> Tech > Etape 3 : Préparer l’environnement et les scripts

Etape 3 : Préparer l’environnement et les scripts

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

On peut trouver les 14 scripts sur le site www.itpro.fr Club abonnés. Après avoir créé un répertoire destiné à contenir les scripts (C:\NTBackup, par exemple), extrayez-les pour les mettre dans ce répertoire. Lors de la planification d’un job qui utilisait les scripts, il faut absolument spécifier ce répertoire comme le

Etape 3 : Préparer l’environnement et les scripts

répertoire Start in pour la tâche planifiée.

Le fichier 44990.zip inclut le fichier sleep.zip, lequel contient sleep.exe. Dézippez ce fichier et extrayez son contenu pour le placer dans le répertoire que vous venez de créer. Si vous voulez envoyer par e-mail le fichier log NTBackup le plus récent à votre administrateur, une fois la sauvegarde effectuée, il vous faudra obtenir blat.exe. Vous pouvez télécharger blat.exe à partir de http://www.blat.net. Cet utilitaire ne demande ni installation, ni entrées de registres, ni fichiers de support. Il suffit de le placer dans le même répertoire que les scripts.

Une fois les scripts et utilitaires en place, il faut personnaliser SetupVars.cmd et Backup.cmd:

Personnaliser SetupVars.cmd. Ouvrez SetupVars.cmd, que montre le listing 2, dans Notepad ou un autre éditeur de texte. Dans le code du renvoi A dans le listing 2, il faut définir au moins les variables RSM_LIBRARY et RSM_REFRESH. Si l’on envisage d’utiliser TapePrep.cmd, il faut aussi définir la variable RSM_POOL.

RSM_LIBRARY définit le nom convivial du lecteur de bande. Si l’on a des doutes sur ce nom, on peut ouvrir un window shell de commande et exécuter la commande

RSMView library

pour obtenir la liste des bibliothèques présentes sur le système. Ensuite, il suffit de copier le nom convivial (mais pas la GUID) dans SetupVars.cmd. Si le nom convivial de la bibliothèque contient des espaces, il n’est pas nécessaire de le mettre entre guillemets. Pour savoir si le nom de la bibliothèque a été spécifié correctement, tapez la commande suivante à une invite de commande

library

On obtiendra le nom convivial de la bibliothèque suivi de sa GUID. Ce nom ne doit contenir aucun des caractères shell réservés suivants :

( ) < > ^ & |

Si le nom convivial de la bibliothèque contient l’un de ces caractères, il faut les retirer. Pour cela, ouvrez d’abord la console Removable Storage en sélectionnant Start, Run, ntmsmgr. msc, OK. Dans le panneau de gauche, étendez Libraries (dans Windows 2003 et XP) ou Physical Locations (dans Win2K). Faites un clic droit sur le lecteur de bande dans le panneau de gauche et choisissez Properties. Otez les caractères illicites dans la boîte de texte Name et cliquez sur OK.

Il faut régler RSM_REFRESH d’après le nombre de secondes pendant lequel Refresh.cmd doit marquer une pause après le rafraîchissement d’une unité. Cette valeur dépend du matériel : tapez le nombre de secondes nécessaire pour insérer et retirer une bande. 30 secondes constitue un bon point de départ.

Si vous envisagez d’utiliser TapePrep.cmd, définissez RSM_POOL d’après le pool de supports qui correspond au type de support utilisé par votre lecteur de bande. Ainsi, s’il utilise des bandes Travan, spécifiez le pool de support Travan :

Set RSM_POOL=Travan

Si la valeur contient des espaces (4mm DDS, par exemple), il n’est pas nécessaire de la mettre entre guillemets.

Le code du renvoi B dans le listing 2 définit le comportement post-sauvegarde. Si la variable EJECT est sur YES, Eject.cmd doit éjecter la bande. Si c’est MAILLOG qui est réglé sur YES, Maillog.cmd envoie par e-mail le fichier log NTBackup au destinataire spécifié. Si PRINTLOG est sur YES, PrintLog.cmd imprime le fichier log NTBackup sur l’imprimante par défaut.

Si MAILLOG est réglé sur YES, il faut définir les variables dans le code du renvoi C dans le listing 2. (Si MAILLOG est sur NO, il n’y a rien à faire avec ce code.) Définissez la variable SMTPSERVER d’après le nom DNS ou l’adresse IP d’un serveur SMTP sur votre réseau. (Dans cet exemple, aucune authentification n’est utilisée. Cependant, blat.exe supporte l’authentification SMTP. Pour plus d’informations sur la manière d’incorporer l’authentification, voir la documentation blat.exe.) Définissez SENDER d’après l’adresse e-mail que vous voulez voir apparaître dans le champ From du message. Définissez RECIPIENTS d’après l’adresse e-mail de la personne qui doit recevoir le message. Il peut y avoir plus d’un destinataire : il faut alors séparer les adresses avec une virgule ; les espaces sont interdits.

Il n’y a rien à faire avec le code restant qui définit la variable DTSTAMP, les constantes ERR, et la variable NTBACKUP_ DATAPATH. Backup.cmd utilise DTSTAMP pour créer un tampon horodateur. Les constantes ERR définissent les codes de sortie pour les scripts. Et la variable NTBACKUP_ DATAPATH pointe vers le dossier de données de NTBackup, qui stocke les fichiers de sélection de sauvegarde (.bks) et les fichiers log.

Personnaliser Backup.cmd. Ouvrez Backup.cmd dans Notepad ou dans un autre éditeur de texte. Dans le code du renvoi A dans le listing 1, définissez la variable BACKUP d’après le ou les répertoire(s) à sauvegarder. Séparez les noms de répertoires par des espaces. Si un nom de répertoire contient des espaces, mettez-le entre guillemets. Autre possibilité : spécifier un fichier .bks. Entrez le nom de chemin d’accès complet conduisant au fichier, accolez-lui le symbole @ en préfixe, et mettez-le entre guillemets s’il contient des espaces. Vous pouvez aussi utiliser la variable NTBACKUP_ DATAPATH. Par exemple, si votre nom de fichier est Weekly full.bks, vous mettrez à la variable BACKUP à

 "@%NTBACKUP_DATAPATH%\Weekly full.bks"

Donnez à la variable JOBNAME, utilisée avec l’option /j de NTBackup, le nom du job de sauvegarde. Ce nom apparaîtra dans la fenêtre Backup Report de NTBackup. Donnez la description du job de sauvegarde à SETDESC, qui est utilisé avec l’option /d de NTBackup. Cette description apparaîtra dans le fichier log et dans la colonne Description sur l’onglet Restore dans l’UI de NTBackup. La variable DTSTAMP facultative qui apparaît à la fin de la description vous permettra de voir d’un coup d’oeil quand le job de sauvegarde s’est exécuté.

On peut personnaliser la variable JOBINFO, mais ce n’est pas obligatoire. Cette variable spécifie le texte utilisé dans les messages d’erreur et dans la ligne de sujet du e-mail. Comme elle fait référence aux variable JOBNAME et COMPUTERNAME, vous connaîtrez immédiatement le job et l’ordinateur à l’origine du message.

La variable OPTIONS permet de définir les options ligne de commande de NTBackup. Supposons que vous vouliez que NTBackup ajoute la sauvegarde à la bande en place. Il suffit d’ajouter l’option /a à la variable OPTIONS. (Il faut aussi enlever /n "%MEDIANAME%" dans la ligne Set COMMAND= parce qu’on ne peut pas utiliser /n avec /a.)

On peut spécifier n’importe quelle option ligne de commande de NTBackup, sauf /j, /d, /n, /g, /f, /t, /p et /um. On l’a vu, /j et /d sont déjà définies dans JOBNAME et SETDESC, respectivement. Le script détermine le label de support (/n) et la GUID (/g) de la bande. Il ne faut pas utiliser les autres options (/f, /t, /p et /um) parce qu’elles créent des conflits.

 La variable LOGFILE est destinée au dépannage. La sortie de chaque script est redirigée vers ce fichier, en même temps que le nom et la GUID support logique de la bande, la ligne de commande NTBackup et le code de sortie de cette commande. Si on laisse la variable LOGFILE réglée sur %- dpn0.log, le fichier sera créé dans le même répertoire que Backup.cmd et il se nommera Backup.log.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010