
démarrez le DN avec l’objet lui-même,
puis grimpez au sommet de la hiérarchie
AD. Par exemple, le DN d’un DC
dans le domaine BigTex.net serait
CN=firstdomcont,OU=domain controllers,
DC=bigtex,DC=net. Si le DC
se trouvait dans le domaine enfant
Sales de BigTex.net, son DN serait
CN=firstdomcont,OU=domain controllers,
DC=sales,DC=bigtex,DC=net
. Si l’un des noms d’objets inclut un espace,
il faut mettre le DN entre guillemets.
Ne mettez pas d’espace entre la
virgule et le nom d’objet suivant. J’ai
l’habitude d’écrire en majuscules CN,
OU et DC pour des raisons de clarté,
mais ce n’est pas obligatoire.
Attention si vous construisez des
scripts d’utilitaire ligne de commande
avec autre chose que NotePad. Par défaut,
Microsoft Word ajoute des guillemets
intelligents, remplace les doubles
traits d’union par des tirets em, et utilise
toutes sortes d’autres symboles
pour donner meilleure apparence au
texte. De ce fait, vous risquez de passer
une heure ou deux à  découvrir que
votre syntaxe de commande est correcte,
mais que l’utilitaire rejette
quelques symboles non affichables
dans votre code.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010