> Tech > Reconstruction de l’héritage

Reconstruction de l’héritage

Tech - Par Mary Jo Foley - Publié le 24 juin 2010
email

Pour un projet dont personne ne parle chez Microsoft, « Midori » fait beaucoup de bruit autour de Redmond. Cela n’a rien de vraiment surprenant, dans la mesure où Midori, s’il réussit à voir le jour, pourrait bien être le successeur du système d’exploitation Windows.Selon des tuyaux à la source et des rapports de professionnels, les chercheurs Microsoft développent Midori comme un système d’exploitation à micronoyau, qui fonctionnera sur différents systèmes multicoeurs et systèmes parallèles/distribués.

Reconstruction de l’héritage
Et (de l’avis de Steve Jobs, le concurrent de Microsoft) il faut ajouter une autre chose : Midori sera probablement un système d’exploitation entièrement à code géré. Autrement dit, il ne sera pas forcément rétrocompatible avec Windows. La bonne nouvelle est que les développeurs n’ont pas besoin de paniquer.

D’une part, Midori n’est pas pour l’immédiat, mais devrait arriver très vraisemblablement au-delà de 2011. D’autre part, l’équipe Midori n’a pas complètement abandonné l’idée d’assurer la rétrocompatibilité. Il pourrait y avoir des méthodes permettant d’exécuter les applications héritées dans des machines virtuelles ou d’exécuter Midori en tant que sous-système de Windows (ou inversement). Il est clair que les planificateurs de Redmond ont différentes options à leur disposition à mesure qu’ils planchent sur le projet.

Certains développeurs sont persuadés que Microsoft serait bien inspiré de repartir de zéro et de créer un système d’exploitation affranchi de tout héritage, alors que Windows est devenu énorme et a enflé de manière démesurée. Par ailleurs, avec la croissance de l’informatique multicoeur et d’Internet, deux aspects non intégrés à l’origine dans le cahier des charges de Windows, un système d’exploitation entièrement nouveau pourrait constituer la meilleure approche.

Les spécialistes du code qui ont fait un bout de chemin, parfois long, avec Microsoft et sa stratégie sans cesse modifiée semblent résignés à ce qui les attend dans le monde de l’après-Windows. « Au départ, nous avions DOS. Nous avons ensuite eu Windows qui s’exécutait par-dessus DOS, puis Windows émulant DOS. Désormais, nous avons .NET qui s’exécute par-dessus Windows. C’est juste une question de temps avant d’avoir .NET émulant Windows », déclare Rockford Lhotka, grand prédicateur en technologies chez Magentic Technologies Inc., un partenaire Microsoft Gold Certified installé à Minneapolis (Minnesota) et spécialisé dans le développement d’applications ainsi que le conseil auprès des sièges sociaux de sociétés. « Lorsque je leur dis cela, les gens me regardent d’une drôle de manière, comme si j’étais fou, mais je suis vraiment convaincu que c’est juste une question de temps. Que Midori constitue à vrai dire une évolution dans ce sens, je n’en sais rien, mais cela ne me surprendrait pas le moins du monde. ».

Pourtant, les choses à avenir semblent troubler certains développeurs, notamment Kate Gregory, une partenaire travaillant pour Gregory Consulting Ltd., une société de développement logiciel et de conseil située dans l’Ontario, au Canada. (Le blog de Kate Gregory) Elle s’inquiète des conséquences d’un Midori dénué de tout héritage pour les programmeurs et les clients.

« D’une certaine manière, il vaut mieux une absence de compatibilité totale qu’une quasi-compatibilité », déclare Kate Gregory. « Les gens comprennent que cela n’a généralement aucun sens de copier sur leur téléphone un exécutable fonctionnant sur leur ordinateur portable », ajoute-t-elle. « En général, cela ne leur pose pas de problème. En revanche, c’est moins le cas pour un exécutable qui fonctionnait avec XP, voire avec Windows 95, mais ne peut être utilisé automatiquement sous Vista. »

Téléchargez gratuitement cette ressource

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

Sécurité Office 365 : 5 erreurs à ne pas commettre

A l’heure où les données des solutions Microsoft de Digital Workplace sont devenues indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise, êtes-vous certain de pouvoir compter sur votre plan de sécurité des données et de sauvegarde des identités Microsoft 365, Exchange et Teams ? Découvrez les 5 erreurs à ne pas commettre et les bonnes pratiques recommandées par les Experts DIB France.

Tech - Par Mary Jo Foley - Publié le 24 juin 2010