> Tech > Informer IIS à  propos des sites Web

Informer IIS à  propos des sites Web

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Après avoir configuré les répertoires, il faut donner à  IIS des renseignements sur les deux sites. Démarrez le Web Site Creation Wizard, puis cliquez sur Next pour atteindre le panneau qui demande un nom pour le nouveau site Web. Comme ce nom n'apparaît que dans l'outil administratif, vous pouvez choisir

Informer IIS à  propos des sites Web

n’importe quel nom. Si vous construisez le site Pommes, tapez Pommes dans le champ Description puis cliquez sur Next.

Sur le panneau suivant, vous indiquez à  IIS comment déterminer le site dont le visiteur veut consulter le contenu. Bien que trois méthodes soient possibles, il est probable que vous n’utiliserez que l’une d’elles. Deux des méthodes – adresses IP séparées et séparé – ont fonctionné sur tous les serveurs Web que j’ai utilisés depuis 1994. Bien qu’il soit peu probable que vous employiez ces méthodes, je résume leur principe de fonctionnement.

Dans la liste déroulante Enter the IP address to use for this Web site, se trouvent les adresses IP attribuées à  votre serveur Web. La plupart de vos serveurs Web auront en principe une seule adresse IP parce qu’ils n’ont probablement qu’un NIC auquel vous n’avez attribué qu’une adresse IP. Mais vous pouvez donner à  un NIC des adresses IP supplémentaires – un nombre illimité d’ailleurs, si l’on en croit l’aide de Windows 2000. Quand vous attribuez les adresses IP multiples à  un NIC, celui-ci répondra aux communications envoyées à  n’importe laquelle de ces adresses IP. Donc, si vous donnez les deux adresses NIC de votre serveur Web (1.1.1.1 et 1.1.1.2, par exemple), vous pourrez utiliser le panneau IP Address and Port Settings du wizard pour associer www.pommes.com avec 1.1.1.1 et www.oranges.com avec 1.1.1.2. (Il faudra aussi un peu travailler sur DNS, comme je l’expliquerai plus loin.)

Mais comme les adresses IP sont précieuses, vous ne voudrez pas donner une adresse distincte à  chaque site Web. Comme autre méthode, vous pouvez maintenir deux sites Web séparés sur une adresse IP en disant au serveur Web d’utiliser plus d’un port TCP.

Pour ceux qui ne savent pas ce que sont des ports TCP, voici une explication. Comme un serveur peut fort bien exécuter plusieurs parties différentes d’un logiciel serveur – un serveur Web, un serveur de courrier et un serveur de temps, par exemple – le simple fait de dire à  un élément du logiciel client d’aller à  www.acme.com ne donne pas au logiciel client toutes les informations dont il a besoin pour contacter le logiciel serveur approprié. Par défaut, un site Web fonctionne sur le port 80, donc quand on pointe un client Web, comme Microsoft IE (Internet Explorer), sur un nom DNS particulier, comme www.acme.com, le client Web suppose que vous voulez qu’il contacte le serveur Web à  www.acme.com et au port 80. Quand le logiciel client est Microsoft Outlook et qu’il désire télécharger du e-mail Internet, le client a besoin de demander le port 110 sur www.acme.com. Quand le logiciel client est un programme qui synchronise l’horloge du client avec celle su serveur, le client a besoin de demander le port 123 sur le serveur. Mais, ces numéros de ports sont des valeurs par défaut et la plupart des logicels serveur et client laisseront à  un client et à  un serveur la possibilité de choisir d’utiliser un port non standard à  la place du port par défaut.

Le champ TCP port this web site should use de la figure 1 permet de modifier le port par défaut de votre site Web. Supposons que vous décidiez d’exécuter www.oranges.com sur le port 80 standard et de mettre www.pommes.com sur le port 10000. Si le serveur Web a l’adresse IP 1.1.1.1, vous allez créer des entrées DNS qui pointent www.pommes.com et www.oranges.com sur 1.1.1.1. Toutefois, pour remplacer le port par défaut, les visiteurs de www.pommes.com devront utiliser l’URL http://www.pommes.com :10000.

Le fait de demander aux visiteurs qu’ils pensent à  ajouter une adresse de port à  l’URL ne devrait pas gonfler le trafic Web quotidien. Il reste donc la troisième méthode, qui utilise les enregistrements d’en-tête de l’hôte. Le champ Host Header for this site permet au client Web – le navigateur – de dire au serveur Web quel site il veut voir. Avec les enregistrements d’en-tête de l’hôte, vous pouvez héberger un nombre quelconque de sites Web sur le port 80 d’un serveur Web. Le serveur Web peut savoir quel site Web le visiteur recherche, en examinant ce que le navigateur Web lui demande. Plutôt que de dire simplement « Eh, serveur Web, veux-tu me montrer default.htm ? », le browser dit « Eh, serveur Web, veux-tu me montrer default.htm sur ton site www.oranges.com ? » Ce petit supplément d’information qui identifie le site particulier est appelé l’enregistrement d’en-tête de l’hôte.

Mais pourquoi tous les sites Web n’utilisent-ils pas de tels enregistrements ? Je pense qu’à  l’heure actuelle, la plupart le font. Mais, il n’y a que trois ans environ que les serveurs Web ont compris les enregistrements d’en-tête de l’hôte et même si votre serveur Web a compris les enregistrements d’en-tête de l’hôte, les navigateurs Web antérieurs (IE 2.0, Netscape 1.0, par exemple) n’étaient pas assez intelligents pour les envoyer. Comme la quasi-totalité des navigateurs Web contemporains les connaissent, vous pouvez utiliser en toute sécurité les en-têtes d’hôte sur votre site.

Après avoir dépassé cette page dans l’assistant (wizard), le reste est simple. Le wizard demande quel répertoire contient votre contenu et comment définir la sécurité sur le site (vous pouvez adopter les valeurs par défaut).

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Guide de facturation électronique, voie royale pour le DAF et la digitalisation de la fonction finance

Ce livre blanc expose les problématiques auxquelles sont confrontés les DAF modernes et souligne les bénéfices de la facturation électronique pour la trésorerie. Il dévoile également le processus de déploiement de ce projet de transformation digitale que la réglementation rendra bientôt obligatoire.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010