> Tech > Encore rare

Encore rare

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Dans le bon environnement, la génération actuelle de produits de courrier vocal fonctionne bien et assure en partie les fonctions de messagerie unifiée en intégrant la voix et les fax au courrier électronique. Mais la messagerie unifiée est encore rare dans les installations opérationnelles d'Exchange. Voici les raisons pour lesquelles

Exchange n’a pas atteint les objectifs initiaux de Microsoft :

  • le coût perçu de l’extension d’Exchange en termes de licences logicielles
    (pour la messagerie unifiée) et de matériel supplémentaire
  • le manque relatif d’accès API au moteur de messagerie Exchange Server 5.5
  • l’immaturité relative du marché de la messagerie unifiée

L’extension d’Exchange par un produit d’éditeur tiers entraîne des frais de licences
et généralement des coûts matériels (par exemple CPU, mémoire, disque dur). Les
éditeurs de logiciels ont besoin de rentabiliser leurs investissements. Et bien
que le marché d’Exchange ait dépassé les 25 millions de postes depuis la fin du
deuxième trimestre 1999, les ventes d’add-ons pour créer des messageries unifiées
n’ont pas atteint un volume comparable à  celui d’extensions plus répandues, telles
que les antivirus, les connecteurs de fax, les outils d’administration et les
produits de sauvegarde.

La génération actuelle de produits de courrier vocal fonctionne bien et
assure en partie les fonctions de messagerie unifiée

Certaines sociétés, dont Microsoft et plusieurs cabinets indépendants d’analystes,
affirment qu’une solution de messagerie unifiée coûte moins cher que le déploiement
du courrier vocal et de la messagerie électronique sur des plates-formes distinctes.
Personnellement, je doute qu’il soit possible de généraliser l’idée que la messagerie
unifiée sera moins chère dans tous les cas, quand on sait à  quel point les besoins
et les infrastructures des entreprises varient de l’une à  l’autre. On peut comprendre,
toutefois, que Microsoft défende la messagerie unifiée intégrée autour d’Exchange,
comme l’explique un livre blanc disponible à  l’adresse http://www.microsoft.com/exchange/km/um.htm.

L’absence relative d’API pour Exchange augmente les coûts de développement et
finit par avoir une incidence sur les coûts de licences. MAPI est une API complète,
mais qui a un accès limité aux contenus du Magasin d’informations (IS pour Information
Store). Il faut que les applications imitent une boîte à  lettres pour interagir
avec l’IS ou que les éditeurs écrivent des extensions côté client pour traiter
les nouveaux types de données, comme les messages de courrier vocal. Il n’existe
pas d’accès direct à  d’autres composants d’Exchange, tels que MTA (Message Transfer
Agent) et connecteurs, et les applications doivent donc tout passer par l’IS.

Microsoft a amélioré le Directory Store d’Exchange Server 5.5 en ajoutant un certain
nombre d’attributs de courrier vocal qui vont le rendre plus séduisant pour les
intégrateurs. Les attributs détenus par le Directory Store pour chaque boîte à 
lettres portent sur l’accueil du courrier vocal, le mot de passe, le nom enregistré,
l’ID de son utilisateur etc. Ces attributs ne sont pas inhérents à  Exchange et
les développeurs peuvent donc s’en servir à  leur guise. Il n’existe pas d’interface
utilisateur pour visualiser les attributs du courrier vocal ; pour les voir, il
faut donc exécuter le programme d’administration d’Exchange, ce que montre l’écran
1. Dans l’impossibilité de personnaliser actuellement le Directory Store pour
répondre aux exigences spécifiques des applications, les attributs prêts à  l’emploi
développés par les éditeurs sont donc bienvenus. Sinon, les développeurs seraient
obligés de stocker ces données dans un autre annuaire. Active Directory offre
un schéma complètement extensible, qui donnera aux développeurs toute liberté
(dans des limites raisonnables) d’ajouter leurs propres attributs de courrier
vocal dans le répertoire.

Les progrès des matériels ont eu beaucoup d’influence dans ce domaine. Les PC
plus rapides peuvent traiter plus facilement les messages de courrier vocal et
les serveurs plus puissants, équipés de plusieurs CPU et de meilleures sous-systèmes
disques, peuvent stocker et fournir aux clients plus facilement de grands fichiers
de courrier vocal.

Il existe aujourd’hui deux types d’intégrations de courrier vocal pour
Exchange : l’une est centrée sur le serveur, l’autre sur le client

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Comment cerner la maturité digitale de votre entreprise ?

Conçu pour les directions IT et Métiers, ce guide vous permettra d'évaluer précisément vos processus de communication client, d'identifier vos lacunes et points d'inflexion pour établir un plan d’actions capable de soutenir durablement votre évolution. Bénéficiez maintenant d'une feuille de route complète.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010