> Cloud > Décryptage de la stratégie cloud computing d’HP

Décryptage de la stratégie cloud computing d’HP

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 03 octobre 2011
email

HP a récemment consacré une après-midi aux technologies d’informatique en nuage.

L’occasion de faire un point sur la stratégie cloud du géant américain alors que son numéro un, Léo Apothecker a été contraint de céder sa place à Meg Whitman, ancienne CEO d’eBay.

Le Conseil

« Le cloud computing se développe à vitesse grand V et la stratégie d’HP ne changera pas », affirme Xavier Poisson, directeur cloud pour la zone EMEA. Si l’on en croit les prévisions des analystes Gartner et IDC, près de 20 % de l’IT devrait être déployé dans le cloud d’ici 2013. « C’est déjà aujourd’hui la réalité de mon business chez HP », poursuit le responsable. 80 % de l’activité d’HP dans le cloud réside dans l’accompagnement et le conseil des entreprises pour la conception de leur cloud privé ou public. Celles-ci souhaitent bénéficier d’une plus grande élasticité pour générer aussi vite que possible une réponse IT à un besoin métier.

Pour accompagner ces clients, HP procède par étape, dont la première est le Cloud Discovery Workshop. Cette offre de service consiste à réunir pendant une journée la DSI et les branches métiers d’une société afin de faire le tour des problématiques d’un passage au cloud. « Nous observons les transformations IT, les impacts économiques, les besoins en élasticité,… Cela aide nos clients à identifier ce qui est critique pour la survie de l’entreprise en termes d’IT et ce qu’il est possible de travailler de façon plus sereine pour voir s’il est possible d’aller dans le cloud ».
HP a déjà réalisé plusieurs centaines de ces ateliers en Europe.

Une fois cette première réflexion faite, l’étape suivante est le Cloud Roadmap Services. Pendant 8 à 12 semaines, HP développe une feuille de route en vue de la mise en place d’une architecture cloud. Restera ensuite le projet d’implémentation en tant que tel, service également proposé par HP.

Le IaaS

Au-delà de ses offres de services et d’intégration, HP a décidé d’aborder le marché du IaaS (Infrastructure-as-a-Service) avec HP Cloud Services. Basée sur les solutions Converged Infrastructures et OpenStack, l’offre comporte actuellement deux volets : du calcul (HP Cloud Compute) et du stockage (HP Cloud Object Storage). Encore en version bêta, la solution est accessible aux développeurs sous réserve d’inscription.

La deuxième intention est de permettre à certains grands clients opérateurs de service cloud de revendre ces services en marque blanche. La phase de test va durer jusqu’à la fin de l’année pour un objectif de lancement en production en 2012. Aucune grille tarifaire n’a pour le moment été révélée.

Le SaaS

Alors que le rachat de l’éditeur de logiciel britannique Autonomy est plus compliqué que prévu (l’offre de plus de 10 milliards de dollars a été prolongée jusqu’au 4 octobre afin d’acquérir les 75 % du capital requis), la question se pose des futurs offre SaaS d’HP. « Si le rachat d’Autonomy finit par se faire, il serait logique d’aller dans cette direction », confie Xavier Poisson. « Mais ce que les clients nous demandent, ce sont des frameworks de « Solutions-as-a-Service » ».

HP tente donc de répondre aux problématiques de ses clients. « Comment un gouvernement, au lieu d’acheter 3000 serveurs pour ses écoles, peux mettre son système éducatif dans un cloud ? Comment le ministère de la santé peut automatiser la remontée d’informations du terrain sur une propagation épidémiologique ou sur la traçabilité de médicaments ? Comment un fournisseur d’électricité ou de gaz peut disposer d’un système d’utility metering dans le cloud ? Comment un gros utilisateur SAP peut basculer son outil de gestion dans le cloud ? », interroge le responsable cloud d’HP. La société est donc en train de préparer des frameworks de déploiement verticaux pour répondre à ces interrogations. Les offres devraient être prêtes en janvier 2012.

L’Ouverture

Le point commun des solutions HP réside dans la volonté d’ouverture de l’entreprise. « Nous souhaitons répondre à la volonté des DSI de ne pas être enfermé dans une technologie ». L’exemple du consortium VCE (alliance de VMware, Cisco et EMC) n’a pas convaincu Hewlett-Packard. « Nous n’allons pas créer un consortium qui va définir une norme pour l’imposer au marché. C’est pour cela que la plateforme Cloud System est complètement ouverte ». Système d’exploitation VMware, Microsoft ou Citrix, baies NetApp ou 3Par, serveurs IBM ou Dell, tous sont supportés. À en croire le témoignage de La Poste, qui utilise les outils HP pour son cloud privé (voir : La Poste Courrier industrialise les déploiements de sa plate-forme avec HP Automation), ce choix pourrait se révéler payant.
 

Téléchargez gratuitement cette ressource

5 Défis de Scalabilité du SI

5 Défis de Scalabilité du SI

Ces derniers mois ont vu de nombreux DSI et CTO concentrer leurs efforts et leurs investissements sur leur transformation numérique, accélérant leur migration vers des solutions SaaS, IaaS et PaaS, pour répondre à l’un des enjeux actuels majeurs, celui de la scalabilité des architectures SI. Découvrez, dans ce nouveau Guide Atlassian, comment disposer d’un environnement flexible, adaptable et peu coûteux qui vous garantit un rendement constant et permet de garder vos applications accessibles en permanence à tous les utilisateurs.

Cloud - Par Guillaume Rameaux - Publié le 03 octobre 2011