> Tech > Windows Server 2008 en perspective

Windows Server 2008 en perspective

Tech - Par Mark Minasi - Publié le 24 juin 2010
email

Au cours des Microsoft TechDays 2008, la firme de Redmond a présenté Windows NT Server 6.0, nommé désormais Windows Server 2008, après l’appellation « Longhorn Server ». L’aimerez-vous ou non, cela dépendra de la réponse à cette question : recherchez-vous une révolution ou une simple évolution ?

S’agissant de Windows 2008, il vaut mieux songer à Darwin et Wallace qu’à Marx et Lénine. Comme ses deux aînés, Windows Server 2003 et Windows Server 2003 R2, Windows 2008 présente des points intéressants en matière d’outils et d’innovations, mais aussi des corrections bienvenues et très attendues. Cependant, Windows 2008 ne présente pas le même genre de ruptures que Windows 2003 Server.

Et donc, le nouvel OS s’intègrera aisément dans un environnement serveur Windows existant. Malheureusement, Windows 2008 ne comble toujours pas certaines des lacunes criantes de ses prédécesseurs (tout comme d’ailleurs Windows 2003 et Windows 2003 R2). Bien que Windows 2008 regorge de nouveautés, je ne peux en couvrir ici qu’une poignée.

Contenus complémentaires :
Quelle cohabitation pour Windows 2008 et Exchange 2007 ?
Le groupe des utilisateurs de Windows Server

Windows Server 2008 en perspective

Avantages de Vista
Que vous l’aimiez ou le détestiez, Vista – le dernier OS de Microsoft – est la version la plus sûre de Windows à ce jour. Comme Windows s’appuie sur la base de code de Vista, il hérite de sa sécurité. En outre, Windows 2008 bénéficie des meilleures fonctionnalités de Vista.

Un vrai 64 bits !
Le principal changement de Windows 2008 réside peut-être dans son architecture : 64 bits. L’architecture processeur par défaut est désormais considérée à 64 bits ; les 32 bits ne sont qu’un simple héritage. D’après Microsoft, Windows 2008 est le dernier OS serveur que la firme offrira pour des processeurs 32 bits.

Bon ou mauvais, vous demandez-vous ? Pour moi, c’est formidable ! C’est vrai, le code 64 bits est un peu plus volumineux que le code 32 bits correspondant, mais l’architecture du chip AMD64/EM64T facilite le coding de bas niveau pour les programmes – et donc les développeurs en tireront probablement un code solide. Mieux encore, l’architecture 64 bits nous affranchit de l’espace d’adresse 4 Go et permet à Windows de croître jusqu’à 16 To.

Parce que le fait de charger ce qui est essentiellement la version poste de travail de Windows 2008 – « 64-bit Vista Ultimate » – sur un poste de travail génère un rapport Windows Task Manager disant que Windows utilise 1,08 Go, et ce avant même que vous ne commenciez à exécuter des applications, il importe de s’affranchir de la limite de 4 Go. Et comme Exchange Server 2007 requiert déjà 64 bits, peutêtre que le 64-bit inhérent à Windows 2008 n’a rien de surprenant.

Téléchargez gratuitement cette ressource

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

SMART DSI : La Nouvelle Revue du Décideur IT !

Actualités, Chroniques et Dossiers exclusifs pour les Décideurs et Professionnels IT. Vos ressources essentiels pour comprendre les enjeux, évaluer les perspectives et conduire la transformation numérique de l'entreprise. Découvrez en exclusivité une édition complète de la nouvelle revue SMART DSI.

Tech - Par Mark Minasi - Publié le 24 juin 2010