> Tech > Incursion dans l’Itanium

Incursion dans l’Itanium

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Il est évident que créer tous ces processeurs représente pour IBM un effort de développement énorme et très coûteux. Lorsqu'on sait que toutes ces puces ne seront probablement utilisées que dans deux systèmes, l'AS/400 et le RS/6000, on est en droit de se demander si IBM a bien fait de

Incursion dans l’Itanium

les construire.

D’autres sociétés sont capables de construire des processeurs très performants.
Intel, AMD et Compaq ont déjà  annoncé de futurs modèles fonctionnant au-delà  de
1 GHz. Dans cette industrie, il semble difficile d’imaginer qu’un seul fournisseur
puisse se détacher nettement de ses concurrents.

Comme IBM utilise déjà  beaucoup de processeurs Intel, pourquoi ne pas simplement
acheter tous les processeurs à  cette société ? D’autant plus que Big Blue annonce
que la prochaine version d’AIX du RS/6000, appelée Monterey, utilisera des processeurs
Intel. Comme l’OS/400 est indépendant de sa technologie matérielle sous-jacente,
pourquoi ne pas utiliser des processeurs Intel sur le RS/6000 et l’AS/400 ? IBM
réaliserait ainsi d’importantes économies de développement.

Auparavant, on pouvait arguer qu’Intel ne construisait que des processeurs 32
bits et que l’AS/400 et le RS/6000 avaient besoin de processeurs 64 bits. On pouvait
également faire valoir que l’architecture x86 Intel utilisée dans tous les processeurs,
jusqu’aux Pentium III inclus, était ancienne et dépassée. Il fallait à  l’AS/400
et au RS/6000 des processeurs RISC modernes.

Avec la nouvelle puce Itanium d’Intel, le paysage change. Pour la première fois
dans la famille de processeurs IA-64 d’Intel, Itanium présente une implémentation
64 bits intégrale. De plus, la nouvelle architecture utilisée par les processeurs
IA-64, qu’Intel appelle EPIC (Explicitly Parallel Instruction Computing), est,
selon beaucoup de spécialistes informatiques, au-delà  de RISC.

Voilà  donc un fabricant de puces processeur, Intel, construisant des processeurs
64 bits complets, mettant en oeuvre une architecture plus moderne que RISC. Pourquoi
donc Big Blue s’obstine encore à  fabriquer ses propres processeurs PowerPC ?

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Au-delà de l’effet de « corvée », souvent soulignée par les administrateurs, la sauvegarde moderne est un nouveau concept qui a le potentiel de transformer toute direction des systèmes d’information, quelle que soit sa taille, et d’apporter des réponses fonctionnelles nouvelles pour rendre le service informatique plus efficace. Découvrez comment aborder la sauvegarde moderne

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010