> Tech > Le groupe d’opération MONITOR

Le groupe d’opération MONITOR

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Comme on le sait, il existe en RPG deux structures natives pour traiter les exceptions. On peut utiliser l'indicateur d'erreur ou l'extension " E ", permettant de traiter un jeu d'exceptions prédéfini, ou bien utiliser les sous-routines Program Error (*PSSR) ou File Error (INFSR).
Bien que ces deux méthodes

Le groupe d’opération MONITOR

soient satisfaisantes, quand une erreur se produit
et provoque un branchement à  une autre sous-routine d’erreur, il n’est pas possible
de revenir à  l’instruction suivante, à  moins de coder un TAG et un GOTO (en supposant
que le programmeur sache où l’exception est survenue). Le code opération (ou groupe)
MONITOR a été ajouté pour mieux maîtriser le traitement des exceptions en RPG
IV. Il est constitué d’un bloc MONITOR, d’un ou plusieurs blocs ON-ERROR et d’une
opération ENDMON (ou code opération END).

Le bloc MONITOR contient le code supervisé. Sur la figure 2 on voit le code opération
READ placé dans le groupe Monitor. Les blocs On-Error testent certains codes d’état
ou une suite de codes d’état. Si l’un des tests donne un résultat vrai (une exception
se produit), le bloc On-Error est exécuté et l’erreur est traitée par le programme.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010