> Tech > Pourquoi devez-vous adopter RDP aujourd’hui ?

Pourquoi devez-vous adopter RDP aujourd’hui ?

Tech - Par iTPro - Publié le 09 octobre 2012
email

La première raison c’est que c’est un environnement de développement basé sur la plateforme Eclipse, plateforme qui est devenue un standard dans le monde du développement open-source et largement déployée dans les écoles et les universités.

Pourquoi devez-vous adopter RDP aujourd’hui ?

À ce titre RDP est à même de satisfaire les jeunes générations de développeurs et donc d’attirer de nouveaux talents. Extensible par l’ajout de plugins offrant la possibilité de développer des applications Web, XML, base de données, etc. il permet de fédérer les équipes de développement, de faire converger les cultures « technologies traditionnelles » et « nouvelles technologies ». Beaucoup d’entreprises développant en RPG/COBOL ainsi qu’en Java/PHP et désirant une standardisation des outils l’ont déjà adopté. Ils bénéficient ainsi d’une plateforme commune à tous les développeurs. N’en déduisez pas que RDP ne s’adresse qu’aux plus jeunes : travailler sous Eclipse offre aujourd’hui l’opportunité, pour toutes les équipes de développement sous IBM i, d’acquérir des compétences qui s’avéreront indispensables dans les années à venir.

La seconde raison c’est que le produit ADTS (SEU, PDM…) est un outil du passé. Annoncé comme stabilisé par IBM en 2008, il n’évoluera plus. Les nouveautés RPG, COBOL et SQL de la version 7.1 (tri des tableaux en ascendant/descendant, nouvelles fonctions intégrées, lecture des result sets, tableaux et variables globales SQL, etc.) ne sont pas supportées dans SEU, mais uniquement dans RDP. Il en sera ainsi pour toutes les nouveautés à venir. Et puis, force est de constater qu’ADTS n’a pas connu d’améliorations majeures depuis de nombreuses années. Il lui manque beaucoup des fonctionnalités qui font la richesse des IDE (Integrated Development Environment) d’aujourd’hui : pas d’éditeurs visuels, pas de copier/coller, pas de recherche de texte, pas d’assistants de saisie et une pauvre intégration avec les outils externes.

La troisième raison, c’est que RDP offre tout un ensemble de puissantes fonctionnalités qui en font un environnement moderne permettant d’accroître la productivité des développeurs. Je les ai classées en deux catégories : les fonctionnalités de RSE (Remote System Explorer – Explorateur de Systèmes Distants – successeur de PDM) dont je donne quelques exemples ci-dessous et les fonctionnalités de LPEX (Live Parsing EXtensible editor – successeur de SEU) que je détaillerai à la section suivante.

RSE permet de travailler sur de multiples systèmes IBM i à partir d’une fenêtre unique (la même opération avec PDM nécessite l’ouverture de plusieurs sessions 5250). Il permet d’accéder également à des serveurs Linux, Unix et Windows. Il est possible de créer des filtres nommés, permanents et beaucoup plus sophistiqués que les filtres de PDM pour gérer les bibliothèques, les objets et les membres source (on peut par exemple visualiser dans la même liste tous les membres source qui ont une racine commune, quel que soit le fichier source dans lesquels ils se trouvent). On accèdera ensuite à ces informations, soit sous forme d’arborescence, par un simple clic, soit sous forme de tableau, ce qui offrira alors des possibilités de navigation, de tri, d’impression et d’exportation. Notons que RSE autorise les opérations de glisser-poser avec la souris pour copier des objets ou des sources d’une bibliothèque à une autre ou d’un système à un autre. Et avec la fonction « Diagramme d’applications » on peut visualiser graphiquement la structure d’un ensemble de programmes, c’est-à-dire les liens d’appel entre les sous-routines, les procédures et les programmes externes.

Ce ne sont là que quelques exemples. RDP offre également un très bon débogueur permettant de s’affranchir du nom du travail dans lequel le programme s’exécute : après avoir défini ce que l’on appelle un point d’entrée de service (on place le programme en attente de débogage sur son poste de travail), le programme passera en mode debug dès qu’il sera exécuté, quel que soit l’environnement (interactif, batch, client-serveur, application Web, Service Web, etc.). Pour la conception des DSPF et PRTF, RDP n’est pas en reste, puisqu’il offre deux outils graphiques intitulés Screen Designer et Report Designer, successeurs respectifs de SDA et RLU. Notons également qu’avec la notion de « projets i »  RDP offre la possibilité de travailler en mode déconnecté. Enfin, RDP étant basé sur Eclipse, il peut être étendu et complété par d’autres plugins et outils, qu’ils soient IBM (par exemple RDP combiné avec RTC, Rational Team Concert, offre un environnement de travail en équipe – RTC apportant une infrastructure pour la gestion du changement : contrôle des sources, traçabilité des modifications, etc.) ou tiers (les sociétés Arcad Software et Softlanding proposent par exemple des plugins qui se combinent avec RDP pour offrir une émulation 5250 intégrée et un module d’analyse d’impact (Arcad Software) ou une gestion des spoules et des messages IBM i (Softlanding)).

Téléchargez gratuitement cette ressource

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

IBMi et Cloud : Table ronde Digitale

Comment faire évoluer son patrimoine IBMi en le rendant Cloud compatible ? Comment capitaliser sur des bases saines pour un avenir serein ? Faites le point et partagez l'expertise Hardis Group et IBM aux côtés de Florence Devambez, DSI d'Albingia.

Tech - Par iTPro - Publié le 09 octobre 2012