> Tech > Nouveaux enjeux de la mobilité et du cloud computing pour les DSI

Nouveaux enjeux de la mobilité et du cloud computing pour les DSI

Tech - Par iTPro - Publié le 24 mai 2012
email

Les directions des systèmes d’information affirment clairement qu’elles subissent une pression « afin de proposer ou d’augmenter les pratiques de travail mobile et/ou flexibles ».

Nouveaux enjeux de la mobilité et du cloud computing pour les DSI

En tête des raisons invoquées par les décideurs sur l’origine des pressions, on retrouve logiquement les budgets. En effet, la réduction des frais des déplacements devient un enjeu crucial pour les directions opérationnelles souhaitant rééquilibrer ce type de dépenses. Voir schéma 3.

L’aspect commercial et concurrentiel provient sans doute des collaborateurs concernés, qui profitent pleinement des capacités de mobilité sur le terrain pour améliorer leurs ventes (fiches clients, suivi des produits et de ventes…), leurs échanges et la visibilité globale de leurs actions. Une réponse confirmée puisque la pression des employés arrive au même rang (39 %). Bien que parmi eux, certains managers soient surtout essentiellement des “techno-fashion-victimes”.

Les métiers et les dirigeants restent d’ailleurs les principaux préconisateurs de l’utilisation des cloud computing et terminaux personnels mobiles dans le cadre d’un usage professionnel, et l’IT se cantonne souvent à n’être qu’une force de proposition que dans 25% des cas.

60 % des personnes interrogées déclarent que les employés « utilisent déjà leurs périphériques de communication personnels au travail pour un usage professionnel.» Cependant, 28 % assurent que leurs collaborateurs ne le souhaitent pas.

Les critères mis en avant par ces collaborateurs sont pour 65% d’entre eux d’éviter la multiplicité des périphériques (personnel et professionnel) ; et 51% justifient ce choix par des performances plus élevées de leur terminal personnel que celui mis à disposition de leur entreprise. Voir schéma 4.

D’ailleurs, il est complexe pour les entreprises de fournir une réponse idéale de performance du périphérique mobile entreprise vis-à-vis du périphérique personnel, étant donné que les collaborateurs changent de mobile tous les 12 à 24 mois en moyenne en fonction de leur contrat avec leur opérateur. De plus, la différence du coût d’acquisition d’un périphérique mobile par rapport à un ordinateur portable en faveur du premier, fait que cette course sans fin à la puissance n’est pas prête de s’arrêter.

En résumé, les directions informatiques, obligées à se transformer d’exploitant à fournisseur et régulateur de services, sont confrontées à quatre problématiques :

La mobilité en entreprise est la capacité d’offrir des services de connexion et d’utiliser les logiciels de l’entreprise dans des situations partiellement maîtrisées contrairement à un réseau informatique fermé :

•    Utilisation en dehors de l’entreprise,
•    Utilisation de réseaux n’appartenant pas à l’entreprise,
•    Utilisation de périphériques personnels dans un contexte professionnel, ou vice-versa,
•    Utilisation de périphériques adaptés dans des scénarios de grande mobilité.

La consumérisation est l’introduction dans l’entreprise d’outils en provenance du marché grand public. La mobilité est désormais accentuée et fragilisée par la consumérisation du monde IT.

La convergence des vies numériques privée et professionnelle nécessite de redéfinir les frontières immatérielles de l’entreprise et de la sécurité de ses données matérielles.

Le cloud computing plus spécifiquement la consommation d’un ou plusieurs services SaaS « Software as a Service » pose de vraies difficultés pour les organisations :

•    Pas de service d’orchestration des cloud computing. C’est-à-dire qu’une entreprise peut rapidement se retrouver avec plusieurs fournisseurs cloud contractualisés par plusieurs services, avec différentes sociétés ayant chacune son type de contrat, avec une absence de cohésion globale,
•    L’adoption massive de technologies avant la réappropriation des savoirs et de la sécurité, quand celle-ci est possible,
•    Des clauses d’engagement toujours obscures, par exemple, l’absence de clause de recette rendue impossible au sens où il n’existe pas de référentiel de départ ou d’arrivée, et que le fournisseur du service peut changer les fonctionnalités de son service de façon unidirectionnelle,
•    Des clauses financières pouvant être revues de manière unidirectionnelle,  entrainant une impossibilité de définir un retour sur investissement fiable sur une période de plusieurs années,
•    Des sorties de contrats, de réversibilité, de sécurité et de respect des lois informatique et liberté non clairement indiquées,
•    Une impossibilité du client de contrôler la sécurité de ses données hébergées ou de garantir qu’elles ne sortent pas de l’Union Européenne
•    L’absence de transparence des fournisseurs sur les situations de sous-traitance et de cotraitance sur les données du client.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Services Cloud Managés

Guide de Services Cloud Managés

Accélérer votre transformation digitale, protéger et sécuriser vos environnements Cloud avec les offres de support, d'accompagnement et de services managés. Découvrez le TOP 3 des Services Managés pour accompagner la transformation de vos environnements Cloud, gagner en agilité et en sécurité dans un monde d'incertitudes.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 mai 2012