> Tech > Comprendre la sortie TRCINT

Comprendre la sortie TRCINT

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

 Avant d’apprendre à interpréter les points de trace sockets, vous devez d’abord savoir comment lire ce genre de trace. Commençons par examiner la première ligne d’information de chacun des enregistrements de trace (haut de la figure 3). La première colonne sur chaque enregistrement est la composante qui a généré la

donnée de trace. Dans votre trace, le premier mot de chaque enregistrement est SOCKETS puisque vous avez spécifiez *SCK quand vous avez démarré la trace.

La colonne suivante, IDENTIFIER: SC#00xxx, spécifie le numéro du point de trace. Quand vous avez démarré la trace, vous avez précisé que vous ne vouliez capturer que les points de trace 100 à 999, et donc ce seront les seuls à apparaître dans votre trace. Dans quelques cas, peu nombreux, des points de trace supplémentaires hors de cette plage sont inclus tout en haut d’une trace ; ignorez tout point de trace SC# qui se situe à l’extérieur de la plage 100 à 999. L’autre fait unique à propos de cette trace est que tous les points de trace d’entrée API ont un 0 comme dernier chiffre et tous les points de trace de sortie API ont un 5 comme dernier chiffre. Par exemple, les numéros de points de trace d’entrée et de sortie pour l’API accept() sont SC#00100 et SC#00105, respectivement.

La date et l’heure à laquelle le point de trace a été généré apparaît aussi sur la première ligne. Vous pouvez comparer ces tampons horodateurs avec ceux d’une trace de communications qui a été collectée en même temps, ou avec d’éventuels messages ou journaux de jobs qui auraient pu être générés. La dernière information que l’on voit à la fin de la première ligne de l’enregistrement de trace est le numéro du task dispatching element (TDE#). Ce numéro identifie de façon unique tous les threads et tâches qui s’exécutent sur votre système.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Avec Cloud in One, les entreprises ne gagnent pas uniquement en agilité, en modernisation et en flexibilité. Elles gagnent également en sécurité et en résilience pour lutter efficacement contre l’accroissement en nombre et en intensité des cyberattaques. Découvrez l'axe Cybersécurité de la solution Cloud In One.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010