> Tech > Et après ?

Et après ?

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Après avoir défini les jeux de données, vous êtes prêts à  créer l'aspect visuel du rapport dans la zone Layout du Report Designer. Les contrôleurs de rapport, c'est-à -dire les blocs élémentaires servant à  la conception du rapport, apparaissent dans la Toolbox de la figure 4. A propos des contrôles Toobox,

Et après ?

sachez que vous ne pouvez
lier que quatre contrôles directement à 
un jeu de données. Ces quatre contrôles,
appelés régions de données,
sont : Table, Matrix, List et Chart. La
plupart des régions de données
contiennent aussi d’autres contrôles
qui forment le contenu du rapport,
comme nous le verrons plus loin.
Le contrôle Table produit un rapport
d’apparence familière, constitué
de colonnes et de lignes, avec possibilités
de groupage et de sous-totaux. Le
contrôle Matrix produit un rapport de
table à  tabulations croisées ou pivot,
dans lequel les lignes et les colonnes
sont liées à  des valeurs présentes dans
le jeu de données et les cellules d’intersection
contiennent les valeurs calculées.
Le contrôle List produit des
blocs répétitifs de données en format
libre. Le contrôle Chart interagit aussi
directement avec un jeu de données,
mais il ne peut pas contenir d’autres
objets de rapport. En général, l’une de
ces quatre régions de données servira
de base à  chaque rapport de votre
création. Mais en imbriquant des régions
de données les unes dans les
autres, vous pouvez créer des formats
de rapport plus complexes, en liant
chaque région de données imbriquée à 
un jeu de données différent.
Tandis que les régions de données
définissent la structure du rapport, les
autres contrôles présents dans la
Toolbox – Textbox, Line, Rectangle,
Image, Subreport et potentiellement
ActiveX – forment les éléments visuels
du rapport. Le contrôle Line se passe
d’explication, mais les autres contrôles
présentent certains détails qui justifient
un commentaire.
Le contrôle Textbox est le seul
moyen d’afficher une information textuelle
dans un rapport. Les textboxes
peuvent contenir des chaînes littérales
ou des expressions commençant par le
signe égal (=). Quand vous utilisez la
Textbox à  l’intérieur d’un contrôle de
région de données, la valeur de la
Textbox peut afficher la valeur d’un
champ dans le jeu de données associé
à  cette région de données. Vous définissez
la valeur de Textbox en utilisant
la syntaxe ADO.NET Fields! que
montre la figure 1. Cette syntaxe vient
de la structure VB (Visual Basic) pour
accéder aux membres d’une collection
: ici, la collection Fields. En fait,
vous pouvez utiliser n’importe quelle
expression Visual Basic .NET valide
pour définir la valeur souhaitée dans
une Textbox. Vous pouvez aussi utiliser
des expressions Visual Basic .NET pour
déterminer la valeur des propriétés de
formatage, comme les caractéristiques
de police ou la couleur d’arrière plan,
sur n’importe lequel des contrôles de
rapport visibles.
Les propriétés du contrôle
Textbox permettent de définir
les caractéristiques de style
pour le texte contenu dans la
Textbox. En concevant vos rapports,
tenez compte de certaines
exigences propres à 
Textbox. Premièrement, le
contrôle Textbox ne prend pas
en charge un texte enrichi.
Vous pouvez appliquer des attributs
de police à  la totalité de
la Textbox, mais pas à  des caractères
ou des mots individuels
qu’elle contient. Deuxièmement,
les Textboxes ont une propriété
Can Grow qui leur permet de s’étendre
pour contenir le texte qui y est placé.
Quand vous donnez la valeur True à 
cette propriété, la Textbox peut croître
verticalement mais pas horizontalement.
Par conséquent, elle pousse les
contrôles au-dessous d’elle vers le bas
de la page.
Comme son nom l’indique, le
contrôle Rectangle est une zone rectangulaire
du rapport pouvant contenir
un nombre quelconque d’autres
contrôles de rapport. C’est utile pour
garder ensemble un groupe de contrôles
dans un rapport. Exemple : on
peut avoir deux Textboxes à  côté d’une
Table. La première Textbox est alignée
avec le sommet de la Table, mais
en mode design, la seconde Textbox
apparaît au-dessous de la définition
Table. Quand Reporting Services présente
le rapport, la Table grandit, poussant
la Textbox inférieure vers le bas
afin qu’elle reste en dessous du bas
de la Table. Pour garder les deux
Textboxes à  côté de la Table, il faut les
placer à  l’intérieur d’un Rectangle.
Comme le Rectangle ne commence
pas au-dessous de la Table, la Table ne
pousse pas le Rectangle vers le bas
quand Reporting Services présente le
rapport. A noter que le Rectangle peut
avoir None comme style de bordure
afin de n’être pas visible sur le rapport.
Le contrôle Image peut afficher
une image qui existe dans l’un quelconque
des trois emplacements suivants
: imbriquée dans la définition du
rapport, stockée comme un fichier sur
le Report Server, ou stockée comme
un BLOB (binary large object) dans
une base de données. Le contrôle
Image est compatible avec plusieurs
types de fichiers, dont BMP, JPEG, GIF
et PNG.
est le Subreport. C’est un objet conteneur
qui, au lieu de contenir d’autres
objets de rapport, contient un rapport
entier conçu de manière indépendante.
Les sous-rapports sont utiles
quand un rapport contient de multiples
sections de relations du genre un
à  plusieurs (1 :N) ou quand on veut réutiliser
une définition de rapport dans
des rapports différents. Ainsi, si votre
rapport doit présenter des commandes
reliées à  quatre régions de
ventes différentes, vous pouvez inclure
quatre fois le même sous-rapport dans
le rapport, en fournissant un paramètre
différent au rapport à  chaque
fois, pour sélectionner les commandes
concernant la région de ventes appropriée.
Les sous-rapports permettent
également d’imbriquer les rapports
pour permettre à  l’utilisateur de procéder
à  des recherches approfondies et
interactives.
Vous pouvez obtenir la plupart des
mêmes fonctionnalités d’un Subreport
en imbriquant une région de données
dans une autre. Comme le Report
Server traite chaque instance d’un
Subreport comme un rapport séparé,
les rapports qui contiennent de grands
Subreports risquent de ne pas être très
performants. Les régions de données
imbriquées présentent une meilleure
performance que les Subreports, mais
cette différence ne se manifestera
qu’avec des Subreports vastes ou complexes.
Vous pouvez aussi ajouter des
contrôles ActiveX à  la Toolbox puis les
utiliser dans votre dessin de rapport.
On ajoute un contrôle ActiveX en faisant
un clic droit sur la Toolbox et en
sélectionnant Add/Remove Items. Le
contrôle doit respecter le .NET CLS
(Common Language Specification).
Autrement dit, si vous pouvez utiliser
le contrôle ActiveX dans une application
.NET, vous pouvez l’utiliser dans
un rapport.
Le support de Reporting Services
pour les contrôles ActiveX imbriqués
permet d’ajouter de nombreuses fonctions
personnalisées – comme un calendrier
ou des éléments multimédias
– aux rapports. Il est important de préciser
que les utilisateurs ne peuvent interagir
avec un contrôle ActiveX que
quand ils visualisent le rapport à  partir
de l’écran de prévisualisation de rapport
ou en mode HTML. Si le rapport
est dans d’autres formats, comme TIFF
et PDF, les utilisateurs ne peuvent pas
interagir avec un contrôle ActiveX (celui-
ci pourrait même ne pas apparaître
du tout).
Pour mieux comprendre l’interaction
entre les régions de données et les
contrôles de rapport qu’elles contiennent,
revenons au modèle de rapport
généré par Report Wizard de la figure
1. Ce rapport est constitué de deux
contrôles principaux : une Textbox et
une Table contenant, respectivement, le titre et le corps du rapport. Chaque
colonne dans le contrôle Table représente
une colonne qui apparaîtra sur le
rapport. Chaque ligne dans la Table représente
une ligne d’information qui
apparaîtra sur le rapport de la manière
suivante.
La première ligne contient les entêtes
de colonnes, qui apparaissent
une fois au début du rapport. Ils sont
suivis d’une ligne pour chaque groupe
de données du rapport. Ici, nous groupons
par nom de magasin ou d’entrepôt
et par date de commande. Vous
définissez l’information de groupage
dans la propriété Grouping/Sorting de
la table. Ces lignes se répètent chaque
fois qu’une valeur de groupage
change. La dernière ligne de la table
contient l’information détaillée. Cette
ligne se répète pour chaque enregistrement
détail du rapport.
Chaque cellule d’une Table ne peut
contenir qu’un commande de reporting,
mais cette limitation n’est pas gênante
parce qu’un Rectangle est aussi
un contrôle conteneur et qu’il peut
contenir des combinaisons de contrôles
multiples. Dans ce rapport, chaque
cellule contient une Textbox qui fait
référence à  un champ dans le jeu de
données du contrôle Table. La figure 3
montre le rapport résultant.
Deux propriétés appelées Page-
BreakAtStart et PageBreakAtEnd traitent
les coupures de pages du rapport.
Vous pouvez définir ces propriétés sur
un contrôle Table, Matrix, List, Rectangle
ou Chart. PageBreakAtStart
amène l’objet de reporting à  démarrer
sur une nouvelle page. PageBreak-
AtEnd empêche tout autre objet de reporting
de suivre l’objet de reporting
sur la page courante. Vous pouvez
aussi définir un contrôle Table, Matrix
ou List pour commencer une nouvelle
page chaque fois qu’elle commence un
nouveau groupage de données. Les
formats de sortie TIFF et PDF notent
les dimensions physiques spécifiées de
la page et ajoutent des coupures de
pages si le rapport s’étend au-delà  de la
taille d’une page, horizontalement ou
verticalement.
On l’a vu, le Report Server stocke
les définitions de rapport comme RDL
dans une base de données SQL Server.
Pour visualiser le RDL à  partir du
Report Designer, faites un clic droit sur
le nom du rapport dans le Solution
Explorer et sélectionnez View Code.
Vous verrez le code RDL illustré figure
5. Si vous préférez coder ASP.NET dans
Notepad, sachez que vous pourrez apporter
des modifications (comme ajuster
des coordonnées ou peaufiner des
propriétés de police) directement
dans le RDL à  partir de la fenêtre View
Code et avoir ces modifications reflétées
dans le designer. Ne bricolez pas
trop le code avant de bien maîtriser
RDL, sous peine d’aboutir à  un document
XML défectueux. Le schéma
XML et les définitions d’éléments
pour RDL se trouvent tous deux dans
Books Online (BOL) pour Reporting
Services, à  mshelp ://MS.RSBOL80.
1033/rsportal/htm/rs_gts_portal_3vqd.
htm.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Services Cloud Managés

Guide de Services Cloud Managés

Accélérer votre transformation digitale, protéger et sécuriser vos environnements Cloud avec les offres de support, d'accompagnement et de services managés. Découvrez le TOP 3 des Services Managés pour accompagner la transformation de vos environnements Cloud, gagner en agilité et en sécurité dans un monde d'incertitudes.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010