> Tech > Le Front Office Web

Le Front Office Web

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Le Front Office Web est une informatique documentaire en réseau. La page HTML est envoyée au moment où elle est demandée à  celui qui la demande. L'interactivité se limite aux liens hypertextes et aux hyperliens. Le protocole réseau applicatif HTTP est créé pour chaque requête et ne dure que l'exécution

de cette dernière.
D’autre part, lorsque l’utilisateur
revient à  une page arrière, c’est généralement
la page qui a été sauvegardée
en local sur son PC dans un espace
temporaire qui s’affiche. La faiblesse
du Front Office Web est qu’il ne sait pas
gérer les données variables et encore
moins les applications de gestion comportant
une succession d’écrans.
Par exemple, si vous saisissez la
page 2 d’une commande client, que
vous revenez en arrière avec la flèche
du navigateur, que vous saisissez la
page 1 d’une autre commande pour valider
en fin de compte la première
commande, vous pouvez avoir de sérieux
problèmes de cohérence d’informations
! Le Front Office Web, qui est
très bien fait pour l’informatique documentaire,
est tout à  fait inadapté à  l’informatique
de gestion.
La notion de session persistante
n’existe pas sur iSeries. En effet, non
seulement la session est un travail,
mais encore le nom du terminal fait
partie intégrante du nom du travail.
Ainsi, l’OS/400 gère des milliers de travaux
simultanément dans des sous-systèmes.
Les terminaux passifs se comportent
en esclaves, le serveur central
prend en charge l’intégralité des traitements.
Le flot 5 250 est simplement un
fichier de communication qui ne fait
que véhiculer l’information dans les
deux sens : Terminal , OS/400.
Pour fabriquer un Back Office Web
de très haut niveau, il suffit donc d’interposer,
entre le serveur de pages
Web et l’OS/400 un serveur de traitements
comme WebSphere ou Tomcat.
Le serveur de traitements prendra en
charge la mise en forme des données
variables et la session persistante. Le
programme RPGIV affiche soit des
écrans 5 250 soit de vrais pages
HTML/JAVA s’il est appelé depuis un
navigateur web. A notre connaissance,
deux produits fonctionnement avec
cette architecture trois tiers de haut niveau
: WebFacing d’IBM et JACI400 de
SystemObjects, les autres produits de
webisation comme HATS ou ΜΙΝΟΣ
WEB relevant plus de l’habillage
d’écrans à  la volée. Le résultat final
obtenu y est comparable, pour les
programmes Back Office Web, aux
meilleurs programmes 100 % Java mais
sans rien faire !
Avec cette architecture trois tiers,
les programmes RPGIV ou COBOL ne
changent pas. La seule préparation
conseillée consiste à  utiliser largement
les formats en fenêtres dans les DSPF
afin d’avoir un effet visuel micro après
conversion automatique. En fait, le
Back Office traditionnel est fait de
listes pour rechercher l’information et
de formulaires contrôlés pour gérer
l’information. Avec la technologie du
sous-fichier et les programmes de mise
à  jour, les développeurs Back Office savent
faire tout cela très bien depuis des
dizaines d’années. Aujourd’hui, le langage
RPGIV intégré à  l’OS/400 a été
pensé pour faire du Back Office iSeries.
D’autre part, le langage HTML est un
langage de présentation en mode caractères
de même nature que le DSPF
mais riche en attributs de présentation.
La charte graphique, qui définit les
couleurs, les polices de caractères et
les effets visuels des boutons poussoirs
qui remplaceront les touches de fonction,
incorpore également le logo de la
société. Les deux mondes peuvent
s’accorder par une simple transposition
automatisée des formats écran
DSPF en pages HTML/JAVA.
Cependant, il ne faudrait pas se
tromper de cible : l’architecture trois
tiers renforce le Back Office traditionnel,
il ne le remplace pas. En effet, la
technologie 5 250 est à  la pointe pour
les terminaux sans fil embarqués de la
logistique. L’écran passif, qui ne nécessite
aucun antivirus, est idéal dans les
lieux de production et de stockage. Les
émulations 5 250 sont très répandues
pour les saisies de masse lorsque les
utilisateurs sont nombreux car les
temps de réponses y sont optimisés au
maximum. Le flot 5 250 consomme
beaucoup moins de bande passante
que les pages HTML/JAVA. Le problème
n’est donc pas de moderniser, comme
on l’entend trop souvent, mais bien
d’étendre les possibilités du Back
Office lorsqu’une informatique en réseau
est nécessaire.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010