> Tech > Utiliser OWC pour déployer Office sur le Web

Utiliser OWC pour déployer Office sur le Web

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010
email

Ayant convenu d'une technologie d'arrière- plan, l'équipe de développement a commencé à  réfléchir à  la mise en oeuvre de l'interface frontale. La plupart des analystes financiers utilisent Excel et sont à  l'aise avec cette interface de Microsoft. Excel comprend PivotTable Service, qui permet aux analystes de se relier aux bases

de données
Analysis Services. L’interface de type
glisser-déposer d’Excel fournit un accès
simple et intuitif aux données multidimensionnelles
sans imposer une
lourde formation aux utilisateurs. Et
avec les possibilités graphiques
d’Excel, les utilisateurs peuvent présenter
des données sous diverses
formes graphiques. C’est pourquoi,
pour l’interface frontale, l’équipe a retenu
Excel 2002, qui fait partie de
Microsoft Office XP. La figure 1 montre
PivotTable Service d’Excel explorant un
cube Analysis Services OLAP.

Excel aurait fait l’affaire si les utilisateurs
de tous les clients travaillaient
ensemble dans le même immeuble et
pouvaient accéder au serveur Analysis
par le même LAN. Mais comme les utilisateurs
devaient partager l’application
à  partir de diverses organisations
aux agences disséminées sur la planète,
l’équipe avait besoin d’un composant
du genre Excel accessible aux
utilisateurs par Internet. OWC (Office
Web Component) a la solution. C’est
un ensemble de contrôles ActiveX que l’on peut utiliser sur des pages Web
pour fournir les fonctions d’Office. Le
composant OWC PivotTable est une
version Web de PivotTable Service
d’Excel ; PivotTable utilise PivotTable
Service et exige que celui-ci soit installé
avant de fonctionner. Mais le OWC
PivotTable fonctionne sans Excel.

l’on peut utiliser sur des pages Web
pour fournir les fonctions d’Office. Le
composant OWC PivotTable est une
version Web de PivotTable Service
d’Excel ; PivotTable utilise PivotTable
Service et exige que celui-ci soit installé
avant de fonctionner. Mais le OWC
PivotTable fonctionne sans Excel.

Bien qu’OWC ait fourni tout ce
dont le projet de notre équipe de développement
avait besoin, nous avons
eu du mal à  le déployer sur Internet.
Premier problème : la plate-forme sur
laquelle OWC s’exécute. La version
Office XP d’OWC demande MDAC
(Microsoft Data Access Components)
2.6 ou ultérieur. Beaucoup des abonnés
au service utilisent Windows NT
Workstation 4.0 comme leur OS, et
pour installer MDAC 2.6, ils ont aussi
dû installer SP6 (Service Pack 6). L’un
des principaux atouts d’OWC, à  nos
yeux, était son déploiement sans couture.
Mais nous avons constaté que
bien que nous puissions automatiser
l’installation des packs de service, le
processus exige des réinitialisations et
est plutôt envahissant. Microsoft a par
la suite fourni une version révisée du
composant OWC qui fonctionne avec
SP4, mais au moment où nous étions treeview/default.asp?url=/technet/pro
dtechnol/sql/reskit/sql2000/part11/c39
61.asp.) Le Thin Web Client utilise les
ASP (Active Server Pages) pour se
connecter au serveur Analysis Services,
convertit les données multidimensionnelles
en HTML et transmet les données
au client. La figure 4 montre le
Thin Web Client affichant un sous-ensemble
de données de prêt.

Le Thin Web Client demande IE
version 5.0 ou ultérieure. Comme le
client ne se connecte pas directement
à  l’ordinateur Analysis Services, le
client n’a pas besoin de MDAC 2.6. La
plupart des abonnés de nos clients ont
IE 5.0, aussi nous n’avons pas eu à  déployer
des packs de services vers les PC
des abonnés. La figure 5 montre l’architecture
utilisée par le Thin Web
Client. Celui-ci utilise ASP pour interroger
le cube à  partir du serveur
Microsoft IIS plutôt qu’à  partir du

client. Le Thin Web Client est accompagné
de pages ASP, que vous pouvez
déployer sur un serveur IIS. Seul le serveur
IIS qui utilise ASP peut se connecter
à  la base de données Analysis
Services. Ainsi, on peut utiliser une
connexion pour assurer l’accès au
cube au travers du pare-feu, et on peut
limiter cette connexion aux serveurs
Web et aux serveurs de base de données.
Cet agencement crée une
connexion performante et facile à  sécuriser.
La seule connexion vers le
client est une connexion HTML standard,
qui allège les soucis liés au parefeu.

Le Thin Web Client met les données
consultées dans une structure de
table HTML quadrillée et envoie les
données au navigateur. L’utilisateur interagit
avec les données par le biais de
JavaScript. A l’aide des couches transparentes,
les utilisateurs peuvent glisser des dimensions dans le cube
pour manipuler les données, aller dans
le détail des dimensions, et afficher et
analyser les données nécessaires.

L’utilisation du Thin Web Client demande
quelques compromis, comme il
est d’usage pour la plupart des décisions
de conception. Parce qu’une relation
d’approbation ne peut pas exister
entre le domaine du serveur Web et
le domaine d’arrière-plan, vous ne
pouvez pas étendre AD (Active
Directory) comme votre service d’authentification
au travers du système.
Une telle relation d’approbation pourrait
donner à  un intrus le moyen de
violer la sécurité sur le domaine backend.
Le système doit donc établir un
utilisateur anonyme pour accéder aux
données sur le serveur Analysis. Si l’accès
aux données dépend de l’utilisateur,
vous ne pouvez pas utiliser la sécurité
fondée sur les rôles d’Analysis
Services pour contrôler l’accès aux
données. Toutefois, dans un système
permettant à  tous les utilisateurs d’accéder
aux données au travers d’un
contexte de sécurité, cette disposition
utilisant le Thin Web Client est sûre et
facile à  déployer.

Le Thin Web Client présente aussi
d’autres inconvénients. OWC utilise le
cache intelligent de PivotTable pour réduire
le nombre de voyages du navigateur
Web vers le serveur Web OLAP
pour obtenir davantage de données.
Mais le Thin Web Client obtient les
données à  partir du côté serveur, et
comme les données ne sont pas cachées
sur le navigateur Web, chaque
changement de données oblige le navigateur
à  faire une nouvelle requête à  partir du serveur Web. Avec une grande
quantité de données, ce processus se
traîne. De plus, OWC possède un riche
modèle d’objet par rapport auquel
vous pouvez programmer du code personnalisé.
Le Thin Web Client utilise
JavaScript et peut être plus difficile à 
personnaliser. Comme le Thin Web
Client est du « free code » inclus dans le
kit de ressources, Microsoft ne fournit
pas le même degré de support pour le
Thin Web Client que pour Excel ou
OWC. Et le Thin Web Client requiert du
scripting côté client, au risque de produire
des erreurs si le navigateur Web
est mis à  jour ou s’il change. Entre
outre, le Thin Web Client ne supporte
pas directement la réécriture vers le
serveur. Heureusement, l’application de notre équipe n’avait pas besoin de
réécriture, donc cette lacune n’a pas
dissuadé l’équipe d’utiliser le Thin Web
Client. Après avoir pesé les avantages
et les inconvénients du Thin Web
Client, nous avons décidé de le déployer.
La solution donne satisfaction
en production et a été bien accueillie
par les abonnés.

Téléchargez gratuitement cette ressource

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Cloud hybride : 4 Stratégies de réussite

Que vous souhaitiez développer ou renforcer votre approche du Cloud hybride, évaluer les meilleures options ou encore enrichir votre processus de prise de décision, découvrez dans ce Guide, 4 stratégies de Cloud hybride alignées avec vos objectifs business & technologiques.

Tech - Par iTPro - Publié le 24 juin 2010