> Tech > Qu’est-ce qui a changé dans Exchange 2003

Qu’est-ce qui a changé dans Exchange 2003

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Bien que l'on puisse déployer Exchange 2003 sur des serveurs Windows 2000, Microsoft se plaît à  dire que Windows 2003 et Exchange 2003 valent mieux ensemble parce qu'ils sont conçus pour travailler en tandem. Cette affirmation est vérifiée à  de nombreux égards, mais particulièrement pour les clusters. Pour ma part,

je recommande de déployer un
cluster Exchange uniquement sur des serveurs Windows
2003. Voici les principales améliorations des clusters
Windows 2003 et Exchange 2000 :

  • Avec Windows 2003 et Exchange 2003, on peut configurer
    des clusters à  huit noeuds. Par rapport à  quatre, huit noeuds
    offrent une plus grande souplesse de déploiement des serveurs
    dans un cluster et des rôles assumés par les serveurs.
    Cependant, si le cluster prend en charge de nombreux
    clients, beaucoup de connecteurs et une lourde charge de traitement, un noeud au moins doit
    être passif. Les clusters qui supportent
    un petit nombre de clients et
    peut-être ne fonctionnent que sur un
    SG avec un petit nombre de bases de
    données sur chaque noeud actif, peuvent
    en principe opérer en mode entièrement
    actif parce que le risque de
    fragmentation de la mémoire virtuelle
    est moindre.

  • Il n’y a plus de dépendance vis-à -vis
    du Datacenter et donc, on peut désormais
    déployer des clusters sans
    subir le coût supplémentaire inhérent
    au Datacenter.

  • Windows 2003 et Exchange 2003
    maîtrisent mieux la fragmentation de
    la mémoire virtuelle, augmentant
    ainsi le nombre de clients MAPI
    qu’un cluster peut gérer. Windows
    2003 et Exchange 2003 font aussi
    meilleur usage d’une mémoire abondante
    (c’est-à -dire, plus de 1 Go)
    quand elle est à  la disposition d’un
    serveur . Aucun test officiel n’a encore
    établi combien de clients MAPI
    simultanés Exchange 2003 supporte,
    avant de subir la fragmentation de la
    mémoire virtuelle, mais le fait que
    Microsoft ait déployé des clusters capables
    de gérer 4 000 boîtes à  lettres
    par noeud révèle une limite élevée. Si
    un noeud passif est toujours disponible
    dans une configuration actifpassif,
    les clusters peuvent prendre
    en charge de nombreux utilisateurs
    par noeud actif – peut-être jusqu’à 
    5 000 boîtes à  lettres par noeud. Le
    nombre exact dépend de plusieurs
    critères : configuration du système,
    charge générée par les utilisateurs,
    types de clients utilisés, et surveillance
    attentive de la mémoire virtuelle
    sur les noeuds actifs quand ils
    sont soumis à  la charge.

  • On peut utiliser des points de montage
    de lecteurs (appelés aussi lecteurs
    montés en NTFS) pour éliminer
    la restriction Win2K – Exchange
    2000 portant sur le nombre de lettres
    de lecteur disponibles, ce qui limite
    le nombre de groupes de disques
    disponibles dans un cluster. Cette
    amélioration est importante quand
    on déploie plus de 10 SG sur des
    noeuds de clusters multiples.

  • En raison du nouveau modèle de dépendance
    vis-à -vis des ressources
    d’Exchange 2003 et de quelques astuces
    dans la manière dont Exchange
    2003 gère le basculement, Exchange
    2003 semble être plus rapide
    qu’Exchange 2000 dans le transfert
    des SG des serveurs défaillants vers
    les noeuds actifs, en cas de difficultés.

  • Microsoft a apporté d’astucieuses
    améliorations aux interfaces de gestion
    d’Exchange 2003 pour faciliter la
    vie des administrateurs. Ainsi,
    comme on le voit figure 2, la console
    ESM (Exchange System Manager) affiche
    désormais les détails des types
    de serveurs, afin que l’on sache immédiatement
    si un serveur est en
    fonctionnement sur un cluster.

  • A la condition d’utiliser un matériel
    et un logiciel de sauvegarde appropriés,
    on peut utiliser l’API VSS (Volume Shadow Copy Service) de
    Windows 2003 pour faire des sauvegardes
    instantanées à  chaud. Cette
    amélioration est s’importance parce
    que les clusters ne peuvent pas
    s’épanouir si les administrateurs limitent
    la taille des bases de données.
    En effet, en limitant la taille des bases
    de données, on limite aussi le
    nombre de boîtes à  lettres qu’un
    cluster peut héberger. Cependant,
    comme les fournisseurs n’ont
    livré que lentement les produits
    conformes à  VSS, ne comptez pas
    trop sur cette fonction avant de voir
    des produits en chair et en os.

  • La fonction Recovery Storage Group
    permet aux administrateurs de récupérer
    rapidement des défaillances de
    bases de données individuelles et
    sans être obligés de mettre en oeuvre
    des serveurs de reprise dédiés. Cette
    fonction existe aussi quand on déploie
    Exchange 2003 sur des serveurs
    Win2K.

VSS et le Recovery Storage Group
ne sont pas des fonctions propres aux
clusters. Mais toutes deux améliorent
la disponibilité du service et rassurent
les administrateurs qui redoutent que
le fait de consolider de nombreux serveurs
standard dans un vaste cluster ne
revienne à  mettre tous leurs oeufs dans
le même panier.
On le voit, ces améliorations expliquent
pour beaucoup les raisons pour
lesquelles les administrateurs Windows
n’ont pas mis en oeuvre les clusters.
Certaines des autres raisons pour
lesquelles les administrateurs ont
boudé les clusters sont en train de disparaître
d’elles mêmes. Par exemple,
dès lors que les entreprises bouclent
leur déploiement d’Exchange 2000 ou
finissent de migrer à  partir d’un système
e-mail existant, elles n’ont plus
besoin de certains des anciens composants
Exchange qui ne peuvent pas
fonctionner sur un cluster. Même certains
des nouveaux composants introduits
dans Exchange 2000 qui ne pouvaient
pas fonctionner dans un cluster
ont été remplacés par de nouveaux
produits qui le peuvent. Tous les composants
centraux d’Exchange 2003
peuvent fonctionner dans un cluster.
Par conséquent, les problèmes de nonconformité
au cluster devraient désormais
se cantonner aux seuls produits
tierce partie. Et même ce problème se
dissipe parce que, on l’a vu, de plus en
plus d’ISV proposent des add-ons pour
les serveurs en cluster.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Guide de Services Cloud Managés

Guide de Services Cloud Managés

Accélérer votre transformation digitale, protéger et sécuriser vos environnements Cloud avec les offres de support, d'accompagnement et de services managés. Découvrez le TOP 3 des Services Managés pour accompagner la transformation de vos environnements Cloud, gagner en agilité et en sécurité dans un monde d'incertitudes.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010