> Tech > L’expérience Microsoft

L’expérience Microsoft

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Il est étonnant de constater que Microsoft n'a jamais utilisé de clusters dans son déploiement d'Exchange, mais cette situation a changé spectaculairement avec l'arrivée d'Exchange 2003 et du programme de consolidation serveur de Microsoft. Microsoft a remplacé son ancien jeu de serveurs Exchange standard par un nouveau jeu de grands

L’expérience Microsoft

clusters. La configuration la
plus intéressante se trouve dans la
conception du Datacenter, qui gère 16
000 boîtes à  lettres réparties sur quatre
serveurs virtuels Exchange. Le cluster
comporte sept noeuds physiques, dont
quatre traitent la charge que génèrent
les quatre serveurs de boîtes à  lettres.
Un autre serveur est passif, prêt à  passer
à  l’action en cas de défaillance de
l’un des serveurs de boîtes à  lettres.
Les serveurs de boîtes à  lettres (et le
noeud passif) affichent une belle puissance
: ce sont des modèles HP
ProLiant DL580G2 avec quatre processeurs
1,9 GHz Intel Xeon III, 4 Go de
mémoire et un bus frontal de 400 MHz.
Microsoft a validé l’hyperthreading sur
ces serveurs et indique que cela augmente
d’environ 20 % la marge d’aisance
de la CPU. Microsoft suit son
propre conseil et règle les serveurs en
jouant sur le commutateur /3GB et en
mettant le commutateur /Userva= à 
3030 (cette valeur est en méga-octets)
dans le fichier boot.ini.
Les deux serveurs restants – dont
chacun est un modèle HP ProLiant
DL380G2 avec deux CPU et 2 Go de
RAM – traitent la sauvegarde et
d’autres fonctions administratives.
Parce que ce sont des serveurs auxiliaires
et qu’ils n’hébergent pas
Exchange, leurs configurations de spécification
sont inférieures.
Le quota de boîtes à  lettres standard
de Microsoft est passé de 100 Mo
à  200 Mo, même s’il existe un écart
considérable des vrais quotas, d’après
la demande de l’entreprise. On l’aura
compris, Microsoft a beaucoup de
données de boîtes à  lettres à  sauvegarder
quotidiennement. Les meilleures
sauvegardes peuvent transférer les
données sur bande à  100 Go par
heure, mais ce débit n’est pas satisfaisant
pour un cluster de 16 000 boîtes à 
lettres. Pour un cluster de cette taille, il
faut que les serveurs de boîtes à  lettres
offrent la meilleure réponse possible
aux utilisateurs plutôt que de se consacrer
aux sauvegardes sur bande.
L’équipe opérationnelle de Microsoft a
résolu le problème de la sauvegarde en
sauvegardant d’abord les disques sur
des volumes qui sont temporairement
disponibles vers des serveurs de boîtes
à  lettres. Au terme des sauvegardes de
disques, les volumes sont basculés sur
les noeuds auxiliaires et mis sous la
coupe des deux serveurs auxiliaires,
qui copient la sauvegarde sur bande.
Ce genre de déplacement des disques
entre des serveurs démontre comment
utiliser les fonctions cluster pour
résoudre les problèmes administratifs.
A l’avenir, Microsoft envisage de déployer
des sauvegardes instantanées à 
chaud de type VSS en plus des sauvegardes instantanées à  chaud. (Les sauvegardes instantanées à  chaud visent à  compléter,
et non à  remplacer, les sauvegardes sur bande.)
Un SAN (Storage Area Network) HP StorageWorks EVA5000 (Enterprise Virtual
Array 5000) gère tout le stockage. Ce SAN joue un grand rôle dans le grand cluster
de Microsoft en raison de ses fonctions de redondance et de management.
Comme les SG, les journaux de transactions, et les répertoires de travail SMTP ont
tous besoin de lecteurs, le grand cluster de Microsoft en possède beaucoup.
Microsoft utilise généreusement les points de montage pour contourner la limitation
des lettres de lecteurs qui, sans cela, rendrait ces lecteurs presque impossibles
à  configurer de manière satisfaisante.
Je n’ai pas entendu parler de clusters similaires tournant en production, donc
Microsoft pourrait remporter la palme des grands clusters Exchange avec ce modèle.
Microsoft reconnaît obtenir un meilleur niveau de service avec le cluster
qu’avec les serveurs standard. La firme déclare avoir atteint le territoire des
« quatre neufs » (c’est-à -dire, 99,99 % de disponibilité). Toutefois, ce fait n’a pas été
vérifié de manière indépendante parce que Microsoft a déployé le cluster avec des
versions bêta d’Exchange 2003 puis a continuellement amélioré le logiciel jusqu’à 
la release finale. Il serait remarquable de s’approcher d’un tel record de temps de
bon fonctionnement.

Téléchargez cette ressource

SD-WAN de confiance : guide de mise en œuvre

SD-WAN de confiance : guide de mise en œuvre

Ce livre blanc décrit les différents aspects indispensables pour la mise en place d’une approche SD-WAN sécurisée et de confiance. Ce document s’adresse aux consultants et responsables sécurité des systèmes d’information pour bien comprendre les enjeux du Trusted SD-WAN à l’heure de la transformation numérique des entreprises.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT