> Tech > La biométrie, une nouvelle étape

La biométrie, une nouvelle étape

Tech - Par iTPro - Publié le 07 février 2011
email


L’utilisation de la biométrie permet de contourner ou de compléter les solutions de cartes à puce pour la gestion de l’authentification forte, globalement, la biométrie permet l’implémentation des solutions suivantes :

• Utilisation d’un troisième facteur d’authentification : l’utilisation de la biométrie peut permettre

La biométrie, une nouvelle étape

d’augmenter considérablement la sécurité au sein des organisations, en amenant quelque chose qu’il est impossible de partager : la reconnaissance d’un élément biologique. En effet, il est possible de révéler un mot de passe, il est même possible de donner sa carte à puce ainsi que son code PIN à un collègue, mais il est impossible de lui « prêter » sa main…

• Utilisation du BIO-PIN : Cette méthode ne permet pas d’augmenter le niveau se sécurité globale lié à l’authentification, car on n’utilise ici que deux facteurs. Néanmoins, l’idée est de remplacer le code PIN de la carte à puce par une empreinte digitale. Techniquement un algorithme calcule un code PIN secret (inconnu de l’utilisateur lui-même) en fonction de la cartographie digitale, et cette cartographie sera interprétée de la même façon à chaque utilisation, permettant de jouer un code PIN de façon transparente, sans que l’utilisateur puisse bloquer sa carte avec un code PIN erroné. En effet, le blocage de la carte à puce par un code erroné représente un des écueils majeurs lors de l’utilisation des cartes à puce dans les entreprises.

• La fonction Match-On-Card : Cette méthode consiste tout d’abord à réaliser un enrôlement de l’utilisateur puis de stocker l’identité digitale (l’empreinte digitale) sur la puce de la carte elle–même. De ce fait, il est alors possible dans le futur de vérifier que l’utilisateur de la carte à puce est bien l’utilisateur qui s’est enrôlé préalablement, et qui se trouve être le « propriétaire » de la carte : il n’est alors plus possible de « prêter » sa carte à puce à un collègue.

Il reste à noter que la législation liée à la biométrie varie fortement entre les pays ou les continents. Par exemple, il est, en France, interdit de stocker les empreintes digitales ou tout autre élément biométrique sur un serveur central, les informations biologiques devant être stockées localement, proches de l’utilisateur. Cette législation pousse donc l’adoption des cartes à puce comme support de stockage de la biométrie. Aux Etats-Unis, de telles considérations ne sont pas de mise, et il est tout à fait légal de collecter et de stocker les informations biologiques dans une base de données contrôlée par l’entreprise.

Nous avons ici résumé au travers de cet article les différentes notions liées à l’authentification forte au sein des environnements Microsoft, ainsi que les extensions potentielles sur les systèmes hétérogènes. Nous avons également parcouru les différentes solutions Microsoft propres aux différents niveaux d’authentification ainsi que les nouvelles avancées que la biométrie nous apportera prochainement de manière massive au sein des entreprises.

Rendez-vous sur iTPro et sur Identity Cosmos pour découvrir la suite de cet univers fascinant.
 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Détournement d’applications légitimes, élévation de privilèges, logiciels malveillants furtifs : comment les solutions de Endpoint Security permettent elles de faire face aux nouvelles techniques d'attaques complexes ? Découvrez, dans ce Guide Endpoint Security, les perspectives associées à leur mise en œuvre.

Tech - Par iTPro - Publié le 07 février 2011