> Tech > SQL imbriqué

SQL imbriqué

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Avec SQL imbriqué, il faut respecter deux règles fondamentales pour réussir les diagnostics :

Ne jamais, jamais, utiliser la directive WHENEVER SQL.

Toujours vérifier la variable SqlState après chaque instruction SQL exécutable.

Aux yeux des nouveaux programmeurs SQL, la directive

SQL imbriqué

WHENEVER peut paraître comme une fonction SQL commode, mais c’est une source potentielle d’ennuis. L’effet de WHENEVER peut être modifié par le simple déplacement du texte de sous-routine autour de votre code source, même si vous ne changez pas le flux d’exécution du programme.

Pour être sûrs que votre programme traite les erreurs runtime SQL, le moyen le plus simple et le plus fiable est d’adopter une approche standard pour tester la variable SqlState (le nom est raccourci en SqlStt dans RPG/400 et en V5R2 et versions antérieures de ILE RPG). Le SQL runtime définit cette variable de cinq caractères après chaque instruction SQL (figure 5). Le SQL runtime définit aussi la variable SqlCode (ou SqlCod), mais SqlCode est une variable de réaction plus ancienne, non standard – et vous devriez plutôt utiliser SqlState.

Un état SQL de 00000 signifie que l’instruction a été exécutée correctement. Les deux premiers caractères indiquent l’état d’accomplissement général, de la façon suivante :

00 – réussite

01 – avertissement

02 – pas de données

03 à ZZ – erreur

Vous pouvez créer de diverses manières votre traitement d’erreurs SQL standard.

Outre SqlState, le SQL runtime définit d’autres variables dans la SQLCA (SQL Communication Area), qui est décrite dans l’annexe C du V5R3 DB2 Universal Database for iSeries SQL Reference (publib.boulder.icm.com/infocenter/iseries/v5r3/topic/db2/rbafzmst.pdf). Par exemple, SqlErrD(1) contient les quatre derniers caractères du message d’échappement CPF associé si une exception se produit. Vous pouvez utiliser l’un des débogueurs interactifs pour afficher et définir les points de contrôle sur le SqlCode et d’autres variables de feedback.

On le voit, SQL fournit des informations de diagnostic de plusieurs manières. Il n’est pas plus difficile de travailler avec cette information que d’utiliser les diagnostics émanant des interfaces base de données traditionnelles. Une bonne connaissance des principes de base des diagnostics SQL vous permet d’aborder l’utilisation de SQL en sachant que vous pourrez détecter et corriger les problèmes rapidement.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Endpoint Security : Etude IDC Enjeux & Perspectives

Quel est l'état de l'art des solutions de Endpoint Security et les perspectives associées à leur utilisation ? Comment garantir la sécurité des environnements sensibles en bloquant au plus tôt les cyber attaques sophistiquées, avant qu’elles n'impactent durablement vos environnements de travail ?

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010

A lire aussi sur le site

Revue Smart DSI

La Revue du Décideur IT