> Tech > 1 : Mettre en place les lecteurs partagés et les réseaux

1 : Mettre en place les lecteurs partagés et les réseaux

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

La mise en place des lecteurs pour les serveurs en cluster - et le fait de donner à  Windows le moyen de reconnaître les lecteurs partagés - est généralement ce qu'il y a de plus fastidieux dans la création d'un cluster, parce que cette opération demande au moins trois réinitialisations.

Pour établir un
lecteur partagé, vous avez le choix
entre un SAN ou une unité SCSI partagée.
Je préfère le SAN parce qu’il me
permet de pooler l’espace lecteur sur
de nombreux serveurs et qu’il me permet
d’ajouter facilement des lecteurs.
Une fois l’opération de clustering entamée,
vous ne pourrez plus ajouter de
l’espace à  un lecteur existant ; par
conséquent, veillez à  ajouter un espace
généreux au moment de la mise en
place, pour chaque lecteur destiné au
cluster. Bien que vous puissiez ajouter
des lecteurs ultérieurement, il est difficile
d’ajouter de l’espace aux lecteurs
existants parce que le clustering ne
supporte pas les lecteurs dynamiques
(un type de configuration de lecteur
qui permet généralement ce genre de
croissance). Pour ajouter de l’espace à 
un lecteur existant, employez l’utilitaire
Diskpart, qui est inclus dans le
Windows 2000 Resource Kit et qui est
intégré dans Windows 2003. Mais,
compte tenu que tous les fournisseurs
de matériel ne supportent pas l’utilitaire
Diskpart, il vaut mieux créer un
espace lecteur nécessaire et suffisant
au moment de la mise en place, plutôt
que d’en ajouter plus tard.
Quand vous mettez en place les
lecteurs sur le premier serveur (ou
noeud) du cluster (que j’appelle
SQL2KNODE1), assurez-vous que le
second serveur (SQL2KNODE2) est
sous tension. Pour mettre en place les
lecteurs sur le premier noeud, faites un
clic droit sur My Computer, sélectionnez
Manage, ouvrez le snap-in
Microsoft Management Console
(MMC) Computer Management et ouvrez l’outil Disk Management, que
vous utiliserez pour gérer les lecteurs
et les partitions de disque.
Pour nommer vos lecteurs, essayez
d’adopter un standard de nommage
homogène et donnez à  chaque lecteur
un nom correspondant à  son rôle. Je
choisis en principe des noms comme
ceux de la table 1 parce qu’un DBA ou
un administrateur système peut facilement
voir quel est l’objet d’un lecteur,
par son seul nom.
Après avoir formaté et libellé
les lecteurs pour SQL2K
NODE1, éteignez SQL2KNO
DE1 et réinitialisez SQL2-
KNODE2. Revenez à  l’outil
Disk Management du snap-in
Computer Management ;
vous verrez que toutes les
lettres de lecteurs sont incorrectes
mais que les noms de
volumes sont corrects.
Utilisez les noms de volumes
pour déterminer ce que devraient
être les lettres des lecteurs et
redéfinissez ces dernières afin qu’elles
correspondent aux lettres de SQL2
KNODE1. A ce stade, les lecteurs des
deux serveurs sont configurés. Eteignez
SQL2KNODE2 et allumez SQL2
KNODE1.
Pour mettre en place le réseau en
cluster en partant d’une configuration
à  point de défaillance unique pour obtenir
une configuration entièrement
redondante, il existe plusieurs possibilités.
Pour les découvrir, voir l’encadré
exclusif Web « Network Setup Options
», sur www.itpro.fr Club Abonnés.
Pour cet article, je choisis la première
option décrite dans l’encadré – utiliser
deux cartes réseau – pour des raisons
de simplicité. Mais une telle configuration
laisse un point de défaillance
unique dans les communications. Une
fois la configuration choisie, nommez
chaque connexion de communications
réseau d’après son objet. Par exemple,
j’ai appelé ma connexion de communications
privée LAN_PRIVATE et la connexion
de communications publique
LAN_PUBLIC. Vous venez de mettre en
place les lecteurs partagés et le réseau.
Vous êtes prêts à  créer le cluster.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010