> Tech > Aspect n° 3 : N’installez pas SharePoint sur un serveur exécutant déjà  OWA

Aspect n° 3 : N’installez pas SharePoint sur un serveur exécutant déjà  OWA

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Il est apparemment possible pour SharePoint et OWA de coexister sur un même serveur, mais je ne le recommande pas, sauf absolue nécessité. SharePoint désactive l’authentification Kerberos, laquelle est requise par OWA, et certains environnements rencontrent des problèmes associés au comportement par défaut d’IIS concernant la réutilisation de connexions HTTP.

Aspect n° 3 : N’installez pas SharePoint sur un serveur exécutant déjà  OWA

Pour résoudre ces deux conflits, consultez l’article Microsoft « Exchange Server 2003 and Outlook Web Access Issue ».

Un autre problème se rapporte au fait que, par défaut, SharePoint et OWA s’installent tous les deux sur le site Web qu’IIS crée par défaut sur votre système. Comme le filtre ISAPI de SharePoint, stsflt.dll, intercepte toutes les requêtes entrantes, les utilisateurs verront s’afficher une erreur 404 Page introuvable (Page Not Found) lorsqu’ils essaient d’accéder à OWA. Pour surmonter ce problème, il vous faut configurer SharePoint afin qu’il n’intercepte pas les requêtes adressées aux répertoires virtuels d’OWA. A cet effet, vous configurez les répertoires comme des chemins exclus. Pour gérer ce type de chemin, accédez aux outils d’administration et ouvrez SharePoint Central Administration. Sélectionnez l’option Configure virtual server settings et cliquez sur Default Web Site. Enfin, cliquez sur le lien Define managed paths, lequel affiche la page Define Managed Paths illustrée à la figure 1. Sur cet écran, vous pouvez voir tous les répertoires virtuels à configurer en tant que chemins exclus.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Protection des Données : 10 Best Practices

Protection des Données : 10 Best Practices

Le TOP 10 des meilleures pratiques, processus et solutions de sécurité pour mettre en œuvre une protection efficace des données et limiter au maximum les répercutions d’une violation de données.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010