> Tech > Stockage

Stockage

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Des quatre sous-systèmes constitutifs d’un serveur Exchange, le sous-système de disque bénéficie du moins d’attention. Sans cesse, je rencontre des administrateurs qui discutent pendant des heures du bien-fondé d’un processeur 3,2 GHz ou 3,4 GHz pour leur serveur Exchange, mais qui consacrent seulement quelques minutes au sous-système de disque. Pourtant,

Stockage

toutes les tâches accomplies par le serveur Exchange associent celui-ci d’une manière ou d’une autre. Le tableau 1 fournit des conseils d’ensemble pour la conception d’un sous-système de disque d’un serveur de boîtes aux lettres Exchange dans le cadre d’une architecture DAS. (Pour les environnements Exchange qui utilisent une architecture NAS ou SAN, contactez votre fournisseur de stockage afin d’obtenir des recommandations pour la configuration des disques.) Il est impossible de passer en revue ici toutes les options d’architecture et de conception pour un sous-système de disque Exchange. Nous allons par conséquent nous attarder sur certaines erreurs rencontrées fréquemment.

Que votre stockage Exchange utilise une architecture DAS, NAS ou SAN, les lecteurs ne doivent pas être partagés avec d’autres applications ni être utilisés par celles-ci. Exchange est très sensible aux temps de latence et la nature aléatoire intrinsèque de l’activité de base de données Exchange amplifie cette sensibilité. L’article Microsoft « Exchange Server and network-attached storage » constitue un bon point de départ pour découvrir les effets de la sensibilité en termes de disques et de latence. Un aspect important à retenir lorsque vous abordez le sous-système de disque Exchange est le suivant : les piles de disque sont vos amies. Vous n’avez jamais assez de piles de disque pour un serveur de boîtes aux lettres Exchange. Plus vous en affectez à un serveur principal Exchange, plus celui-ci pourra gérer un grand nombre d’E/S disque et meilleures seront ses performances.

Trop fréquemment, les administrateurs (et responsables) mettent l’accent sur la taille du disque et non sur le nombre de piles. Par exemple, supposons que vous ayez un serveur Exchange qui doit gérer 2000 utilisateurs, avec une limite de taille de boîtes aux lettres de 150 Mo. Est-il approprié d’acheter quelques disques de 300 Go ? Si vous pensez que la réponse est « oui », vous souffrez d’un sentiment de sécurité trompeur. Les utilisateurs sont en réalité des consommateurs d’E/S disque. Chaque utilisateur Exchange actif (ou boîte aux lettres) nécessite un certain nombre d’E/S disque, généralement entre 0,1 et 0,8 opération d’E/S par seconde par utilisateur (les utilisateurs très actifs peuvent nécessiter plus de 1,0 opération d’E/S par seconde).

Les lecteurs de disque SCSI hautes performances moyens (en fonction de la marque et du modèle) gèrent environ 120 opérations d’E/S par seconde. Par conséquent, la seule manière de satisfaire les exigences exposées dans notre exemple consiste à ajouter des piles. C’est particulièrement vrai pour le volume (ou LUN) qui gère les bases de données Exchange. Les volumes de bases de données Exchange doivent être constitués de nombreuses piles de disque de taille relativement réduite (au lieu de quelques piles de disque de grande taille). L’activité de ces bases de données est extrêmement aléatoire et le fait d’avoir plus de piles de disque afin de satisfaire ces demandes aléatoires est essentiel pour les performances de votre serveur de messagerie. Vous pouvez utiliser l’Analyseur de performances pour savoir combien d’opérations d’E/S par seconde sont consommées par les utilisateurs existants. (Examinez à ce propos l’article Microsoft « Optimizing Your Storage Architecture », http://tinyurl. com/bpn2k, pour plus d’informations.)

Une autre erreur consiste à penser que l’approche RAID 5, au lieu de RAID 0+1 (ou RAID 1+0, selon votre mise en oeuvre matérielle) est plus appropriée pour le stockage local. L’approche RAID 5 requiert plus de piles de disque pour aboutir aux mêmes performances que RAID 1+0, en raison des écritures disque supplémentaires qu’elle doit exécuter. La solution RAID 5 peut fonctionner parfaitement pour des serveurs Exchange relativement petits déployés dans des succursales, mais pour des serveurs principaux Exchange dédiés gérant de nombreux utilisateurs et des limites de stockage de boîtes aux lettres importantes, elle ne constitue pas forcément le meilleur choix. (Si vous utilisez la technologie SAN pour votre stockage de disque Exchange, cela ne sera peut-être pas le cas. Contactez votre fournisseur de stockage afin de vous aider à concevoir un stockage SAN.)

Téléchargez gratuitement cette ressource

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

HP Elite Slice G2 : optimisez la collaboration… et votre budget !

Téléchargez cette étude Forrester et découvrez comment booster la collaboration tout en dégageant un excellent R.O.I grâce au système de vidéoconférence HP Elite Slice G2 avec Microsoft Teams !

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010