> Tech > Sauvegarde au niveau de l’hôte

Sauvegarde au niveau de l’hôte

Tech - Par iTPro - Publié le 28 octobre 2010
email

Ce type de sauvegardes constitue de loin la méthode la plus flexible avec Hyper-V, car elle fonctionne quel que soit le type d’OS s’exécutant sur les machines invitées. Supposons un instant que vous deviez sauvegarder un serveur Hyper- V exécutant plusieurs OS invités Windows Server relativement anciens et quelques

Sauvegarde au niveau de l’hôte

OS invités non-Windows. Ces derniers ne seront pas compatibles avec l’agent DPM et ne prendront pas en charge VSS ou les services d’intégration d’Hyper-V. De même, les OS invités Windows Server plus anciens géreront peut-être l’agent DPM, mais pas VSS ou les services d’intégration d’Hyper-V.

Néanmoins, tout cela importe peu lorsque vous réalisez une sauvegarde au niveau de l’hôte. En effet, l’agent DPM 2007 est appliqué au système d’exploitation parent, à savoir l’OS Windows Server 2008 exécutant Hyper-V. Bien que les OS invités ne gèrent pas VSS en natif, DPM se sert de l’OS hôte pour réaliser une sauvegarde VSS du système d’exploitation invité. En fait, la machine invitée est forcée à passer en mode d’hibernation. La mémoire de la VM et le contenu du processeur sont alors vidés vers un fichier. Ce faisant, DPM 2007 réalise un cliché instantané (snapshot) VSS de la VM, puis l’OS de la VM reprend son activité. Le service est interrompu momentanément lorsque la VM est en hibernation, mais le processus de création du cliché instantané VSS ne prend généralement que quelques instants.

Cette approche est quasiment aussi peu intrusive que si vous exécutiez une sauvegarde traditionnelle sur une VM en hibernation. Avec cette approche, que se passe-t-il si une VM est compatible avec VSS ? Dans ce cas, le processus de cliché instantané est nettement plus transparent et ne requiert aucun arrêt. Le processus débute lorsque l’agent DPM 2007 contacte l’hôte de virtualisation (Hyper-V) et demande une sauvegarde. Dans ce cas, les composants de service d’intégration d’Hyper-V exécutent une requête référençant VSS. Autrement dit, même si l’agent DPM 2007 dialogue uniquement avec l’OS hôte, Hyper-V indique à l’OS invité de contacter ses propres enregistreurs VSS. Ces derniers se préparent alors à la réalisation d’un cliché instantané, lequel est exécuté uniquement lorsque Hyper-V reçoit le feu vert des enregistreurs VSS internes à la machine invitée.
Cela garantit que l’OS invité se trouve dans un état cohérent au moment du cliché instantané.

Comme vous pouvez le voir, l’un des principaux avantages des sauvegardes au niveau de l’hôte est l’exécution de sauvegardes VSS cohérentes des machines invitées compatibles, sans aucun arrêt. D’autre part, vous pouvez réaliser des clichés instantanés VSS de machines invitées non compatibles avec un temps d’arrêt réduit au strict minimum.

D’autres avantages de cette méthode incluent la possibilité de capturer la VM dans son intégralité et non uniquement l’OS et les applications qu’elle exécute. En d’autres termes, une sauvegarde au niveau de l’hôte permet d’effectuer une « restauration instantanée à chaud » virtuelle. Il n’est pas réellement possible de réaliser une restauration instantanée à chaud d’une VM, mais vous pouvez réaliser l’équivalent virtualisé en restaurant une VM vers n’importe quel serveur hôte Hyper-V disponible. L’avantage peut-être le plus significatif de cette méthode concerne les économies de coûts. Comme la majorité d’entre vous le sait déjà, vous devez acheter une licence pour chaque agent DPM 2007 déployé. Lors d’une sauvegarde au niveau de l’hôte, un seul agent sur l’OS hôte est nécessaire. Par conséquent, vous pouvez sauvegarder autant de VM que souhaité pour le coût d’un agent DPM 2007 par serveur hôte.

Au vu des avantages des sauvegardes au niveau de l’hôte, vous vous interrogez peut-être sur la raison qui pourrait vous amener à procéder autrement. Mais, comme indiqué précédemment, cette approche comporte un certain nombre d’inconvénients. Le plus important d’entre eux est que vous pouvez restaurer une VM dans son intégralité, mais pas des éléments individuels de celle-ci, par exemple des fichiers, dossiers et bases de données. Pour mieux comprendre mon propos, consultez la figure 1. Cette capture a été réalisée pendant la création d’un groupe de protection qui incluait mon serveur Hyper-V. Vous pouvez voir un conteneur pour
Microsoft Hyper-V, avec toutes mes VM listées sous celui-ci. Vous pouvez également noter que les VM individuelles ne peuvent pas être développées plus avant en vue d’affiner la granularité de la sauvegarde. Par conséquent, la sauvegarde d’une VM au niveau de l’hôte est un processus « tout ou rien ». Il est inutile de sauvegarder toutes les VM, mais il est, en revanche, impossible de sélectionner les éléments à sauvegarder au sein d’une VM.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Protection des Données : 10 Best Practices

Protection des Données : 10 Best Practices

Le TOP 10 des meilleures pratiques, processus et solutions de sécurité pour mettre en œuvre une protection efficace des données et limiter au maximum les répercutions d’une violation de données.

Tech - Par iTPro - Publié le 28 octobre 2010