> Tech > Niveau 1 – Etat de santé et planning de capacité du système

Niveau 1 – Etat de santé et planning de capacité du système

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Ce niveau fournit des informations sur les performances globales des systèmes supervisés. Les questions que l'on se pose sont classiques : Combien de capacité utilise-t-on en moyenne et pendant les périodes de pointe ? Comment l'utilisation moyenne et en pointe se compare-t-elle aux normes des niveaux de seuil « marginal

Niveau 1 – Etat de santé et planning de capacité du système

» et « critique » pour la configuration actuelle
du système ? Quelles sont les périodes
d’utilisation en pointe (heure
du jour, jour de la semaine, jour du
mois) ? Quel est le niveau de service
moyen global offert aux utilisateurs ?
(Le niveau de service englobe le temps
de réponse transactionnel interactif, le
débit transactionnel interactif et batch,
le temps nécessaire aux jobs batch et
autres mesures propres à  l’entreprise.)
Comment les niveaux de service en
moyenne et en pointe se comparent-ils
à  la même période de l’année précédente
? La figure 2 montre une liste
plus complète de questions.
Pour répondre à  ces questions, il
faut identifier des éléments précis : mesures
spécifiques à  enregistrer, intervalle
d’échantillonnage des mesures,
mode de classement des données en
catégories (par type de job, par
exemple), et points chronologiques
utilisés pour les comparaisons historiques
et les analyses de tendances.
Pour le niveau 1, vous collecterez
plusieurs mesures système de base :
temps moyen pour chaque job, utilisation
de la CPU, activité des disques,
temps de réponse moyen, conflits
lock/seize, etc. (figure 3). Vous collecterez
la plupart de ces mesures à  l’aide
de la fonction Collection Services intégrée
dans l’iSeries, configurée avec un
intervalle d’échantillonnage constant
de 15 minutes. Pour l’analyse, vous
classerez ensuite les données d’après
la propriété comme le type de job (système,
interactif, batch, par exemple), le
type de connexion (5250, PC-SNA, par
exemple) et la priorité des jobs. Pour
beaucoup des mesures de performances,
vous récapitulerez également
les données par heure du jour, jour de
la semaine, jour du mois, mois de l’année,
ou autres intervalles de temps.
La figure 4 présente un exemple
des types de rapports produits.
Beaucoup d’entre eux peuvent être
obtenus auprès du service Performance
Management eServer iSeries
(PM/400e) d’IBM, qui reçoit des données
Collection Services en provenance de votre système et offre les rapports
sur le Web. Voir l’encadré « Où
trouver les outils de performances
iSeries » pour plus d’informations sur
ce service et les autres services et outils
mentionnés dans cet article. Bien entendu,
selon ce que vous jugerez important
de suivre, vous pourrez ajouter
et supprimer des rapports de cette
liste. Je présente ici le canevas d’un
plan de gestion des performances,
mais pas les étapes correspondant
exactement à  votre situation.
Divers rapports récapitulatifs présentent
des moyennes, des pointes, et
(dans certains cas) des proportions
d’échantillons qui se situent dans des
plages « acceptable », « marginale » et
« excessive » d’après des limites définies
par vous. Un ou plusieurs
membres du personnel doivent être
chargés d’examiner certains rapports
chaque semaine ou chaque mois, et
tous les rapports doivent être archivés
pour analyse ultérieure des tendances.
Pour les mesures les plus critiques
dans votre cas, il faut établir des alertes
en temps réel qui se déclenchent
quand telle ou telle mesure de performance
dépasse un seuil critique. La figure
5 suggère plusieurs de ces alertes.
V5R2 iSeries Navigator (ou V5R1
Operations Navigator) vous permet
d’instaurer des alertes (appelées « événements
» dans Navigator) sur des mesures
au niveau système ou au niveau
job. (Pour plus de détails sur l’utilisation
de ces fonctions, voir l’article
« Automatisez la supervision de l’iSeries
avec iSeries Navigator ») Pour
chaque alerte, définissez un seuil dont
le dépassement provoque l’envoi d’un
message à  un opérateur ou à  une file
d’attente de messages, ou qui déclenche
une autre action automatique.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Comment sécuriser la Digital Workplace ?

Avec le recours généralisé au télétravail, les entreprises ont ouvert davantage leur SI. En dépit des précautions prises, elles ont mécaniquement élargi leur surface d’exposition aux risques. Découvrez 5 axes à ne pas négliger dans ce Top 5 Sécurité du Télétravail.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010