> Tech > Meilleure prise en charge hors ligne dans Outlook 2003

Meilleure prise en charge hors ligne dans Outlook 2003

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Les utilisateurs mobiles d'Outlook doivent fréquemment travailler en ne disposant que de connexions réseau intermittentes à  leur serveur Exchange. Les utilisateurs passant par un modem peuvent ne pas monopoliser les lignes téléphoniques pendant toute la durée d'utilisation des services Exchange et les utilisateurs de réseaux sans fil entrent et sortent

régulièrement des
zones de couverture, interrompant
ainsi la connexion à  leur serveur
Exchange. Lorsqu’ils sont déconnectés,
la plupart des utilisateurs souhaitent
malgré tout accéder à  leurs informations,
boîte aux lettres, agenda,
contacts, tâches et carnet d’adresses
Exchange et être en mesure de rédiger
des messages pour les transmettre
lorsqu’ils seront de nouveau en ligne.
L’association Exchange 2003/Outlook
2003 améliore de façon radicale la
prise en charge de ces situations de
connexion intermittentes.
Outlook 2002 et les versions précédentes
ont toujours permis le stockage
des données en local lorsque les utilisateurs
se déconnectaient. Cependant,
la mise en oeuvre de cette prise en
charge hors ligne pose un problème au
niveau de la génération actuelle des
produits pour les motifs suivants :

  • Au démarrage d’Outlook 2002, les
    utilisateurs doivent choisir s’ils se
    connectent au serveur Exchange ou
    s’ils utilisent le fichier de stockage
    local (OST). Si un utilisateur se
    connecte à  Exchange et que la
    connexion réseau est interrompue,
    Outlook ne réutilise pas automatiquement
    le fichier OST (avant
    Outlook 2002, Outlook se serait
    même arrêté de fonctionner dans
    cette situation).

  • La synchronisation n’a lieu qu’aux intervalles
    prédéfinis et n’est pas optimisée
    pour les connexions à  bas débit.

  • Lorsque l’utilisateur travaille en
    ligne, les données enregistrées localement
    ne sont pas utilisées ;
    Outlook demande une nouvelle copie
    au serveur Exchange chaque fois que l’utilisateur ouvre un élément
    synchronisé précédemment.

  • Les appels de procédure à  distance
    (RPC) requis par l’interface de programme
    d’applications (API) de messagerie
    d’Exchange (MAPI) sont difficiles
    à  acheminer en toute sécurité
    via un pare-feu. De ce fait, la synchronisation
    du fichier OST en local
    avec la boîte aux lettres de l’utilisateur
    qui est située sur le serveur
    Exchange et les dossiers publics sélectionnés
    en passant par Internet
    nécessitent au préalable de se
    connecter au travers d’un réseau
    privé virtuel (VPN) (veuillez noter
    que le nouveau ISA Server Feature
    Pack supprime cette exigence.
    Reportez-vous à  la rubrique « ISA
    Server Update Gates Exchange »,
    page 13 de la Mise à  jour de février
    2003).

Outlook 2003 et Exchange 2003
présentent trois améliorations contribuant
à  réduire ces problèmes : le
« mode cache » d’Outlook, les améliorations
apportées à  la synchronisation
et la prise en charge de l’encapsulation
des appels de procédure à  distance
MAPI via le protocole HTTP (Hypertext
Transfer Protocol).
« Mode cache d’Outlook 2003 ». Le
fichier local d’information (OST)
d’Outlook 2003 peut fonctionner en
tant que mémoire cache plutôt qu’en
tant que base de données de messages
distincte, conférant aux utilisateurs
d’Exchange la plupart des propriétés et
avantages du stockage web local abandonné
par Microsoft en 2001.
En mode cache, compatible avec
n’importe quelle version du serveur
Exchange, Outlook fonctionne toujours
à  partir du fichier autonome, que
l’utilisateur soit en ou hors ligne. Les
éléments entrant et sortant sont synchronisés
en permanence en arrière
plan avec le fichier autonome OST
chaque fois qu’une connexion au serveur
est disponible. Les utilisateurs ne
voient aucun changement évident lors
de l’interruption de la connexion réseau
au serveur Exchange ; les messages
sont juste placés dans une file
d’attente jusqu’à  la restauration de la
connexion.
Le mode cache offre des avantages
même en travaillant en ligne : comme
les données sont toujours extraites au
préalable de la mémoire cache, la
charge de traitement au niveau du serveur
Exchange et du réseau est considérablement
réduite, ce qui permet
dans certains cas aux serveurs
Exchange de prendre en charge davantage
d’utilisateurs. Microsoft déclare
également que le mode cache peut réduire
de moitié le trafic réseau
d’Outlook.
Amélioration de la synchronisation.
Les améliorations apportées au
protocole de synchronisation accélèrent
la synchronisation entre Outlook
2003 et Exchange Server 2003. Cette
fonctionnalité profite particulièrement
aux utilisateurs mobiles utilisant des
connexions à  bas débit. Le protocole
MAPI optimisé utilise automatiquement
la compression des données. Il a
encore été optimisé pour réduire le
nombre total d’octets transmis sur le
réseau. Par exemple les modifications
apportées aux données mises en cache
sont groupées avant d’effectuer la synchronisation.
Outlook 2003 peut être
configuré pour ne télécharger à  l’origine
que des en-têtes, permettant ainsi
aux utilisateurs de ne télécharger que
le corps et les pièces jointes des messages
sélectionnés.
MAPI sur HTTP. Lorsque les utilisateurs
d’Outlook 2003 sous Windows
XP doivent se connecter en toute sécurité
aux serveurs Exchange 2003 situés
derrière un pare-feu via Internet, ils
n’ont plus besoin d’utiliser un réseau
privé virtuel. Bien que les versions précédentes
d’Outlook puissent initier automatiquement
une connexion VPN au
moment de la synchronisation, de
nombreuses sociétés ne prennent pas
en charge de réseau privé virtuel ou ne
souhaitent pas que tous les utilisateurs
d’Exchange puissent accéder à  un tel
réseau (étant donné que les autres ressources
réseau sont également exposées).
Par contre, elles veulent que
leurs utilisateurs mobiles disposent de
tous les avantages du client Outlook.
Le nouveau client et le serveur
peuvent être configurés pour encapsuler
les communications d’appel de procédure
à  distance (RPC) MAPI au sein
du protocole HTTP, qui est plus facile à 
configurer pour traverser des parefeux
sans exposer les autres ressources
ou ouvrir des failles dans le système de
sécurité. Cette caractéristique requiert
au moins l’utilisation d’un serveur
Exchange 2003 en tant que serveur
proxy pour transposer les appels de
procédure RPC internes entre les serveurs
Exchange et les serveurs Active
Directory en paquets MAPI sur HTTP qui sont ensuite échangés avec
Outlook 2003. Le protocole SSL
(Secure Sockets Layer) de HTTPS est
également utilisé pour encrypter les
données et les justificatifs d’authentification
depuis et vers les clients
Outlook 2003 (pour plus d’informations,
reportez-vous à  l’illustration
« Appel de procédure à  distance MAPI
sur HTTP ») .
Bien que le concept soit identique,
ce nouveau protocole ne constitue pas
un vrai service Web XML et n’utilise pas
le protocole SOAP (Simple Object
Access Protocol).

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Cybersécurité sous contrôle à 360°

Avec Cloud in One, les entreprises ne gagnent pas uniquement en agilité, en modernisation et en flexibilité. Elles gagnent également en sécurité et en résilience pour lutter efficacement contre l’accroissement en nombre et en intensité des cyberattaques. Découvrez l'axe Cybersécurité de la solution Cloud In One.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010