> Tech > 20 mots du Cloud que vous gagnez à connaître suite…

20 mots du Cloud que vous gagnez à connaître suite…

Tech - Par iTPro - Publié le 23 juin 2016
email

Comprendre les enjeux mais aussi les terminologies du Cloud, c’est tout simplement indispensable en 2016 !

20 mots du Cloud que vous gagnez à connaître suite…

Content Delivery Network (CDN) — Toute une collection de dispositifs et terminaux dispersés géographiquement qui conservent en cache les mêmes contenus à l’attention des navigateurs Web. A chaque demande de contenu, le serveur capable de fournir le contenu le plus rapidement et avec un maximum d’efficacité est identifié de façon dynamique. L’expérience utilisateur s’en trouve améliorée et l’infrastructure Internet requise pour assurer une présence locale ou mondiale sur le Web peut être revue à la baisse. C’est un bon moyen également pour alléger les lourds investissements en serveurs Web, pare-feu, commutateurs LAN, logiciels applicatifs et services de colocation. 

Datacenter — Lieu physique où sont regroupés les opérations et les équipements IT du fournisseur servant à stocker, administrer et distribuer les données.

Hébergement dédié — Hébergement Internet, en vertu duquel une entreprise loue l’équipement d’un fournisseur à une fin précise, pour héberger un site Web par exemple. L’équipement peut se situer dans les locaux ou à distance et l’entreprise s’engage à surveiller au quotidien le matériel, les logiciels et les systèmes d’exploitation.

Hébergement managé — Type d’hébergement dédié selon lequel l’équipement se situe dans les locaux du fournisseur, lequel se charge de l’infrastructure (matériel, logiciels et systèmes d’exploitation). Les entreprises louent l’équipement et ont généralement un accès administrateur qu’elles utilisent pourtant rarement. Elles préfèrent avoir accès à l’environnement d’hébergement via une interface Web, qui leur donne accès à des outils en ligne pour gérer sites Web et applications. Les fournisseurs proposent différents services supplémentaires standard matérialisés sous la forme d’un contrat, pour protéger l’entreprise contre les attaques DdoS par exemple. 

Hyperviseur — Un programme (logiciel, firmware, matériel) qui gère plusieurs machines virtuelles (VM) en attribuant à chacune les ressources d’une ou plusieurs machines hôtes matérielles. Les ressources des machines hôtes, leurs capacités de calcul et de mémoire, sont distribuées aux VM (également appelées machines invitées) de façon à éviter tout risque de perturbation des systèmes d’exploitation entre eux. 

Infrastructure-as-a-Service (IaaS) — L’une des trois grandes catégories de Cloud-Computing (IaaS, PaaS, SaaS). Cette association de matériel et de logiciel peut venir remplacer ou prolonger un datacenter, et peut inclure de la capacité de stockage, des réseaux ou des serveurs virtualisés. 

PAYG (Pay-As-You-Go) — Acronyme qui désigne le modèle de Cloud Computing selon lequel les entreprises ne se voient facturer que les services qu’elles utilisent à la minute, l’heure ou la journée.

Platform-as-a-Service (PaaS) — L’utilisation d’une infrastructure gérée par un fournisseur pour les besoins de développement de logiciels sur des serveurs virtualisés. Le fournisseur assure la maintenance des serveurs, et gère l’équilibrage de charge, les systèmes d’exploitation et la capacité de calcul. Les entreprises ont accès à la plateforme via des portails web, des API ou des logiciels de passerelle spécifiques.

Reprise après sinistre virtuelle — Utilisation des ressources réseau, de calcul et de stockage d’un fournisseur sous la forme d’un Cloud privé virtuel pour répliquer des applications et des données. Ainsi, toutes les données critiques d’une entreprise, ses systèmes d’exploitation, ses bases de données et ses applications peuvent être sauvegardées.

Service-Level Agreement (SLA) — Il s’agit d’un document établi entre le fournisseur et l’entreprise, qui fixe les accords de niveaux de services applicables à la solution de Cloud Computing. Ces accords font généralement partie intégrante du contrat du client et devraient préciser de la manière la plus exhaustive possible les niveaux de services relatifs à l’infrastructure système, comme le temps de réponse, les conditions d’installation, les niveaux de disponibilité, etc.

Software-as-a-Service (SaaS) — Selon ce business model, les éditeurs proposent de louer leurs logiciels et non plus d’acheter des licences. Les entreprises payent un abonnement en contrepartie duquel elles reçoivent toutes les mises à jour et les futures versions de l’application. Le Cloud a beau s’imposer rapidement comme la méthode privilégiée de distribution des offres SaaS, ce modèle demeure indépendant des plateformes. Microsoft Office 360 et Adobe Creative Cloud sont deux exemples d’offres SaaS.

Virtualisation — Dans le contexte du Cloud Computing, la virtualisation désigne généralement des serveurs virtuels. Un serveur physique regroupe la capacité de stockage et les ressources de calcul mis à la disposition de plusieurs serveurs virtuels. Ces ressources sont partagées de telle façon que chaque serveur virtuel opère comme s’il les exécutait lui-même.

Vous voici maintenant paré pour comprendre les nuances du Cloud et ses enjeux, et tirer le meilleur de vos projets de Cloud computing !

A vous de jouer avec le nuage !

Téléchargez gratuitement cette ressource

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

6 Questions stratégiques avant de passer à Office 365

Migrer une partie des services d’un système d’information vers Office 365 s’inscrit dans une démarche plutôt moderne. Mais elle va impliquer un certain nombre de changements majeurs qui bien souvent ne sont pas pris en compte lors de la décision d’acquisition du service, découvrez nos 6 recommandations clés !

Tech - Par iTPro - Publié le 23 juin 2016