> Tech > Jouer avec Datacenter

Jouer avec Datacenter

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Comme la plupart d'entre vous, je ne possède pas de Datacenter Server. J'ai donc saisi l'occasion d'effectuer certaines tâches que les administrateurs de Datacenter pourraient exécuter. J'ai réattribué des processeurs à  des processus manuellement et à  l'aide de scripts. Et aussi déplacé des sub-pods d'une partition à  une autre.

Bien entendu, j’ai appliqué l’esprit « meilleures pratiques » et consulté les états actuels des partitions et des groupes avant de procéder à  une quelconque modification. Il est facile d’avoir une vue d’ensemble du système et des informations spécifiques sur les partitions et les groupes de processus. La figure 1 montre des rapports de performances et les processus et groupes impliqués dans le déplacement des sub-pods de processeurs.

La réattribution des processeurs aux processus dans une partition est un ajustement qui s’effectue à  la volée. Dans les versions Datacenter futures, Microsoft envisage de surmonter l’incapacité de l’OS à  effectuer des réaffectations à  la volée des CPU aux partitions. A l’heure actuelle, le fait de réaffecter un sub-pod à  une autre partition cause la réinitialisation des partitions concernées ; la réaffectation des MSU exige une réinitialisation complète du système.

A la fin de la journée, les rapports d’environnement fournis par le Performance Monitor du Datacenter m’ont impressionné davantage que la facilité avec laquelle le serveur exécute les tâches. Avec incrédulité, j’ai observé les niveaux de performances et le matériel que l’on peut ajuster pour maintenir ces niveaux. Les tests d’utilisation très poussés de l’I/O de base de données et de la CPU (provenant de Microsoft SQL Server et de Microsoft Exchange Server fonctionnant individuellement et en tandem) ont fourni des chiffres d’utilisation inférieurs à  ce que je croyais possible. Des tâches qui auraient sollicité à  l’extrême mes serveurs Win2K, et d’autres serveurs plus robustes que le mien, n’ont jamais produit des pourcentages d’utilisation supérieurs aux dizaines sur l’ES7000 que les techniciens du lab ont testé pendant ma visite.

Au lab Unisys, j’ai vraiment pris conscience de ce que peut signifier l’évolutivité. Quand j’ai déclaré cela à  haute voix, les techniciens présents dans la salle ont été suffisamment bons pour éviter sourires et réponses : ils se sont contentés d’un léger « ho ho ! ».

Téléchargez gratuitement cette ressource

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

Comment faire évoluer son patrimoine IBMi en le rendant Cloud compatible ? Comment capitaliser sur des bases saines pour un avenir serein ? Faites le point et partagez l'expertise Hardis Group et IBM aux côtés de Florence Devambez, DSI d'Albingia.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010