> Mobilité > L’architecture DAG

L’architecture DAG

Mobilité - Par Emmanuel Vinazza - Publié le 05 décembre 2011
email

L’architecture DAG (Database Availability Group) permet de répliquer des bases de données de boîtes aux lettres sur plusieurs serveurs.
 

Ce dossier est issu de notre publication Exchange Magazine (01/11). Pour consulter les schémas et illustrations associés, rendez-vous dans le club abonnés.

DAG met fin à LCR, CCR, SCC et SCR en regroupant toutes ces technologies en une seule.

Pour être plus précis, il s’agit en fait d’une fusion de toutes ces fonctionnalités car dans le détail, vous verrez que ce qui est fait est exactement identique mais largement simplifié. Il semble que toutes ces solutions n’ont pas pris sur les petites et moyennes entreprises. En effet, hormis la solution LCR qui restait accessible, les autres nécessitaient des moyens conséquents. La solution CCR est l’exemple parfait de la solution techniquement efficace et fiable mais en totale incohérence avec les moyens financiers à mettre en œuvre.

La solution DAG fonctionne sur au minimum trois serveurs. En effet, il est nécessaire d’avoir au moins un serveur témoin sur lequel ne sera pas positionné un rôle de serveur de boîtes aux lettres. La solution DAG est une amélioration de la solution SCR. Pour l’avoir testée, l’avis est plus que favorable. Il constitue LA révolution de Haute Disponibilité d’Exchange concernant l’accès aux données.

Le concept repose sur des serveurs de boîtes aux lettres sur lesquels sont hébergées des bases de données de boîtes aux lettres et un serveur témoin par groupe DAG. L’objectif étant de créer un groupe DAG, dans lequel vous allez inscrire des serveurs de boîtes aux lettres pour lesquels vous allez activer des réplications de bases.

Les serveurs de boîtes aux lettres peuvent également héberger d’autres rôles tels que serveur d’accès au client ou transport Hub.

Un DAG permet la réplication de bases des données de boîtes aux lettres, le basculement et la permutation de bases de données et de serveurs. Il repose sur un composant interne appelé Active Manager. Active Manager est un composant Exchange 2010 qui gère les basculements et les permutations qui s’exécutent sur chaque serveur dans un DAG.
 

Téléchargez gratuitement cette ressource

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Comment aborder la sauvegarde moderne ?

Au-delà de l’effet de « corvée », souvent soulignée par les administrateurs, la sauvegarde moderne est un nouveau concept qui a le potentiel de transformer toute direction des systèmes d’information, quelle que soit sa taille, et d’apporter des réponses fonctionnelles nouvelles pour rendre le service informatique plus efficace. Découvrez comment aborder la sauvegarde moderne

Mobilité - Par Emmanuel Vinazza - Publié le 05 décembre 2011