> Tech > 4. Ajouter le préfixe SPAM sur nos lignes cause trop de problèmes

4. Ajouter le préfixe SPAM sur nos lignes cause trop de problèmes

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Certains s'inquiètent d'utiliser des filtres pour préfixer les lignes sujet de certains messages avec le mot SPAM. La principale crainte est que le filtre marque un message légitime et que quelqu'un réponde au message ou le retransmette avec le préfixe intact. Laisser le mot SPAM dans le sujet peut avoir

4. Ajouter le préfixe SPAM sur nos lignes cause trop de problèmes

deux conséquences fâcheuses. Premièrement, si vous ajoutez
SPAM au sujet et répondez à  l’envoyeur du message, celui-
ci pourrait se vexer de voir son message ainsi stigmatisé.
Deuxièmement, dans la réponse à  un message ou dans sa retransmission,
le destinataire pourrait, au vu du préfixe, traiter
le message en tant que spam, peut-être en le supprimant.

Pour ce qui est de la première inquiétude, il me semble
que les envoyeurs veulent probablement savoir que leurs
messages sont marqués comme spam afin de pouvoir
prendre les mesures de correction par rapport à  ce qui active
le filtre. Si cela vous préoccupe, vous avez d’autres possibilités.
Premièrement, vous pouvez utiliser un préfixe différent
comme _SUSPECT, _ADVERT ou _ADVERTISEMENT. Ces
mots n’ont pas la même connotation que SPAM et pourraient
moins vexer les envoyeurs tout en indiquant que le message
mérite un supplément d’attention. Les soulignements en
préfixe des mots font que les lignes sujet sont distinguées
des lignes sujet des messages légitimes qui pourraient contenir
ces mots. Par exemple, une règle de traitement de spam
ignorerait la ligne sujet Suspect seen at 10:30, mais traiterait
un message dont la ligne sujet est _SUSPECT: Guaranteed
Millions.

Quant à  la seconde préoccupation, il est vrai que le mot
SPAM dans la ligne sujet peut éliminer quelques messages légitimes.
Pour contourner cela, on peut marquer le spam en
glissant une référence dans l’en-tête SMTP du message au
lieu de préfixer son sujet. Certains packages de filtrage anti spam peuvent insérer un champ d’extension
d’en-tête ou une marque entête
X dans un message pendant le déplacement
du message au travers de
SMTP.

La figure 1 montre un exemple de
quelques marques d’en-tête X que vous
pourriez trouver dans vos messages
même sans package antispam. On y
voit deux marques d’en-tête X
qu’Exchange 2000 Server utilise pour
demander un accusé de réception ou
pour signaler qu’un message est important.
Certains packages antispam utilisent
des en-têtes X de la même manière.
Quand un tel programme
attribue un score à  un message, il peut
écrire une notation dans l’en-tête.
Ainsi, il pourrait insérer une marque XSpam-
79% ou une marque X-Spam-
Offensive pour spécifier le score ou la
classification spam du message. Des
règles peuvent ensuite évaluer ces
marques d’en-tête et agir en conséquence
sur le message. Avec cette méthode
de marquage, les règles peuvent
traiter le spam, mais on élimine le
risque qu’une marque spam se propage
au travers des messages retransmis.

Le marquage d’en-tête peut aussi
être utile quand on pilote des packages
antispam. Comme les en-têtes de messages
sont généralement cachés de la
vue, seuls des participants pilote seront
au courant des marques et pourront
les utiliser pour traiter le spam.
Après le projet pilote, vous pourrez dévoiler
à  tout le monde l’existence des
marques d’en-tête, afin qu’eux aussi
puissent utiliser les marques dans leurs
règles.

Téléchargez cette ressource

Microsoft 365 : HP Subscription Management Services en détail

Microsoft 365 : HP Subscription Management Services en détail

Collaboration à distance, environnements de travail et productivité optimisés, gestion évolutive des licences, accélérez la transformation de votre business pour le faire entrer dans l’ère de la collaboration hybride. Découvrez comment le service de gestion des abonnements HP peut vous aider à optimiser vos investissements et votre stratégie de gestion de vos abonnements Microsoft 365.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010