> Tech > Métadonnées de gestion

Métadonnées de gestion

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Contrairement aux métadonnées techniques, les métadonnées de gestion utilisent une terminologie commune et des interfaces intuitives pour décrire aux utilisateurs finaux le contenu des entrepôts de données. Les utilisateurs veulent généralement connaître : le niveau de mise à  jour de l'information (de quand datent ces chiffres ?), d'où provient-elle (quel

Métadonnées de gestion

système a généré ces chiffres ?) et comment les a-t-on obtenus (quels taux de change a servi à  calculer ces chiffres ?).

Les utilisateurs de cette information devraient pouvoir y accéder en ligne. Par exemple, les systèmes d’aide en ligne constitués de définitions de zones sont fréquemment utilisés pour présenter des métadonnées de gestion aux utilisateurs finaux. De telles définitions peuvent également comprendre une liste de valeurs de zones modèles et les éventuels alias de zones applicables. Les alias de zones sont différents mots ou phrases utilisés pour décrire une donnée. De nombreuses sociétés font par exemple référence aux numéros de commandes de diverses manières : numéro BC, numéro d’extraction, ou ID de suivi – une situation très courante quand les sociétés croissent par fusions et acquisitions. Bien souvent, les employés de la société absorbée n’adoptent pas le vocabulaire maison de la société parente, et vice-versa. Les systèmes d’aide en ligne peuvent aussi limiter l’ambiguïté lorsqu’un mot ou une phrase présente plusieurs significations différentes. Prenons le cas, par exemple, d’une gamme de produits : pour les ingénieurs, c’est un groupe de produits discret présentant des nomenclatures similaires ; en revanche, pour les commerciaux, c’est un ensemble de produits présentant les mêmes fonctions. Dans un entrepôt de données, le terme de gamme de produits n’aurait qu’une seule signification.

L’aide en ligne permet aux utilisateurs de concilier la “ vérité unique ” et l’ambiguïté existant en dehors de l’entrepôt de données. Indexées et souvent accessibles à  travers des fenêtres contextuelles, les fonctions d’aide en ligne peuvent aussi offrir aux utilisateurs des exemples de requêtes, des règles de gestion et d’autres formes de métadonnées de gestion. La figure 3 présente un exemple d’écran d’aide en ligne pour des métadonnées de gestion.

Outre l’aide en ligne, les entrepôts de données doivent permettre d’associer un texte descriptif à  des noms de fichiers et de zones cryptés. Cette forme de métadonnées, également connue sous le nom d’alias, permet l’accès intuitif des utilisateurs finaux aux entrepôts de données. Supposons, par exemple, qu’une table utilisée pour stocker des périodes de temps dans un référentiel ROLAP basé sur DB2/400 soit appelée PERTABLE. Supposons aussi que ce fichier utilise trois zones pour décrire une date de facture : ANNFAC, MOIFAC et JOUFAC. Ces noms de fichiers et de zones seraient de peu d’utilité sous cette forme pour les utilisateurs finaux. A l’aide de métadonnées, les programmeurs peuvent associer des descriptions plus parlantes comme “ Périodes de temps ”, “ Année de facture ”, “ Mois de facture ” et “ Jour de facture ”, aux noms de fichiers et de zones. Les utilisateurs finaux accèdent aux informations de l’entrepôt par l’intermédiaire de cette couche de métadonnées, et voient s’afficher des termes moins mystérieux. Ainsi, les métadonnées de gestion occultent la complexité du système et facilitent l’accès intuitif aux informations. Elles présentent aussi deux autres avantages : simplifier l’apprentissage et favoriser l’adhésion des utilisateurs finaux aux entrepôts de données.

Téléchargez gratuitement cette ressource

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

*** SMART DSI *** VERSION NUMÉRIQUE

Découvrez SMART DSI, la nouvelle revue du Décideur IT en version numérique. Analyses et dossiers experts pour les acteurs de la transformation numérique de l'entreprise, Gagnez en compétences et expertise IT Professionnelle avec le contenu éditorial premium de SMART DSI.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010