> Tech > Virgin: sur la trace des NS

Virgin: sur la trace des NS

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010
email

Par Sabine Terrey
Virgin Megastore s'est lancé dans une gestion centralisée du système d'information de ses magasins européens, depuis son site de Paris. Virgin Megastore, maison de disques bien connue créée par Richard Branson dans les années 70, a ouvert son premier magasin en France en 1988 sur les Champs-Elysées.
Aujourd'hui, avec une activité de distribution débordant largement celle du disque puisque Virgin Mégastore propose également par exemple des livres ou du matériel électronique et informatique, le groupe compte 28 magasins en Europe continentale, répartis dans six pays (Italie, Portugal, Autriche, Belgique, Pays Bas et France). L'objectif de Virgin : tout magasin se doit avant tout d'être un « lieu de vie » avec une ambiance bien particulière que les clients aiment retrouver. Le groupe Virgin s'attaque également à  d'autres marchés, aussi divers que l'aviation (BA AA, no way!), le train, les assurances, « Virgin cola », « Virgin Vie »…toutes activités qui représentent désormais 200 sociétés de par le monde.
Quant à  l'activité des Mégastores, elle est représentée par VEG (Virgin Entertainment Group).

Le service informatique, qui regroupe onze personnes à  Paris, assure une prestation
pour les 28 magasins européens. Un outil performant est nécessaire et indispensable,
« simple dans la gestion », souligne Serge Le Port, Directeur Informatique Europe
Continentale de Virgin. Aussi, son choix se porte-t-il naturellement vers l’AS/400,
« plate-forme stable, avec peu d’adaptations derrière ».

Cependant, les divers problèmes liés à  la micro-informatique devaient être solutionnés
rapidement ; en 1998, les discussions sur le projet débutent, et l’équipe se penche
réellement sur le problème en mars 1999. En mai, le Comité de Direction examine
la proposition de l’informatique, dont la mise en oeuvre démarre début juin.

La micro-informatique classique, telle qu’elle existait auparavant chez Virgin,
causait en effet de sérieux soucis, et notamment des difficultés pour le suivi
des nouvelles releases et une augmentation permanente et nécessaire de la puissance
du matériel pour être performant. «On subissait la politique des éditeurs de logiciels
» commente Serge Le Port. Par ailleurs, les ordinateurs individuels sont coûteux
(environ 11000 francs).

En outre, l’équipe informatique, qui gère 200 ordinateurs sur 31 sites et 6 territoires,
doit faire face aux pannes, aux fréquents plantages (système local Windows 95,
composant bas de gamme), aux problèmes de configuration locale de l’utilisateur,
aux anciennes versions de logiciel, et à  la non-sauvegarde des données utilisateur.
Par ailleurs, la sécurité n’est pas garantie à  100%, ce qui reste un point crucial
à  résoudre.

Aussi, une évolution de la situation est-elle devenue incontournable : « il faut
créer une plate-forme stable, qui génère moins de problèmes », d’où la mise en
place d’un Terminal Server sur un quadriprocesseurs sous Windows NT. Cette machine
assure le rôle une passerelle pour atteindre le serveur et les terminaux accèdent
ainsi aux différentes applications. « L’environnement AS/400 correspondait à  ce
que nous voulions mettre en place sur Windows Terminal Server » précise Serge
Le Port. Aussi, l’implantation des Network Stations (NS) d’IBM, matériel moins
coûteux (environ 5000 francs) devient donc la suite logique de la solution. Le
service informatique se transforme en site bêta, car il ne faut pas oublier la
phase de tests de la solution.

La nouvelle installation a déjà  solutionné de nombreux problèmes. Avant tout,
Virgin n’a plus qu’un seul ordinateur à  gérer (le serveur). Les plantages sont
quasi-inexistants (système Windows NT, composant haut de gamme) et l’évolution
des versions de logiciels est désormais rendue possible. La configuration de l’utilisateur
se trouve sur le serveur, et une sauvegarde quotidienne est réalisée automatiquement.

Enfin, la sécurité est maximale. Par ailleurs, la mise en place des NS efface
les engagements et le degré d’urgence, liés à  l’utilisation de PC.

Aujourd’hui, chaque ouverture de magasin s’accompagne de l’installation de NS
en réseau (Strasbourg en août 1999, Liège en septembre 1999 et prochainement Dunkerque…),
avec une gestion centralisée et un accès via un serveur local. Le pilotage est
assuré à  distance par l’équipe informatique de Paris. L’infrastructure repose
sur une configuration bien précise : un routeur central, un réseau Ethernet en
local avec un serveur de boot, et autant de périphériques que nécessaire autour.
Chaque NS peut se transformer en poste 5250 ou en micro-ordinateur. « La Network
Station est un matériel performant, qui offre également des possibilités logicielles
impossibles à  mettre en oeuvre avec un Terminal passif » souligne Serge Le Port.
Aujourd’hui, les NS mises en place offrent une meilleure résolution graphique.
En outre, avec les NS, Virgin Megastore ne néglige pas l’Internet et considère
que ce domaine intervient directement dans la définition de la fonction de l’utilisateur.

Avec les NS, la technologie s’intègre au mieux dans l’entreprise, ce qui constitue
une solution parfaitement adaptée aux besoins, notamment en ce qui concerne le
souci permanent de Virgin d’offrir un haut niveau de sécurité au système, et une
certaine sérénité aux utilisateurs.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Conçu pour les directions IT et Métiers, ce guide vous permettra d'évaluer précisément vos processus de communication client, d'identifier vos lacunes et points d'inflexion pour établir un plan d’actions capable de soutenir durablement votre évolution. Bénéficiez maintenant d'une feuille de route complète.

Tech - Par iTPro.fr - Publié le 24 juin 2010