> Tech > Introduction à la virtualisation d’applications

Introduction à la virtualisation d’applications

Tech - Par iTPro - Publié le 02 juillet 2012
email

Le principe de la virtualisation d’applications est de réduire significativement la complexité liée à la gestion et au déploiement des applications au sein d’un SI.

Introduction à la virtualisation d’applications

Il y a donc plusieurs problématiques adressées en commençant par le cycle de vie des applications, à savoir déployer, mettre à jour et supprimer une application. Nous pouvons également parler des conflits entre différentes versions d’une application et prendrons en exemple les dizaines de version de JVM (Java Virtual Machine) qui sont parfois nécessaires par des applications sur un même poste de travail. Enfin, il est fréquent de voir des applications qui nécessitent plusieurs dépendances pour fonctionner, à installer bien évidemment dans le bon ordre. Nous parlons alors d’applications interconnectées.  Messieurs les IT Pro, comment adressez-vous ces besoins actuellement ?

Il existe plusieurs solutions sur le marché pour répondre à ces problématiques et App-V y répond parfaitement. Notons que Microsoft présente la virtualisation applicative dans une perspective où le poste de travail est optimisé. C’est un peu marketing sur les bords mais il y a un vrai intérêt derrière entre ce que nous connaissons du poste de travail d’hier et d’aujourd’hui, et du poste de travail de demain, dit optimisé. Le poste de travail optimisé tend à séparer les couches suivantes : le matériel, le système d’exploitation, les applications et les données. La raison est que ces couches sont très liées et que tout changement a un impact fort. Le poste de travail optimisé permet à travers des solutions comme App-V de ne plus être dépendant des liens entre ces couches afin d’avoir un poste plus dynamique et plus flexible.

Il existe trois modes d’utilisation et de déploiement pour App-V :

  • Mode autonome : aucune infrastructure App-V n’est nécessaire. Il suffit de déployer le client App-V sur les postes de travail et de charger les « bulles virtuelles » qui ont été préalablement crées.
  • Mode Streaming : une infrastructure App-V est nécessaire (« Streaming Server ») mais aucune base de données SQL et aucun « Management Server » App-V ne sont nécessaires. Ce mode est optimal pour les sites distants qui disposent d’une faible bande passante. Le but est d’éviter de déployer des quantités de données à travers le réseau et de préférer le streaming d’applications App-V à la demande par les utilisateurs.
  • Mode Infrastructure complète : c’est le mode le plus complet qui permet d’exploiter le maximum de fonctionnalités App-V dont la livraison instantanée des applications. On distingue alors l’infrastructure App-V qui nécessite au minimum l’installation du Management Server et l’infrastructure SCCM qui permet de prendre en charge nativement les applications App-V et ainsi profiter des fonctionnalités de SCCM comme les déploiements de MSI ou encore la capacité à cibler des ordinateurs (ce qui n’est pas réalisable avec App-V seul). L’installation des composants App-V n’est pas nécessaire en intégration SCCM. En résumé, le mode d’infrastructure complète App-V répond aux problématiques les plus complexes. Voir figure 1.

Intégration App-V et SCCM 2007

Peu importe le mode de déploiement App-V choisi, il faut créer ces applications virtuelles dites « bulles virtuelles » afin de les déployer sur les postes de travail. Cette étape de création des bulles virtuelles est garantie par le Séquenceur App-V. Il s’agit d’un outil qui va « écouter » tout ce qui se passe sur le système d’exploitation lors de l’installation de votre application. Il va donc être capable de capturer toutes les modifications effectuées sur le système de fichiers, les modifications apportées dans la base de registre, l’enregistrement de composants systèmes (DLL, COM+, Drivers…), etc. Voir figure 2.
 
Création d’une bulle virtuelle avec App-V 4.6 SP1

Une fois l’installation de votre application (à partir de vos sources d’installation traditionnelles) terminée, le Séquenceur App-V créera cette fameuse bulle virtuelle (fichiers de type *.SFT, *.ICO, *.OSD, etc.). Vous pourrez transformer cette bulle virtuelle en fichier d’installation MSI. Il suffira ensuite de distribuer votre application virtuelle sur les postes de travail, soit en passant par votre infrastructure App-V, soit directement par votre infrastructure SCCM.

Comme vous pouvez vous en douter, il existe de nombreuses bonnes pratiques à l’utilisation du Séquenceur App-V afin de réussir à créer une bulle virtuelle fonctionnelle. Un document Microsoft de 66 pages de bonnes pratiques pour séquencer des applications est disponible sur la page d’accueil App-V TechNet.

Une fois vos applications séquencées et intégrées (32 ou 64 bits depuis App-V 4.6), vous pourrez simplement déployer, mettre à jour ou supprimer une application sur vos postes de travail en quelques clics. Vous pourrez permettre à des applications de cohabiter (exemple : différentes versions de JVM). Bref, App-V, c’est génial !

Note : le but officiel d’App-V n’est pas de rendre compatible des applications pour Windows 7 mais sachez qu’il peut être utile concernant des problèmes de Registre. Attention au support Microsoft…

Nouveautés d’App-V 4.6 SP1

Maintenant que vous comprenez le fonctionnement global d’App-V, qu’en est-il des améliorations apportées par le Service Pack 1 de la version 4.6 ?

La plus grosse amélioration est le « Package Accelerator ». Pour ceux qui connaissent déjà comment séquencer une application App-V, cela n’est pas forcément évident pour des applications complexes telles qu’Office 2010 ! Le Package Accelerator permet très rapidement de convertir des sources d’installation d’une application en bulle virtuelle App-V à partir d’un modèle. Imaginez le gain de temps. Des modèles de séquençage App-V sont disponibles pour plusieurs applications connues sur TechNet.

Toujours sur le séquençage d’application avec App-V, l’assistant a été revu. Le processus de création est plus simple et permet d’être assisté dans le type d’applications que l’on souhaite séquencer (comme le montre la copie d’écran ci-dessus). Un outil de diagnostic a été intégré dans l’assistant permettant d’éviter les erreurs classiques d’échec de séquençage App-V et les rapports ont été améliorés permettant d’anticiper les erreurs potentielles qui peuvent empêcher que la bulle virtuelle ne fonctionne pas correctement.

Pour les scénarios VDI et RDS, App-V 4.6 SP1 est capable de fournir un cache partagé en lecture seule à l’ensemble des clients. Cela permet d’éviter de dupliquer du contenu sur le même SAN. Il est désormais possible de séquencer le .NET Framework 4.0. Plusieurs nouveautés d’App-V 4.6 SP1 sont disponibles. Il ne vous reste plus qu’à l’évaluer !

Téléchargez gratuitement cette ressource

TOP 5 Modernisation & Sécurité des Postes Clients

TOP 5 Modernisation & Sécurité des Postes Clients

Pour aider les entreprises à allier les restrictions liées à la crise et la nécessaire modernisation de leurs outils pour gagner en réactivité, souplesse et sécurité, DIB-France lance une nouvelle offre « Cloud-In-One » combinant simplement IaaS et DaaS dans le Cloud, de façon augmentée.

Tech - Par iTPro - Publié le 02 juillet 2012