> Tech > L’oeil de l’expert

L’oeil de l’expert

Tech - Par Renaud ROSSET - Publié le 24 juin 2010
email

François Aubriot, qui dirige la société Aimex, intégrateur de Commerce Server/400 en France, nous en dit plus.

NEWSMAGAZINE : François Aubriot, êtes vous d'accord avec les raisons avancées par Jim Hoopes d'acquérir Commerce Server/400 plutôt que d'utiliser le produit gratuit HTTP Server for AS/400 d'IBM ?

L’oeil de l’expert

François Aubriot :
Globalement oui. Le paramétrage
est plus facile qu’avec HTTP Server ; cela s’explique facilement, par une plus
grande intégration de ce dernier avec l’OS/400. HTTP Server fait donc plus appel
à  des fonctions intégrées à  l’OS/400.

NM : Comment expliquez-vous que bien que payant, Commerce
Server/400 présente encore autant de faiblesses que ce que nous expose Jim ?

FA : En ce qui concerne
le prix : le prix tarif est de 30 kF, ce qui est loin d’être considérable lorsqu’il
s’agit d’un produit AS/400. Et si on ramène cela à  la ligne de code, ça devient
carrément dérisoire. En revanche ; ce qu’on “ perd ” ici, on le gagne là  en intégration,
et ce au moins avec un facteur 4 ou 5. Personnellement, j’ai toujours été opposé
à  la stratégie d’IBM consistant à  proposer un produit gratuit à  l’avenir incertain
: quid en effet demain de HTTP Server for AS/400 face à  Domino, qui, rappelons-le,
a son propre serveur HTTP intégré ?

S’agissant des faiblesses du produit, c’est vrai qu’il y en a, mais elles ne sont
que passagères. L’absence d’interface Web de Commerce Server/400 ne m’a jusqu’ici
jamais pénalisé. Par ailleurs, le support de HTTP 1.1 ne devrait pas tarder à 
être délivré par l’éditeur , I/Net. Je suis intimement convaincu que l’éditeur
va tout faire pour maintenir son produit dans la course.

NM : Quelle est l’acceptation de ce produit en France ?

FA : Du fait des longues tergiversations que nous avons connues
à  propos de la législation relative au cryptage des données, nous avons aujourd’hui
en fait intégré bien plus de Web Server/400 que de Commerce Server/400 (NDLR
: Commerce Server/400 est la version HTTPS, c’est-à -dire “ S ” comme “ Secured
” ou “ Sécurisée ” de Web Server/400).

Ceci dit, Commerce Server/400 est à  même de répondre à  de nombreuses problématiques,
surtout dans le domaine de la confidentialité. Par exemple, la première chaîne
de magasins de sport française l’utilise sur son extranet avec ses sous-traitants.

NM : Nous avons publié le mois dernier une étude américaine
sur les sites Web AS/400. Quelle est, en tant qu’expert en installations Web AS/400,
votre propre perception de ce marché et de ses principales différences avec le
marché nord-américain ?

FA : Avant tout je voudrais
dire que l’étude que vous avez publiée me semble assez bien refléter la réalité
du marché français, si ce n’est qu’en France on reste peut-être un peu plus réticent
à  utiliser l’AS/400 directement sur Internet (alors même qu’à  ce jour je ne connais
toujours aucun cas de piratage d’AS/400 sur Internet)

NM : Avez-vous une réponse à  la question que je posais
à  la cantonade dans mon dernier éditorial, qui était “ à  quand le raz de marée
de l’AS/400 comme serveur Web ” ?

FA : Quand IBM le voudra
vraiment ! Ou plus exactement : je pense que c’est pour bientôt, et grâce au concours
de Lotus avec Domino. A l’heure actuelle, si on veut faire tourner un serveur
Domino sur le Web, seul l’AS/400 est réellement exploitable. De ce fait je pense
(j’espère en tout cas) qu’un certain nombre d’applications Domino sous Windows
NT seront prochainement migrées sur des AS/400. En ce qui concerne le Web proprement
dit, à  partir du moment où les données exploitées sont hébergées sur Windows,
c’est la plate-forme Internet idéale.

Propos recueillis par Benoît Herr

Téléchargez cette ressource

Guide inmac wstore pour l’équipement IT de l’entreprise

Guide inmac wstore pour l’équipement IT de l’entreprise

Découvrez toutes nos actualités à travers des interviews, avis, conseils d'experts, témoignages clients, ainsi que les dernières tendances et solutions IT autour de nos 4 univers produits : Poste de travail, Affichage et Collaboration, Impression et Infrastructure.

Tech - Par Renaud ROSSET - Publié le 24 juin 2010