> Tech > Mise en oeuvre de l’intégration

Mise en oeuvre de l’intégration

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Après avoir évalué votre environnement actuel, déterminé la topologie du réseau NT que vous voulez utiliser et identifié les configurations matérielles et logicielles requises, vous devez estimer les modalités de mise en oeuvre de l'intégration de votre réseau.

Voici 10 astuces pour vous aider.

Astuce 1 :

Mise en oeuvre de l’intégration

annoncez le projet
En annonçant un ensemble de politiques et de procédures vous encouragerez
les responsables et les utilisateurs finaux à  adhérer à  votre projet dès le début
du processus de migration. La remontée des informations des utilisateurs est toujours
intéressante, quelles que soient les phases de migration d’un réseau. Les groupes
d’utilisateurs apportent souvent des suggestions inestimables. Les administrateurs
systèmes ont tendance à  s’impliquer si étroitement dans les détails d’une implémentation
qu’ils risquent de passer à  côté de problèmes importants.

De plus, ils peuvent très bien ne pas comprendre totalement comment tel utilisateur
ou service particulier utilise son système existant. Si vous entreprenez une migration
sans obtenir des utilisateurs qu’ils s’investissent dans votre projet, vous risquez
de créer un système ne répondant pas à  leurs besoins.

Astuce 2 : jouez sur les investissements existants
Il est généralement recommandé d’utiliser le plus possible les
actifs dont on dispose. Cette philosophie se justifie habituellement pour les
administrateurs qui envisagent d’apporter des changements aux connexions réseau
physiques et à  de grandes quantités de matériel, mais le coût des serveurs et
stations de travail dont le prix baisse rapidement facilite l’achat de nouveaux
ordinateurs par de nombreuses entreprises. Cependant, avant de procéder à  de nouvelles
acquisitions, examinez les possibilités de recycler les systèmes d’un service
à  l’autre, afin de déterminer ce qui revient le moins cher, entre le recyclage
des équipements et l’acquisition de nouvelles machines.

Astuce 3 : déterminez dès le départ le personnel nécessaire
Dans certaines régions le personnel technique très bien formé est
rare. Or l’administration d’un réseau mixte demande d’autres compétences que celle
d’un réseau strictement UNIX ou NT. Vérifiez les compétences de vos informaticiens
actuels. Si vous ne disposez pas du personnel possédant les compétences nécessaires
pour répondre aux objectifs stratégiques, il faut envisager immédiatement son
recrutement et sa formation. N’hésitez pas à  vous adresser à  des prestataires
temporaires. Vous paierez plus cher l’heure, mais vous n’aurez pas à  supporter
le poids d’embauches à  long terme pour effectuer le déploiement. Vous pouvez attendre
la fin du déploiement pour décider si vous devez embaucher des employés à  plein
temps pour la maintenance de votre environnement.

Astuce 4 : vérifiez le financement
L’une des principales difficultés de votre migration sera de vous assurer
le budget nécessaire. Il est parfois possible de justifier de dépenses uniquement
par la persuasion, en affirmant que les employés ont besoin de nouveaux équipements
et logiciels, mais vous aurez très probablement à  prouver la rentabilité de votre
projet. Cherchez comment un environnement mixte améliorera l’efficacité des employés.
Pouvez-vous justifier l’investissement en termes de productivité des utilisateurs
? Evaluez également les coûts de maintenance des systèmes avant et après l’intégration.
La maintenance des solutions actuelles coûte-t-elle plus que celle prévue pour
les nouvelles ? Enfin, vérifiez si votre réseau existant permettra aux utilisateurs
d’exécuter des applications indispensables que ne supporte pas votre OS actuel.

Astuce 5 : mettez sur pied un environnement de test
Installez un labo de tests avant de mettre en oeuvre NT : l’implémentation
progressera beaucoup plus facilement si vous la divisez en sections que vous testez
avant la mise en oeuvre définitive. Ces tests vous aideront à  mettre en place progressivement
NT dans votre réseau en réduire au minimum les interruptions du fonctionnement
quotidien. Si possible, procédez même à  une implémentation pilote limitée à  une
partie des futurs utilisateurs du nouvel environnement, pour leur permettre de
le tester avant son déploiement dans toute l’entreprise. Les environnements de
tests permettent également une mise en oeuvre par étapes.

Astuce 6 : planifiez le processus
Pour mettre en oeuvre un nouveau programme, il faut migrer une petite
partie des matériels et des logiciels du projet chaque jour. Il convient donc
de diviser le processus en étapes. Pensez aux questions suivantes lorsque vous
planifiez votre migration : devez-vous migrer la totalité de l’entreprise ou non
? Qui devez-vous migrer en premier et pourquoi ? Allez-vous installer les logiciels
directement sur le poste de travail des utilisateurs ou charger les logiciels
avant de livrer le matériel ? Le chargement des logiciels sur les postes de travail
peut avoir un impact substantiel sur les utilisateurs finaux. Si leur première
impression de votre travail est celle de techniciens en train de tâtonner, vous
menacez votre crédibilité pour un bon moment. Prévoyez si possible un lieu réservé
au chargement des logiciels.

Astuce 7 : Impliquez d’autres personnes dans le déploiement
N’annoncez pas le lancement de vos systèmes et leur déploiement selon
un calendrier trop agressif. Le personnel informatique qui sert d’interface avec
les utilisateurs doit pouvoir répondre aux questions fondamentales et le support
technique du nouvel OS doit être en place avant le démarrage. Il faut s’attendre
à  des problèmes ; il est rare d’avoir une mise en production sans crise. Un calendrier
raisonnable, associé à  un personnel technique bien formé, est une protection essentielle
contre les problèmes potentiels.

Astuce 8 : prévoyez très en amont la mise en exploitation
Après le lancement des systèmes, il vous faut des stratégies et des
procédures d’administration des opérations. La véritable tâche de l’administrateur
NT et UNIX commence à  ce moment de l’intégration. Votre personnel doit adopter
une approche agressive et réactive aux premiers problèmes qui se produisent. Une
réaction rapide et précise aux premiers problèmes aide à  conserver la confiance
des utilisateurs et de la direction et une bonne acceptation du nouvel OS.

Astuce 9 : assurez sans attendre la formation du personnel et des équipes de support
Les besoins de formation et de support de votre entreprise sont en rapport
direct avec le niveau de compétence des utilisateurs et la complexité des nouvelles
applications. Profitez des matériels de formation et de support offerts par vos
fournisseurs. Commencez la formation très tôt. Formez le personnel de support
avant l’implémentation, car ils constituent vos principaux contacts avec la communauté
des utilisateurs.

Astuce 10 : utilisez les outils d’audit et de suivi de performances
L’ultime étape de le planification consiste à  déterminer comment mener
l’audit et la surveillance des performances des systèmes. Chaque version d’UNIX
offre des outils et une méthodologie de surveillance différents. Windows NT s’accompagne
d’outils d’audit et de surveillance des performances. Le marché fourmille de solutions
de surveillance tiers pour NT et UNIX. Les éditeurs tiers offrent en outre des
outils de surveillance entre plates-formes tels que la suite OpenView de HP. (Voir
l’article  » HP OpenView network Node Manager 5.02 pour Windows NT  » de janvier
1999.)

Téléchargez gratuitement cette ressource

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Les 7 étapes d’un projet de dématérialisation RH

Dans ce livre blanc, nous vous donnons les clés pour concevoir votre projet de dématérialisation RH. Vous découvrirez chacune des étapes qui vous permettront d’apporter de nouveaux services aux collaborateurs, de vous adapter aux nouvelles pratiques et de renforcer la marque employeur.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010