> Tech > Planifier pour Dfs

Planifier pour Dfs

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Imaginez que vous ayez plusieurs serveurs de fichiers à  Londres et à  New York, et que vous vouliez répliquer toutes les données en file-sharing (documents, tableurs, présentations PowerPoint, documents de marketing, par exemple) d'un bureau à  l'autre. Ces données sont réparties sur des serveurs multiples à  chaque site et vous

aimeriez
sauvegarder les données du bureau
de Londres sur un serveur du
bureau de New York et réciproquement.
En premier lieu, il faut songer à  la
quantité d’espace disque nécessaire.
S’il y a environ 50 Go de documents et
de fichiers dans chaque bureau, il faut
bien sûr disposer de 50 Go d’espace
disque supplémentaire dans chaque
bureau pour stocker les données répliquées.
Ensuite, songez à  la bande passante
que nécessite une telle réplication
entre sites. Ainsi, s’il y a un circuit
T1 entre les bureaux, on a environ 1,5
Mbps de bande passante pour assurer
toutes les communications de données
d’un site à  l’autre. Il faudra déterminer
combien de cette bande
passante est déjà  utilisé par la communication
intersite actuelle : les administrateurs
WAN devraient pouvoir
fournir cette information. Si cette information
n’est pas immédiatement
disponible, songez à  utiliser un outil de
collection SNMP tel que MRTG (Multi
Router Traffic Grapher) pour suivre
l’utilisation de la bande passante au fil
du temps. Quel que soit le moyen utilisé,
soustrayez la quantité de bande
passante en service de la quantité totale
disponible. Pour notre scénario
exemple, supposons que la moitié de
la bande passante entre les bureaux de
New York et de Londres est déjà  en service,
ce qui en laisse 750 Kbps.
Dernier point à  considérer : combien
y a-t-il de changements des données
d’utilisateur final à  chaque bureau,
chaque jour. Dfs réplique les
changements jusqu’au niveau fichier,
donc chaque fois que quelqu’un modifie
une présentation PowerPoint de 20
Mo sur un share répliqué, Dfs pousse la
totalité du fichier de 20 Mo sur votre
WAN dans le cadre de la réplication. A
l’évidence, ce mode de réplication engendre
un gros volume de trafic sur le
réseau.
Il existe plusieurs méthodes pour
déterminer la quantité de données qui
changent quotidiennement dans l’entreprise.
Pour ma part, j’utilise la fonction
Advanced Search de Windows
pour trouver tous les fichiers qui ont
subi des changements dans la journée
écoulée. Appliquez cette recherche
aux répertoires que vous voulez répliquer
puis ajoutez la taille totale de tous
les fichiers qui s’y trouvaient. Comme
certains fichiers seront mis à  jour plusieurs
fois par jour, il faudra peut-être
augmenter l’estimation pour tenir
compte de réplications multiples pour
certains de ces fichiers.
Après avoir estimé combien de
données (en octets) les utilisateurs
modifient au cours d’une journée normale,
multipliez le chiffre par 8 pour
déterminer le nombre de bits qu’il représente.
Imaginons que notre entreprise
exemple modifie 200 Mo de fichiers
dans une journée moyenne. Si
on multiplie 200 Mo par 8, il faudra
répliquer 1,6 milliards de bits de données.
Divisez cette valeur par la quantité
totale de bande passante disponible
pour calculer le nombre de
secondes de trafic de réplication Dfs
sur votre réseau pour un jour donné
(dans le cas de notre exemple, cette valeur
est de 2 133 secondes par jour).
Sachant qu’il y a 86 400 secondes dans
un jour, le temps de trafic de réplication
Dfs calculé représente probablement
un volume appréciable de données
à  déplacer sur une connexion T1,
même si plusieurs sites sont tous mis à 
jour en même temps (la réplication
FRS est multimaster et peut traiter plusieurs
sites simultanément).
Vous pouvez affiner ce genre de
calcul en utilisant un créneau de moins
de 24 heures pour déterminer la quantité
de données qui changent dans une
journée et combien de secondes sont
disponibles dans ce laps de temps.
(Signalons au passage que nous
ne prenons pas en considération
l’overhead des en-têtes de paquets,
susceptible d’ajouter une quantité non
négligeable de bits supplémentaires,
en principe 56 octets par paquet.)
Comme le trafic de réplication Dfs
entre les deux endroits aura le plus
d’impact pendant les heures de forte
activité, attendez-vous à  ce que la journée
de travail entre les bureaux de
NewYork et de Londres représente 13
heures de la journée (en supposant un
jour classique de 8 heures, plus une
différence de temps de 5 heures).
Après avoir déterminé qu’il y a l’espace
disque et la bande passante nécessaires
pour démarrer la réplication de
données Dfs, le moment est venu de
démarrer la planification et la mise en
oeuvre.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Endpoint Security : Guide de Mise en œuvre

Détournement d’applications légitimes, élévation de privilèges, logiciels malveillants furtifs : comment les solutions de Endpoint Security permettent elles de faire face aux nouvelles techniques d'attaques complexes ? Découvrez, dans ce Guide Endpoint Security, les perspectives associées à leur mise en œuvre.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010